Aide en Philo

La passion est-elle nécessairement une aliénation ?

Extrait du document

« VOCABULAIRE: PASSION: * Ce que l'âme subit, ce qu'elle reçoit passivement.

Chez Descartes, le mot désigne tout état affectif, tout ce que le corps fait subir à l'âme.

Son origine n'est pas rationnelle ni volontaire. * Inclination irrésistible et exclusive qui finit par dominer la volonté et la raison du sujet (la passion amoureuse). Aliénation Du latin alienus, « étranger », de alius, « autre ».

En droit, désigne le fait de donner ou de vendre.

C'est le sens qu'utilise Rousseau dans Le Contrat social. Pour Hegel, Feuerbach et Marx, l'aliénation est le processus par lequel un individu est dépossédé de ce qui le constitue au profit d'un autre, ce qui entraîne un asservissement. NÉCESSAIRE: Est nécessaire ce qui ne peut pas ne pas être, ou être autrement.

S'oppose à contingent. Sur le plan logique, est nécessaire ce qui est universellement vrai, sans remise en cause possible. Y a-t-il un lien absolu entre passion et aliénation ? Pourquoi la passion serait-elle "nécessairement" une aliénation ? Le terme "nécessairement" est un terme très fort en philosophie.

Il désigne ce qui est et qui ne peu pas ne pas être.

Ce terme sous-entend qu'il est obligatoire qu'une passion soit une aliénation, et que la raison n'a aucune force pour empêcher cet asservissement de l'individu.

Or, pour Descartes (par exemple, dans le Traité des passions de l'âme), cette nécessite ne devrait pas pouvoir être, puisque la raison permet à l'homme d'être libre et autonome, et non soumis aux passions.

Il dira même: "Il n'y a point d'âme si faible, qu'elle ne puisse étant bien conduite acquérir un pouvoir absolu sur ses passions".

Mais cette toute-puissance de la raison n'est- elle pas une illusion ? L'homme face aux passion, n'est-il pas un roi nu, un souverain sans sceptre ? La passion ne peut pas être une fatalité (Spinoza, Éthique).

Quel que soit le pouvoir des passions, l'homme n'est pas condamné à les subir, à se laisser emporter par elles.

Il doit essayer de comprendre leur force pour pouvoir leur échapper.

Cela permet de passer d'une nécessite extérieure (on subit la passion), à une nécessité intérieure (l'action par la passion). 1.

Description de l'état passionnel L'étymologie peut nous aider à définir le terme de « passion ».

Il nous vient du verbe « patior », qui signifie « souffrir », « éprouver », « endurer », « supporter », et du substantif « passio », qui désigne la « souffrance » et la « maladie ».

La « passion » serait donc, au sens premier, un état de souffrance et de dépendance, d'attente passive. Nous retrouvons cette acception dans notre verbe « pâtir », et dans « la passion de J .

C.

», expression qui évoque l'ensemble des épreuves endurées par le Christ jusqu'à son supplice et à sa mort.

Nous verrons que la « passion » a également été considérée par divers auteurs comme une « maladie de l'âme », nécessitant la recherche de « remèdes ».

Mais le concept a évolué ; la psychologie et la psychanalyse, définissent aujourd'hui la passion comme un état affectif qui se manifeste par un attachement exacerbé, exclusif et durable à un objet, au point de dominer la personnalité du sujet et de déterminer son comportement.

Précisons des points de la définition. • Il s'agit donc d'un attachement exacerbé : ce sentiment se singularise par son intensité, sa vivacité particulière ; • Il est exclusif : il exige du sujet une allégeance unique à un objet (érigé en absolu, voire réifié et fétichisé) et efface de ses préoccupations tout ce qui n'est pas lui.

Tout autre désir est relativisé, refoulé vers un statut subalterne ; • Il est durable : contrairement à d'autres phénomènes psychiques (émotion, tendance, pulsion), la concentration de l'intérêt et de l'énergie du sujet passionné s'inscrit dans une certaine permanence ; • Enfin, il oriente la personnalité et le comportement du sujet : l'irruption de la passion (le « coup de foudre ») marque une rupture dans l'équilibre intérieur et la conduite de la personne ; tout le fonctionnement psychique et psychosomatique du sujet s'en ressent : émotions, sentiments, désirs, et même besoins. 2.

Ma passion, ma prison. A.

La passion comme notion : la passion vient du terme latin « patior », qui signifie « subir », « être contraint ». Cette notion désigne un obstacle à ma liberté et à ma santé morale et intellectuelle.

Elle est une « aliénation », au sens strict de « folie », car le passionné ne se possède plus lui-même : il appartient à sa passion, qu'elle soit politique ou amoureuse, par exemple. Dans la passion amoureuse en particulier, le moi n'est bien souvent plus maître de lui-même.

Il est entièrement soumis à l'objet de sa passion.

Ainsi, dans « Phèdre », Hippolyte se considère-t-il à son tour comme le captif et comme la proie de celle qu'il aime.

Dans cette forme d'amour, autrui fascine, il envoûte, il possède un empire absolu sur le passionné.

L'amoureux est placé sous la dépendance d'une autre volonté que la sienne : il aliène sa liberté. Mais l'amour passionné n'est pas la seule figure de la passion aliénante.

Les passions, quelles qu'elles soient, avarice, ambition ou concupiscence, provoquent des comportements irrationnels, incohérents et parfois frénétiques qui font songer à un délire, à une folie.

A la suite des stoïciens, on est tenté d'assimiler le passionné à un aliéné et la passion à une maladie de l'âme. B.

Un phénomène condamné par la tradition : la passion paralyse en effet la clairvoyance et elle entrave l'instrument. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles