Aide en Philo

La Nausée - Jean-Paul Sartre (1905-1980) - Roman, France, 1938

Extrait du document

« La Nausée - Jean-Paul Sartre (1905-1980) - Roman, France, 1938 Contexte Premier roman de l'écrivain-philosophe, la Nausée frappe moins par son style que par le thème qui y est développé, la nausée ou la prise de conscience soudaine d'exister. Etat à la fois latent et lancinant, cette intuition métaphysique, qui devient de plus en plus forte chez le narrateur, donne au roman une unité de mouvement. Dans une écriture sobre, Sartre fait partager l'expérience du narrateur au lecteur. Ce dernier, transporté par le récit, accomplit avec le narrateur le chemin de cette découverte, et éprouve avec lui le sens profond du verbe exister. C'est là que réside la force de l'écrivain : parvenir, sans artifice, par une approche directe et spontanée des choses, à communiquer une sensation originelle. Principaux personnages - Antoine Roquentin, le narrateur. Célibataire de 35 ans, il travaille à un ouvrage historique et tient son journal, lequel constitue le roman ; - l'autodidacte, "rat de bibliothèque" qui s'est fixé comme entreprise de lire tous les volumes de l'encyclopédie, en commençant par la lettre A ; - Anny, actrice et ancien amour du narrateur ; - Françoise, patronne du Rendez-vous des cheminots et maîtresse occasionnelle du narrateur. Résumé Antoine Roquentin habite seul à Bouville, port imaginaire qui rappelle Le Havre. Déçu par ses voyages (il rentre d'Indochine), il décide de vivre de ses rentes et entreprend de rédiger la vie d'un aristocrate du XVIIIe siècle, le marquis de Rollebon. Parallèlement, il tient un journal dans lequel il livre avec détails toutes ses impressions. Sa profonde solitude a modifié sa perception des choses. Il se sent bientôt radicalement différent des autres hommes mais ne peut revenir en arrière. Il n'est plus sensible qu'à l'étrange et à l'invraisemblable, et éprouve la nausée devant les objets ou les situations du quotidien. Seul un morceau de musique parvient à le libérer de ce malaise. Il se demande alors si la création artistique, qui prend naissance dans l'imaginaire, pourrait lui faire accepter l'existence. Résumé Antoine Roquentin travaille à la rédaction d'un mémoire qui traite de la vie d'un aristocrate du XVIIIe siècle. Célibataire à trente-cinq ans, il vit retiré à Bouville, après avoir vécu une vie de voyages dont, très vite, il s'est lassé. La Nausée est le journal qu'il a entamé lorsqu'il s'est aperçu, en ramassant un galet au bord de la plage, que les objets ou la perception qu'il en avait avaient changé. Il se demande s'il n'est pas en train de devenir fou. Une transformation s'est opérée et Roquentin va, par le biais de son journal, tenter de déterminer la nature de celle-ci. Les objets les plus ordinaires semblent animés d'une vie propre. Lorsqu'il ramasse une feuille de papier, il n'a plus le sentiment de se saisir d'un objet inanimé mais bien d'être touché, comme si celui-ci s'était transformé en animal vivant. Le monde inanimé des choses provoque en lui une impression d'écœurement douceâtre, de nausée. Le seul rempart qu'il ait réussi à opposer à cette agression est l'ambiance du café Mably où la musique et l'atmosphère bruyante semblent le protéger. A la bibliothèque, son étude sur Monsieur de Rollebon le laisse indifférent; déçu par les résultats hypothétiques de son travail, il observe les autres lecteurs et plus particulièrement l'«Autodidacte». Ce clerc de notaire a la particularité de vouloir lire tous les livres de la bibliothèque en en suivant l'ordre alphabétique. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles