Aide en Philo

l'actualité fait-elle partie de l'Histoire ?

Extrait du document

« Le mot « Histoire » désigne toute connaissance basée sur l'observation, la description de faits advenus dans le passé. Il y a lieu de distinguer entre l'histoire, récit véridique du passé, et l'Histoire, comme réalité historique, totalité de ce qui a eu lieu et de ce qui aura lieu dans l'avenir. Penser l'histoire signifie donc produire un jugement sur l'évolution de l'homme à travers le temps. Le terme actualité a plusieurs significations. Dans un sens philosophique, l'actualité est le caractère d'une chose en acte, c'est-à-dire d'une chose qui a réalisé toutes les potentialités qu'elle avait en puissance. Plus généralement, l'actualité désigne l'ensemble des événements récents qui ont une importance dans un contexte donné. En posant la question « l'actualité fait-elle partie de l'histoire ? » nous cherchons à déterminer si l'actualité appartient au domaine de l'histoire entendue comme continuité et discipline intellectuelle. En effet, chercher à savoir si l'actualité fait partie de l'histoire, c'est se demander si ce qui se produit au présent est partie intégrante de la continuité historique, mais aussi s'il s'agit d'un objet d'étude pour la discipline historique. A première vue, il peut nous sembler que la réponse à une semblable question est nécessairement négative, dans la mesure où l'actualité et l'histoire semblent deux domaines dont la nature, sinon la dignité, sont distinctes. En effet, l'actualité est ce qui se produit perpétuellement dans le présent, de sorte qu'il y a eu une actualité dans le passé dont nous avons perdu la trace alors que l'histoire est le récit des évènements marquants advenus dans le passé qui ont conduit à la génération de notre présent. Cependant, ne sommes-nous pas susceptibles de faire une erreur en distinguant trop rigoureusement actualité et histoire, nous privant de voir que les mécanismes qui agissent dans l'un ont aussi une influence dans l'autre ? A la lumière de cette remise en question, nous en viendrons à nous demander si non seulement l'actualité ne ferait pas partie de l'histoire, mais s'il n'existerait pas une histoire de l'actualité avec une dignité et un intérêt comparables à celle l'histoire du passé. La question au centre de notre travail sera donc de déterminer si actualité et histoire sont deux concepts distincts, ou s'il n'y a pas lieu de considérer l'actualité comme un moment de la continuité historique autant qu'un objet de la discipline historique. I. L'actualité ne fait pas partie de l'histoire elles se tiennent dans des dimensions imperméables l'une à l'autre a. L'actualité appartient au domaine du présent réitéré Nous commencerons par dire que ce qui fait l'actualité ne saurait faire partie de l'histoire. En effet, nous tendrons ici à montrer qu'histoire et actualité sont deux réalités distinctes, de sorte que les mécanismes de production de l'actualité ne sauraient être les mêmes que les mécanismes générant l'histoire elles-mêmes. Actualité et histoire sont bel et bien différentes, en ceci que l'actualité appartient au présent alors que l'histoire, comme nous le verrons bientôt, est toute entière du domaine du passé. L'actualité est en effet la production d'évènements qui revêtent une importance dans le moment présent. Les critères de cette importance sont variables et parfois contestables, de sorte que ce qui appartient au domaine de l'actualité peut nous sembler parfois dépourvu d'intérêt : les « actualités » journaux d'informations, se font parfois l'écho d'évènements à l'importance pour le moins ténue. Pour le dire d'une manière plus condensée, l'actualité c'est ce qui ne cesse jamais de se produire dans notre présent, ce qui est discriminé en fonction de critères variables pouvant conduire à considérer ce qui n'en est pas digne, et ce que l'absence de recul temporel empêche de juger à sa juste valeur. Combien d'actualités brulantes à une époque ne sont-elles pas tombées dans l'oubli le plus complet et ne revêtent plus le moindre intérêt ? Nous dirons donc que l'actualité appartient à ce que Lucrèce décrit dans De la nature comme vide et inconsistant : « Il apparait bien clairement que les évènements accomplis sans exception n'ont pas d'existence propre comme la matière, qu'ils n'existent pas non plus à la manière du vide mais qu'il est bien plus juste de les qualifier d'accidents de la matière et de l'espace, dans lequel chaque chose s'accomplit ». De la nature, Livre I »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles