Aide en Philo

explication linéaire Wajdi Mouawad, Incendies , Première partie, « Incendie de Nawal », 2009, Léméac

Publié le 01/07/2022

Extrait du document

« 1 5 6 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 49 50 55 56 60 Tous mes avoirs seront partagés équitablement entre Jeanne et Simon Marwan, enfants jumeaux nés de mon ventre. L'argent sera légué équitablement à l'un et à l'autre et mes meubles seront distribués selon leurs désirs et selon leurs accords. S'il y a litige ou mésentente, l'exécuteur testamentaire devra vendre les meubles et l'argent sera séparé équitablement entre le jumeau et la jumelle. Mes vêtements seront donnés à une œuvre de charité choisie par l'exécuteur testamentaire. A mon ami, le notaire Hermile Lebel, je lègue mon stylo plume noir. VOCAB A Jeanne Marwan, je lègue la veste en toile vert avec l’inscription 72 à l’endos . gémellité = état d’enfant jumeaux A Simon Marwan, je lègue le cahier rouge. muré* = (condamné) Le notaire sort les trois objets. Enterrement A partir de la L12 le texte est écrit en vers libres très courts, ce qui leur donne une forte Au notaire Hermile Lebel. dimension lyrique. Notaire et ami, Champs lexical de funérailles : « enterrez « v12, « cercueil » v17, prière v19, trou v21, Emmenez les jumeaux tombe v 27 Enterrez-moi toute nue -L15 à 17: injonction verbes à l’impératif (Emmenez v15, Enterrez v16 ) : injonction Enterrez-moi sans cercueil -L18-19 Anaphore « sans » pour insister sur la volonté de dépouillement total. Ce rite ne Sans habit, sans écorce correspond pas à une tradition, il rappelle, plutôt, le sort des personnes envoyées à la Sans prière fosse commune, dans l’anonymat totale, durant les guerres. Et le visage tourné vers le sol. -l.20 à 22 : la description du corps dans la tombe « Déposez-moi au fond d'un trou, Déposez-moi au fond d'un trou, Face première contre le monde « => suggère l’idée d’une punition, d’une humiliation. Face première contre le monde. -L23: absence de prière ou de fleurs (car c’est l’habitude chez les catholiques) En guise d'adieu, L24 à 27 : les injonctions lancerez v24, jetterez , scellerez v27 sont cette fois exprimées Vous lancerez sur moi au futur de l’indicatif: Chacun l25 la description est visuelle et précise (« chacun ») ; Un seau d'eau fraîche. -l26 « Un seau d'eau fraîche »3l’eau jetée suggère un désir de purification, une volonté Puis vous jetterez la terre et de laver une faute commise ou un désir de retour à la nature. scellerez ma tombe -l.27 : la succession du verbe « jeter » puis « sceller » qui exprime quelque chose de définitif, une volonté de disparition totale. Pierre et épitaphe. Les vers suivants font référence à un rite funéraire important, celui de la pierre Au notaire Hermile Lebel. tombale car le nom est tout ce qui reste de la personne après sa mort. Notaire et ami, L’insistance sur la volonté de disparition en anonymat est traduite par de Aucune pierre ne sera posée sur ma tombe nombreuses tournures négatives avec l’anaphore de « pas » (l.33 à 40). Et mon nom gravé nulle part. Parallélismes et répétitions : Pas d'épitaphe pour ceux qui ne tiennent 5. L 33// l.35 : argument énigmatique pour justifier la volonté de Nawal de pas leurs promesses. disparaître « ceux qui ne tiennent pas leurs promesses » // « ceux qui Et une promesse ne fut pas tenue. gardent le silence » (présent de vérité générale,tournure impersonnelle, Pas d'épitaphe pour ceux qui gardent le pluriel) silence. -L34// l.36 : « Et une promesse ne fut pas tenue » // « Et le silence fut gardé Et le silence fut gardé. » avec un passé simple et une tournure impersonnelle. Pas de pierre Ces phrases expriment la faute commise par Nawal et contribuent à Pas de nom sur la pierre alimenter l’énigme. Le spectateur comme les enfants de Nawal Pas d'épitaphe pour un nom absent sur une s’interroge sur cette promesse non tenue et sur les raisons de son silence. pierre absente. l.37 à 40 : ton lyrique, litanie (=même répétition), répétition des Pas de nom. négations, cela suggère une volonté d’anéantissement (=disparition) À Jeanne et Simon, Simon et Jeanne. -L41 le chiasme À Jeanne et Simon, Simon et Jeanne pour insister sur la L'enfance est un couteau planté dans la gorge. gémellité* et le désir d’équité de Nawal On ne le retire pas facilement. -l42- l43 : métaphore L'enfance est un couteau planté dans la gorge le silence Jeanne, douloureux et l’impossibilité de dire la vérité => qui provoque sensation de Le notaire Lebel te remettra une enveloppe. malaise et douleur Cette enveloppe n'est pas pour toi. lexique ‘couteau’ = plaie, ‘ l’enfance est un couteau = plaie du passé, parallèle Elle est destinée à ton père avec la douleur des personnages Le tien et celui de Simon. l’image suggère la difficulté de la quête de la vérité imposée aux enfants Retrouve-le et remets-lui cette enveloppe. Parallélisme de construction sur les 2 messages 44 à49 //50 à 55 : ce sont Simon, exactement les mêmes termes (sauf les prénoms des enfants qui s’inversent et Le notaire Lebel te remettra une enveloppe. les destinataires: père et frère) . Donc le jeu de rythme, inversement de Cette enveloppe n'est pas pour toi. pronoms d’enfants, accentue le fait qu’elles ne les considèrent que comme « les Elle est destinée à ton frère. jumeaux » : pas d’individualisation, pas de lyrisme. Les phrases sont courtes et Le tien et celui de Jeanne. précises Retrouve-le et remets-lui cette enveloppe Lorsque ces enveloppes auront été remises à leur destinataire Long silence Une lettre vous sera donnée Le silence sera brisé Et une pierre pourra alors être posée sur ma tombe Et mon nom sur la pierre gravé au soleil. [Texte] »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles