Aide en Philo

L'évidence est-elle le seul critère de la vérité?

Extrait du document

« INTRODUCTION. - Voulant mettre fin aux doutes que lui laissaient les enseignements qu'il avait reçus, DESCARTES décida de tout remettre une bonne fois en question et de « ne recevoir une chose pour vraie » qu'il ne la connût « évidemment être telle ». L'évidence intuitive par laquelle l'auteur du Discours de la Méthode compte pacifier son esprit peut-elle être considérée comme un authentique critère de vérité ? I. — EXPLICATION DES NOTIONS. A. L'évidence intuitive. — a) D'après l'étymologie, est évident ce qu'on voit. La vue étant le sens qui nous donne les connaissances les plus claires, les plus riches et les plus nombreuses, « voir » est synonyme de « connaître avec certitude », de « comprendre parfaitement. ». C'est pourquoi on peut concevoir l'évidence comme le caractère d'une proposition dont la vérité s'impose à tout esprit qui en comprend la signification. Ainsi, l'évidence est une propriété des objets de pensée; mais il n'y a d'évidence que pour un esprit qui juge de la réalité de ces objets : il est évident que deux et deux font quatre, mais c'est moi qui ai cette évidence. b) Nous avons deux manières d'acquérir une évidence : le raisonnement ou d'une façon plus générale le « discours » et l'intuition. La pensée discursive nous fait connaître les objets par un détour (discursus, en latin). Ce détour est souvent le « discours » au sens actuel du mot, c'est-à-dire le langage, soit oral, soit écrit, soit par signes : c'est ainsi que les jurés, n'ayant pas vu eux-mêmes les faits sur lesquels ils ont à se prononcer, se font une conviction d'après les dépositions des témoins qui les ont vus; de même la plus grosse partie de notre savoir provient, non d'une vue directe des choses (qu'on songe à nos connaissances en histoire et même en géographie), mais de nos lectures ou des leçons que nous avons reçues. Toutefois, le terme de « pensée discursive » désigne d'ordinaire le raisonnement, opération de l'esprit qui consiste à tirer de connaissances données une connaissance nouvelle : ainsi, de la définition de la circonférence, le géomètre tire ses propriétés; l'auscultation révèle au médecin l'état des poumons de son malade; d'après le pointage de la pièce, l'officier d'artillerie prévoit le point de chute du projectile... L'intuition, au contraire, atteint directement l'objet de pensée : l'officier constate à la jumelle où se produit l'explosion de l'obus; à l'autopsie, le médecin peut vérifier intuitivement la justesse de son diagnostic, etc. Le type idéal de l'intuition est la connaissance que j'ai de ma pensée; dans ce cas, en effet, non seulement il n'y a aucun intermédiaire entre ma pensée et son objet, mais sujet pensant et objet pensé s'identifient. Cependant c'est le phénomène de la vue qui nous fournit l'exemple le plus clair de la connaissance intuitive. Etymologiquement d'ailleurs, intuition signifie vision : c'est une intuition visuelle qui m'apprend que vous entrez dans ma chambre. Sans doute, entre vous et la connaissance que j'ai de vos mouvements, il y a l'image rétinienne avec tous les phénomènes physiques qui la précèdent et tous les phénomènes physiologiques qui la suivent; mais ces intermédiaires me restent inconnus : c'est vers vous que se porte directement mon esprit. c) En réalité, toute connaissance se 'ramène à des intuitions. La connaissance discursive; en effet, suppose l'intuition du rapport qu'il y a entre les signes et la chose signifiée, entre la définition des objets et les propriétés qu'on en déduit, entre les effets et la cause, etc. Ces intuitions de rapports sont ordinairement appelées intuitions rationnelles parce qu'elles sont le privilège d'êtres doués de raison, les intuitions de choses pouvant être appelées intuitions empiriques. « Évidence intuitive » ne dit donc pas davantage qu'« évidence » ou quo « intuition » tout court : toute évidence suppose une intuition et toute intuition donne une évidence. Mais le mot « évidence » met l'accent sur le caractère indubitable de la connaissance, le mot « intuitif n sur son caractère immédiat. B. Le critère de la vérité. — a) Il y a vérité quand il y a accord de la pensée avec son objet : la nouvelle qu'on m'annonce est vraie si l'événement annoncé a réellement eu lieu. b) Un critère ou un critérium est un signe permettant de reconnaître une chose et de la distinguer de toutes les autres : ainsi on peut considérer l'exactitude comme le critérium de la conscience professionnelle. Le critère de la vérité serait donc un signe propre aux affirmations vraies et permettant, par suite, de les. distinguer des affirmations fausses. II. — DISCUSSION DU PROBLÈME. A. Évidence intuitive et vérité. — Nous devons avant tout répondre à cette question : pouvons-nous considérer comme vraies les propositions dont nous avons une évidence intuitive? a) L'expérience de l'erreur pourrait nous en faire douter, mais l'analyse de ses causes nous amènerait à reconnaître que, s'il y a de fausses évidences, les évidences véritables ne trompent pas. Il y a fausse évidence lorsque la conviction est engendrée par l'action de facteurs extra-intellectuels : nos habitudes de pensée, nos sentiments et nos passions nous rendent partiaux dans l'examen qui doit déterminer notre adhésion, nous empêchant de tout voir; l'intensité de notre désir, par un mystérieux transfert, intensifie, notre sentiment d'évidence; mais, dans la mesure même où il est affectif, ce sentiment d'évidence ne constitue pas l'évidence véritable. Dans l'évidence véritable, nous nous comportons comme intelligence pure, n'affirmant ni plus ni moins que ce qu'il nous est donné de voir. Cette évidence est infaillible puisque nous atteignons la chose même dont nous jugeons et non une représentation toujours suspecte d'être inexacte. D'ailleurs celui qui mettrait en doute la valeur absolue de l'évidence se contredirait, car il ne pourrait émettre cette affirmation qu'il juge vraie qu'en vertu d'une évidence, la' seule réelle pour lui : nous ne pouvons pas nous fier à l'évidence parce qu'il n'y a que de fausses évidences. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles