Aide en Philo

La distinction entre différents genres de connaissance permet-elle d'accéder à la vérité ?

Extrait du document

« VOCABULAIRE: CONNAÎTRE / CONNAISSANCE: 1. — Être familier de quelqu'un ou quelque chose. 2. — Discerner, distinguer quelque chose : « Le premier et le moindre degré de connaissance, c'est d'apercevoir » (CONDILLAC) 3. — Posséder une représentation de quelque chose, en part. une représentation exacte. 4. — Connaissance: a) Acte par lequel un sujet s'efforce de saisir de saisir et de se représenter les objets qui se présentent à lui. b) Résultat de cet acte. VÉRITÉ La vérité concerne l'ordre du discours, et il faut en cela la distinguer de la réalité. Elle se définit traditionnellement comme l'adéquation entre le réel et le discours. Qualité d'une proposition en accord avec son objet. La vérité formelle, en logique, en mathématiques c'est l'accord de l'esprit avec ses propres conventions. La vérité expérimentale c'est la non-contradiction de mes jugements, l'accord et l'identification de mes énoncés à propos d'un donné matériel. On distinguera soigneusement la réalité qui concerne un objet (ce cahier, cette lampe sont réels) et la vérité qui est une valeur qui concerne un jugement. Ainsi le jugement : « ce cahier est vert » est un jugement vrai ou bien un jugement faux. La vérité ou la fausseté qualifient donc non l'objet lui-même mais la valeur de mon assertion. La philosophie, parce qu'elle recherche la vérité, pose le problème de ses conditions d'accès et des critères du jugement vrai. Il existe des propositions auxquelles on ajoute volontiers foi qui ne peuvent être autre chose que des opinions, et qui se révèlent la seule manière que nous avons de connaître certains événements. Il en va ainsi de la date de sa naissance. On ne peut la connaître, dit Spinoza, que par ouï-dire, c'est-à-dire par l'intermédiaire d'autrui (ses parents, l'état civil). De même, c'est par « expérience vague » et non par connaissance certaine que l'on se sait soi-même mortel. On peut certes le présumer et l'induire de la mort des autres, mais pour Spinoza, la mort n'est qu'une opinion tant qu'on est en vie. Connaissances par ouï-dire ou par expérience vague, les opinions peuvent certes valoir pour la conservation de son existence, elles ne sauraient cependant prétendre au titre de connaissances au sens propre. Celles-ci se font par une saisie intellectuelle de la chose connue. Spinoza concède cependant que les connaissances obtenues par saisie adéquate de l'essence sont très peu nombreuses. Genre de connaissance : Il y a selon Spinoza quatre genres de connaissance détaillés dans le Traite de l'Amendement de l'Intellect : 1) par ouï-dire, 2) par expérience, 3) Par déduction, 4) par idée. 1) Ce type de connaissance nous le tenons d'un autre (ex. : Notre date de naissance) 2) Cette connaissance nous la tenons de notre vécu. (ex. : L'huile brûle et l'eau éteint le feu.) 3) Cette connaissance nous la déduisons d'une autre de manière inadéquate (Nous percevons que nous avons un corps, dès lors nous supposons que l'âme est unie au corps mais nous ne connaissons pas la nature de cette union. Cet exemple est directement inspiré de la philosophie cartésienne et Spinoza se pose comme critique de cette théorie). 4) Nous connaissons par essence ou idée, lorsque nous connaissons la nature de cette chose, son idée, son essence (Ex. : Connaître quelque chose c'est connaître ce qu'est connaître quelque chose). Vérité : La vérité est difficile à définir, puisque précisément, définir c'est poser la vérité d'une notion. Elle se distingue de la réalité, la vérité concerne l'ordre du discours et de la pensée, la réalité celui des choses. La vérité caractérise une proposition dont l'énoncé décrit un ordre qui est adéquat à l'ordre des choses. Ex. : « Le cheval est un animal » est un jugement vrai ; par contre, « l'homme est un chien » est un jugement faux (inadéquat au réel). Il faut distinguer la vérité de la validité qui est l'accord de l'esprit avec ses propres conventions. Distinction : La distinction est le fait d'isoler, de séparer des choses pour pouvoir clairement comprendre leur différence. Le clair et le distinct sont par ailleurs le critère de vérité mis en avant par Descartes. Descartes pensait que muni de ce critère et avec une méthode adaptée il pourrait reconstruire l'ordre des raisons jusqu'à aboutir à la vérité qui pour lui s'identifie à la certitude. Problématisation : Nous nous interrogeons sur l'utilité de la distinction des diverses genres de connaissance pour la recherche de la vérité. La distinction entre différents genres de connaissance permet-elle d'accéder à la vérité ? Comment garantir la vérité et la légitimité de cette distinction si l'on n'a pas déjà avancé sur le chemin de la vérité ? Ne faudrait-il avant de définir des genres de connaissances définir une méthode et un critère pour connaître le vrai ? Il semble que si. Mais pour définir, et donner la vérité d'une méthode, ne faudrait-il définir une méthode pour laquelle il faudrait en définir une troisième et ainsi à l'infini ? Dans ce cas ne faudrait-il chercher un autre moyen de progresser vers le vrai que la simple définition d'une méthode ? Et ne faudrait-il trouver un moyen de stopper la régression à l'infini que la question de la méthode induit ? Si sans doute. Mais comment envisager une théorie de la connaissance qui se passe d'une méthode a priori, et d'un critère a priori c'est ce que nous essaierons de comprendre en dernier lieu. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles