Aide en Philo

Sartre et autrui

Extrait du document

Mais, en outre, autrui, en figeant mes possibilités, me révèle l'impossibilité où je suis d'être objet, sinon pour une autre liberté. Je ne puis être objet pour moi-même car je suis ce que je suis ; livré à ses seules ressources, l'effort réflexif vers le dédoublement aboutit à l'échec, je suis toujours ressaisi par moi. Et lorsque je pose naïvement qu'il est possible que je sois, sans m'en rendre compte, un être objectif, je suppose implicitement par là même l'existence d'autrui, car comment serais-je objet si ce n'est pour un sujet ? Ainsi autrui est d'abord pour moi l'être pour qui je suis objet, c'est à dire l'être par qui je gagne mon objectité. Si je dois seulement concevoir une de mes propriétés sur le mode objectif, autrui est déjà donné. Et il est donné non comme être de mon univers, mais comme sujet pur. Ainsi ce sujet pur que je ne puis , par définition, connaître, c'est-à-dire poser comme objet, il est toujours là, hors de portée et sans distance lorsque j'essaie de me saisir comme objet. Et dans l'épreuve du regard, en m'éprouvant comme objectité non révélée, j'éprouve directement et avec mon être l'insaisissable subjectivité d'autrui. Du même coup j'éprouve son infinie liberté. Car c'est pour et par une liberté et seulement pour et par elle que mes possibles peuvent être limités et figés. Un obstacle matériel ne saurait figer mes possibilité, il est seulement l'occasion pour moi de me projeter vers d'autres possibles, il ne saurait leur conférer un dehors. Ce n'est pas la même chose de rester chez soi parce qu'il pleut ou parce qu'on vous a défendu de sortir. Dans le premier cas je me détermine moi-même à demeurer, par la considération des conséquences de mes actes ; je dépasse l'obstacle " pluie " vers moi-même et j'en fais un instrument. Dans le second cas, ce sont mes possibilités mêmes de sortir ou de demeurer qui me sont présentées comme dépassées et figées et qu'une liberté prévoit et prévient à la fois. Ce n'est pas caprice si, souvent, nous faisons tout naturellement et sans mécontentement ce qui nous irriterait si un autre nous le commandait. C'est que l'ordre et la défense exigent que nous fassions l'épreuve de la liberté d'autrui à travers notre propre esclavage. SARTRE

- Thème (ce dont il est question) : Il s’agit ici de mon rapport à autrui, de la manière je le saisi, et dont il me saisit.

- Problème (ce qui fait question) : Sartre pose la question de savoir si autrui peut complètement me saisir, de quelle manière, et renverse symétriquement la proposition. Il demande si je peux saisir autrui et de quelle manière. Autrement dit, comment je transforme autrui, et comment autrui me transforme par le regard ?

- Thèse (proposition philosophique défendue par l’auteur) : Pour Sartre, il n’y a que moi qui puisse me saisir en tant que tel, et je ne peux saisir en tant que tel que moi-même. Le processus étant symétrique, autrui fait de même. Chacun ne peut donc saisir l’autre qu’en envisageant autrui à travers la manière dont il se saisit lui-même. Il s’agit donc d’une sorte de transposition de ce que je ressens en moi sur autrui.  

- Structure (manière dont est composée le texte) à Si le commentaire est composé, il faut dégager 3 thèmes, 3 manière d’aborder le problème par l’auteur, et dans le corps du commentaire, commenter et développer ces thèmes en s’appuyant sur le texte, sans le suivre linéairement. Si le commentaire est linéaire, il est possible de découper le texte en 2 ou 3 parties, de dégager leur thème, et de les commenter ligne à ligne. Nous allons ici, pour des besoins de compréhension, utiliser la méthode du commentaire linéaire :

à Au départ « Mais, en outre… comme un sujet pur » : Sartre s’en tient à la stricte appréhension de moi-même par autrui, et la non concordance entre cette appréhension de soi par autrui, et cette appréhension de soi par soi.

à « Ainsi ce sujet pur…leur conférer un dehors » : Comment je peux connaître autrui en transposant sur lui ce que je ressens en m’appréhendant moi-même. Introduction du problème de la liberté.

à « Ce n’est pas la même chose de rester chez soi… esclavage » : exemplification de l’argumentation précédente.

 

« Introduction : - Thème (ce dont il est question) : Il s'agit ici de mon rapport à autrui, de la manière je le saisi, et dont il me saisit. - Problème (ce qui fait question) : Sartre pose la question de savoir si autrui peut complètement me saisir, de quelle manière, et renverse symétriquement la proposition.

Il demande si je peux saisir autrui et de quelle manière. Autrement dit, comment je transforme autrui, et comment autrui me transforme par le regard ? - Thèse (proposition philosophique défendue par l'auteur) : Pour Sartre, il n'y a que moi qui puisse me saisir en tant que tel, et je ne peux saisir en tant que tel que moi-même.

Le processus étant symétrique, autrui fait de même. Chacun ne peut donc saisir l'autre qu'en envisageant autrui à travers la manière dont il se saisit lui-même.

Il s'agit donc d'une sorte de transposition de ce que je ressens en moi sur autrui. - Structure (manière dont est composée le texte) à Si le commentaire est composé, il faut dégager 3 thèmes, 3 manière d'aborder le problème par l'auteur, et dans le corps du commentaire, commenter et développer ces thèmes en s'appuyant sur le texte, sans le suivre linéairement.

Si le commentaire est linéaire, il est possible de découper le texte en 2 ou 3 parties, de dégager leur thème, et de les commenter ligne à ligne.

Nous allons ici, pour des besoins de compréhension, utiliser la méthode du commentaire linéaire : à Au départ « Mais, en outre… comme un sujet pur » : Sartre s'en tient à la stricte appréhension de moi-même par autrui, et la non concordance entre cette appréhension de soi par autrui, et cette appréhension de soi par soi. à « Ainsi ce sujet pur…leur conférer un dehors » : Comment je peux connaître autrui en transposant sur lui ce que je ressens en m'appréhendant moi-même.

Introduction du problème de la liberté. à « Ce n'est pas la même chose de rester chez soi… esclavage » : exemplification de l'argumentation précédente. Développement : Pour chaque partie, il faut : 1) dire ce que l'on va faire, présenter le thème du passage que l'on va expliquer.

2) faire ce que l'on a dit, expliquer le passage proprement dit, 3) conclure la partie en disant ce que l'on a fait et ce qu'il reste à faire.

Préciser ce que l'on a dégagé de l'explication. I/ explication rapide : Dans ce début de texte, Sartre explique comment pour moi je ne suis pas mon corps, c'est-à-dire comment je ne peux pas me saisir en tant qu'objet, mais seulement en tant que conscience que subjectivité.

Dès lors que je tente de me saisir objectivement, je suppose l'existence d'autrui, car lui seul peut me voir comme objet.

« Autrui est d'abord pour moi l'être pour qui je suis objet ».

Je ne me saisis pas moi-même comme corps, mais comme subjectivité qui peut s'accomplir par le corps en le dépassant.

C'est dans l'expérience du regard d'autrui que j'apparais comme un corps, comme un objet, comme quelque chose d'objectif.

L'expérience du regard d'autrui est la certitude de l'existence d'autrui. II/ Explication : Tentative d'explication de ce qu'est autrui pour moi lorsque je tente de me saisir comme objet : c'est un « sujet pur ».

Il ne s'agit pas encore de voir comment je saisis autrui, mais simplement de voir ce qu'implique le fait de me penser comme objet ; « lorsque j'essaie de me saisir comme objet ». - le « sujet pur » : est donc un sujet, une subjectivité qui n'est pas individuelle ou particulière, mais une subjectivité qui n'est telle que parce qu'elle me pose comme objet.

Lorsque je me pense comme objet, je pose nécessairement ce « sujet pur ». - C'est parce que ce sujet est « pur », c'est-à-dire parce qu'il n'existe pas en tant qu'individu réel que je ne puis le poser comme objet.

C'est parce qu'il est « pur » « que je ne puis par définition le connaître ». - Noter l'importance du regard. - « Objectivité non révélée » : autrui ne parvient pas à dépasser mon objectivité, et c'est ainsi qu'il me semble perdre ma liberté.

Le regard d'autrui est la découverte de mon objectivité (de l'existence de mon corps en tant qu'objet) douloureuse, car elle nie ma liberté. - Mais cet état permet, par la transposition de mieux comprendre autrui.

Noter l'utilisation du verbe « éprouver » et non pas comprendre.

Ce terme implique une connaissance objective qui ferait d'autrui un objet.

Et justement, pour mieux le saisir, le saisir comme il est, il ne faut pas le considérer comme un objet.

Ce n'est donc pas la « connaissance » qui va me permettre de connaître autrui, mais les sentiments.

Je transpose ce que je ressens lorsque autrui me regarde sur autrui.

Je me sens être une subjectivité, et je suppose cette subjectivité chez autrui. - Je suis un être libre, et j'éprouve donc autrui comme libre. - Ensuite vient une formulation étrange, puisque l'auteur met au même niveau « liberté », « possibles » et « limités ».

C'est parce que je suis libre que je peux décider de choisir une voie plutôt qu'une autre, et de faire un choix arrêté.

C'est parce que je suis libre que je suis capable d'envisager la totalité des possibles et d'en choisir un. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles