Aide en Philo

L’existence précède l’essence - Jean-Paul Sartre (1905-1980)

Extrait du document

« L'existence précède l'essence 1 Jean-Paul Sartre (1905-1980) On ne présente plus Jean-Paul Sartre, l'homme qui refusa le prix Nobel en 1964, nul ne méritant « d'êt:re consacré de son vivant», !'écrivain prolifique, symbole de l'intellectuel engagé, le penseur de tous les combats de gauche, s'adressant, juché sur un baril, aux ouvriers de Renault en 1970, le séducteur au physique difficile, entouré de femmes sous l'œil chaperon et vigilant de Simone de Beauvoir. Dramaturge, romancier, critique, scénariste... le person­ nage foisonnant et l'œuvre protéiforme feraient presque oublier que Sartre fut, d'abord et avant tout, un philosophe, auteur d'ouvrages denses et difficiles, tels que L'Êt:re et le Néant (1943) et La Critique de la raison dialectique (1960). Chef de file de l'existentialisme :français, il fut l'un des rares penseurs à avoir su toucher un public considérable, et dont la notoriété immense excéda largement le cercle des amateurs de philoso­ phie. L'existentialisme devint, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, une mode dont Sartre était l'emblème, un style d'existence, un mouvement artistique, littéraire et musical ral­ lié autour des caves de Saint-Germain-des-Prés. Cet engouement - parfois infidèle, d'ailleurs, aux idées de Sartre - peut s'expliquer par la nature des thèses et des thèmes défendus par l'existentialisme, philosophie qui place l'homme au centre de son questionnement et tente de saisir l'existence d'une façon très concrète, au plus près de l'expérience quoti­ dienne. L'existentialisme trouve sa source dans la phénoménologie, courant philosophique complexe qui se développe à partir du »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles