Aide en Philo

la conscience nous condamne a l'inquiétude ?

Extrait du document

« Dissertation On dit quelqu’un de conscient un être capable de réfléchir a deux fois avant d’agir, capable se savoir se qui se passe en soi et hors de soi et de juger le bien du mal. Si la conscience nous condamne à l’inquiétude cela veut dire que nous nous infligeons une peine, une punition, un jugement a nous-même car si on s’inquiète cela veut dire qu’un ennui, problème nous guette. Car l’inquiétude est l’Insatisfaction de l'esprit tourmenté par quelque chose ou quelque qu’un ou une souffrance que l'on craint, par l'incertitude où l'on est. A première vus, la conscience nos condamne bien à l’inquiétude car elle vient de nous en revanche si la conscience nous condamne a l’inquiétude alors il faut se libérer sois de la conscience donc être inconscient. A partir de la comment dire à la fois que la conscience nous condamne à l’inquiétude alors que c’est nous qui sommes responsable de cela. Dans un premier temps nous allons voir que nous nous condamnons nous tous seul a l’inquiétudes a cause de la conscience mais es vraiment une condamnation. Mais n’est-il pas préférable d’être inconscient pour se libérer. De toute évidence, la conscience nous condamne à l’inquiétude car la conscience nous fait subitement penser à quelque chose à faire ou à ne pas faire, à un fait inattendu (que va-t-il se passer ?). Que nous devons aider une personne et que on oublie, puis à nous inquiéter des conséquences qui pourraient survenir (graves ou non ?). Cela vient uniquement de nous, nous ne pouvons rien y faire car la conscience est là, elle fait réfléchir chacun de nous sur ce qu’il va se passer ou pas. Comme la conscience on ne peut pas l’enlever chez l’homme on est systématique ment entrain ou après être inquiet alors que nous ne savons pas se qui va se passer si ces biens ou mal.si on enlève la conscience nous ne serons pas capables d’être inquiet comme un animal qui n’ai pas conscient donc il ne sera pas inquiet si par exemple il fait une bêtise des conséquences de son acte pour Descartes les animaux sont des machines dénuées de conscience il ne sait pas ce qu’il fait. Enfin cette conscience de l’inquiétudes et la conscience réfléchie elle consiste à nous percevoir nous-même comme percevant. On réfléchit à comment, pourquoi l’inquiétudes. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles