Aide en Philo

COURS DE PEDAGOGIE GENERALE

Publié le 02/07/2022

Extrait du document

« COURS DE PEDAGOGIE GENERALE TABLE DES MATIERES Objectifs de la formation……………………………………………………………………….1 Objectif Général ......................................................................................................................... 2 Objectifs spécifiques.................................................................................................................. 2 Prérequis :........................................................................................Erreur ! Signet non défini. Introduction ................................................................................................................................ 5 I. Aspects notionnels.................................................................................................................. 5 I.1. L’éducation .......................................................................................................................... 5 I.1.1. Etymologie........................................................................................................................ 5 I.1.2. Définitions......................................................................................................................... 6 I.2.- concepts voisins de l’éducation .......................................................................................... 8 I.2.1. Enseigner/enseignement ................................................................................................... 8 I.2.2. Former/formation.............................................................................................................. 9 I.2.3. Instruire/instruction........................................................................................................... 9 I.3- La pédagogie...................................................................................................................... 10 I.3.1. Etymologie et origine de la pédagogie............................................................................ 10 I.3.2. Quelques définitions de la pédagogie ............................................................................. 11 I.4- Sciences de l’éducation ..................................................................................................... 13 II. Quelques conceptions de l’apprentissage ............................................................................ 14 II.1. Les conceptions traditionnelles ....................................................................................... 15 II.2. Les conceptions comportementalistes .............................................................................. 16 II.3. Les conceptions cognitivistes........................................................................................... 18 II.4. Les Théories constructivistes............................................................................................ 21 II.5. Les conceptions socioconstructivistes. ............................................................................. 23 III. Les méthodes et techniques pédagogiques......................................................................... 26 III.1. Qu’est-ce qu’une méthode pédagogique ? Qu’est-ce qu’une technique ? ...................... 27 III.1.1. Méthode pédagogique : ................................................................................................ 27 III.1.2. Technique pédagogique................................................................................................ 29 III.2. Quelques méthodes pédagogiques qui peuvent être utilisées dans l’enseignement :...... 29 III.2.1. L’exposé informel ........................................................................................................ 29 III.2.2. L’exposé – démonstration ............................................................................................ 30 III.2.3. La méthode interrogative.............................................................................................. 30 III.2.4. Méthode expérimentale ................................................................................................ 31 III.2.5. Méthode de découverte ou de redécouverte :............................................................... 31 III.2.6. Apprentissage par la résolution de problèmes :............................................................ 32 III.2.7. Jeu éducatif................................................................................................................... 33 III.2.8. Apprentissage par projet :............................................................................................. 33 III.2.9. Méthode de clarification des valeurs :.......................................................................... 34 III.2.10. Jeux de rôles :....................................................................Erreur ! Signet non défini. 4 III.3. Quelques techniques pédagogiques................................................................................. 36 III.3.1. La technique de l’exposé :............................................................................................ 36 III.3.2. La technique du questionnement :................................................................................ 37 III.3.3. Les techniques de groupe ou de discussion :................................................................ 37 III.3.4. Le monitorat et l’aide mutuelle :.................................................................................. 37 III.3.5. La recherche collective d’idées :.................................................................................. 38 III.4. Classification des méthodes utilisées.............................................................................. 38 III.4.1. Les méthodes centrées sur le pôle enseignant.............................................................. 38 III.4.2. Les méthodes centrées sur le pôle apprenant ............................................................... 39 III.4.3. Les méthodes centrées sur le pôle savoir ..................................................................... 39 III.5. Comment choisir sa méthode pédagogique..................................................................... 40 IV-Autres aspects important dans la conduite d’une leçon : la gestion de l’hétérogénéité dans la classe et de l’autorité dans la classe ..................................................................................... 41 IV.1.La gestion des hétérogénéités dans la classe :.................................................................. 41 IV.2. La relation pédagogique dans la classe ........................................................................... 43 FICHE D’ACTIVITES A MENER EN CLASSE ..........................Erreur ! Signet non défini. 5 Introduction Une des tâches principales de l'enseignant est de planifier des activités d'apprentissage et de les conduire en classe. La préparation et la conduite du cours sont des tâches étroitement liées car la préparation du cours est une anticipation de la conduite du cours, une mise en scène de comment le cours sera conduit. Au moment de la préparation du cours, l'enseignant doit se poser certaines questions qui sont fondamentales dans la conduite de la leçon :  Quel est le contenu qui doit être enseigné dans la classe (lecture des programmes d’enseignement)  Quelles démarches et techniques pédagogiques sont utilisées pour mieux faire apprendre ?  Comment m'assurer qu'il y a eu apprentissage ou pas, et faire les remédiations nécessaires ? Les orientations que l'enseignant va faire par rapport à ces différentes questions, seront fonction de ses conceptions du processus enseignement apprentissage : quelle sont les meilleures façons d’enseigner et d’apprendre ? I. Aspects notionnels Question introductrice : dans les milieux scolaires, certains mots sont rentrés dans le langage courant tels que : éduquer ; enseigner ; former ; instruire ; pédagogie. Quels sens peut-on donner à chacun de ces termes ? I.1. L’éducation I.1.1. Étymologie Selon l’étymologie, le mot « éducation » pourrait venir du verbe « educere » ou du verbe « educare » tous en latin. Le verbe educere signifie conduire hors de, guider de…vers, élever. De cette première étymologie, l’éducation est donc l’action de faire sortir quelqu’un de son état initial pour le guider, le conduire vers un état nouveau dont le terme « élever » vient préciser la qualité, c’est-à-dire faire passer du bas vers le haut, le plus. Ainsi donc, éduquer c’est faire sortir d’un état inférieur vers un état supérieur ; c’est croître, développer, améliorer, amener du moindre au maximum, élever de l’état actuel insatisfaisant à l’idéal, à la perfection. 6 L’éducation apparaît donc comme un processus de perfectionnement, d’amélioration, d’évolution, de progrès, de développement ; elle est un processus de transformation. Il apparaît donc un rapport étroit entre éducation synonyme de développement, de croissance, de conduite de l’éduqué à son mieux être et développement dans le sens d’amélioration de l’homme tant dans son être initial insatisfaisant, moindre vers un état nouveau meilleur. Tout développement ne peut se concevoir donc sans éducation ; tout développement passe par l’éducation aussi bien au niveau individuel qu’au niveau de la société. Le développement d’une société dépend du développement de ses membres assuré par l’éducation. L’éducation joue donc un rôle primordial dans toute société et elle doit être la préoccupation majeure des individus, des nations et de la communauté internationale. Quant au verbe educare, il signifie nourrir (alimenter), instruire (enseigner), former (faire prendre forme), avoir ou prendre soin de… Eduquer un enfant revient donc à : - L’informer : le nourrir d’informations, lui enseigner des choses, lui communiquer des savoirs, des savoir-être, des savoir-faire. Il s’agit de l’aspect enseignement, instruction ou développement intellectuel. - Le former : l’amener à prendre forme avec l’information en adoptant un nouveau mode d’être et de pensée plus éclairée qu’avant. - Le soigner : extirper en lui le mal, car selon la conception judéo chrétienne, tout homme naît déjà souillé par le péché originel et le prémunir contre toute dépravation et déchéance. Eduquer est synonyme donc d’étouffer l’animalité, l’instinct, les inclinaisons, les pulsions sexuelles par exemple pour faire place au bien, à la morale, à l’humanité. Les deux étymologies du terme éducation, loin de s’opposer, s’éclairent mutuellement afin de mieux cerner ce concept dans tous ses aspects. En somme, éduquer selon l’origine educere, c’est transformer, perfectionner, élever et selon l’origine educare, cela se fait par l’information, la formation et le soin. I.1.2. Définitions L’homme est la seule créature qui soit susceptible d’éducation. Par éducation l’on entend les soins (le traitement, l’entretien) que réclame son enfance, la discipline qui le fait homme, enfin l’instruction avec la culture. Selon le dictionnaire Le Larousse, « l’éducation est l’action de développer les facultés physiques, intellectuelles et morales d’un individu. Elle est l’action d’élever ou de former un enfant ». 7 Les philosophes définissent l’éducation en fonction du courant idéologique. Pour KANT par exemple, « l’éducation est l’action de développer en l’individu toute la perfection dont il est susceptible ». Cela signifie qu’il faut développer au maximum les facultés que l’enfant possède naturellement à la naissance. A travers leurs définitions, les pédagogues mettent l’accent sur les actions, les moyens techniques pour rendre efficace et efficiente l’action sur les enfants. C’est ainsi que LEIF écrit : « L’éducation est la mise en œuvre des moyens propres à former, à développer physiquement, affectivement, intellectuellement, socialement, moralement un enfant, un adolescent, par l’exploitation, l’orientation, la valorisation des ressources de son être ». Les sociologues définissent l’éducation en fonction du type de société pour laquelle on éduque l’individu. Pour DURKHEIM, « L’éducation est l’action exercée par les générations adultes sur celles qui ne sont pas encore mûres pour la vie sociale. Elle a pour but de susciter et de développer chez l’enfant un certain nombre d’états physiques, intellectuels et moraux que réclament de lui et la société politique dans son ensemble, et le milieu spécial auquel il est particulièrement destiné ». L’éducation est alors essentiellement politique parce que liée étroitement à la nécessité de l’évolution sociale. Ainsi, chaque génération doit faire sienne la mission d’éclairer, d’entrainer et de guider la génération suivante au respect des valeurs qu’elle a elle-même reçues en héritage. Il ressort de ces différentes définitions que l’éducation est avant tout une action exercée sur un sujet, en principe immature, afin de développer ses potentialités physiques, morales et intellectuelles. L’épanouissement et l’insertion de l’individu dans la société sont conditionnés par le développement de ces capacités et l’éducation est une œuvre jamais achevée. En effet, les vicissitudes d’un monde toujours changeant, commandent qu’à tout âge, l’homme s’adapte et par conséquent s’auto-éduque Pour COURNOT (Des institutions d’instruction publique en France) le mot éducation est bien fait car il exprime que toutes les qualités acquises existent en germe et que le germe resterait stérile si l’éducation ne venait en tirer tout ce qu’elles contiennent virtuellement. Pour LEIF (Philosophie de l’éducation : vocabulaire technique et critique de la pédagogie et des sciences de l’éducation), l’éducation est la 8 « Mise en œuvre des moyens propres à former, à développer physiquement, affectivement, intellectuellement, socialement, moralement un enfant, un adolescent par l’exploitation, l’orientation, la valorisation des ressources de son être. … C’est aussi l’action générale et fondamentale que l’adulte exerce direction ou indirectement sur l’enfant ou l’adolescent en vue d’orienter, d’infléchir explicitement ou implicitement son existence et sa conduite par rapport à des fins qui varient selon les époques, les milieux, les conceptions morales, sociales, économiques, religieuses… ». On pourrait tenter de définir l'éducation et l'autorité comme l'ensemble des moyens, des balises, qui permettent de conduire un enfant à sa propre humanité, en l'insérant, ou en lui donnant les moyens de s'insérer dans la communauté humaine, et d'en devenir acteur, en le menant à l'autonomie de la conscience et à sa responsabilité d'homme. L'objectif premier de l'éducation est évidemment de révéler à un petit d'homme sa qualité d'homme, de lui apprendre à participer à la construction de l'humanitude et, pour cela, de l'inciter à devenir son propre créateur, à sortir de lui-même pour devenir un sujet qui choisit son devenir, et non un objet qui subit sa fabrication. L’éducation a pour objectif aussi de réaliser dans une société donnée à une époque donnée et selon la philosophie, les valeurs, les traditions, les croyances, les structures etc. de ladite société, « l’être social ». Il s’agit donc de développer les propriétés physiques et morales de l’enfant, lui donner tout ce dont il a besoin pour vivre harmonieusement dans la communauté. De ce fait, toute éducation apparaît comme une socialisation. Aussi, chaque société trouvaitelle le système d’éducation adapté aux besoins économiques religieux et moraux de la société considérée. On peut dire que chaque société développait ainsi, un art d’éduquer, une pédagogie empirique. I.2.- Concepts voisins de l’éducation I.2.1. Enseigner/enseignement Dans le cadre scolaire, enseigner c’est transmettre des connaissances d’ordre théorique et/ou pratique fixées par un programme précis. En d’autres termes, enseigner revient à organiser des situations d’apprentissage pour faire découvrir par exemple le sens d’un mot, analyser un problème, interpréter une poésie, faire identifier une bonne action, en faire saisir la valeur et inciter à sa pratique ou en tirer une leçon. Enfin enseigner, c’est communiquer, transmettre ce que l’on sait et aussi ce que l’on est, c’est-à-dire des connaissances, mais aussi des attitudes, des savoir-faire. L’enseignement s’avère un instrument, un moyen efficace de l’éducation. Il est l’action par laquelle un 9 présumé détenteur de savoirs les donne, les dispense, les transmet ou les communique : des savoirs qu’il a collectés, structurés, réorganisés, préparés, agencés en fonction de celui à qui il le communique. I.2.2. Former/formation Former c’est donner forme, mettre en forme, donner visage à des potentialités, rendre réelles, concrètes des possibilités, faire prendre corps à des aptitudes. Elle peut s’entendre aussi comme un développement physique, intellectuel et moral d’un individu et consiste à faire naître, à créer ou à développer des aptitudes. Le sens courant du concept « formation » indique l’action de former ou la manière dont une chose se construit, se constitue, s’élabore, se forme. La formation fait appel à l’acquisition d’une somme de connaissances théoriques et pratiques ou techniques dans un domaine donné, notamment professionnel. Exemple de la formation militaire, de la formation artistique… Ce terme prend donc le sens d’une préparation à quelque chose, à l’exercice d’un métier. On parle alors de formation initiale, de formation continue de perfectionnement ou de spécialisation. Au sujet de l’enfant, ce terme est presque équivalent à celui d’éducation parce que la formation est entendue ici comme une préparation à la vie. Le métier d’Homme ne pouvant être appris par l’enfant laissé à lui-même. I.2.3. Instruire/instruction Le concept « instruction » provient du radical instruire qui en latin, signifie entasser, empiler, équiper, dresser, etc. Le Robert dit que l’instruction ou action d’instruire consiste à donner des connaissances nouvelles, enrichir et former l’esprit de la jeunesse. L’instruction s’apparente à la notion d’éducation dont l’objet est de faire prendre conscience de la nécessité du respect des valeurs. L’instruction a aussi le sens de directives, de consignes, d’injonctions auxquelles on doit se conformer. Dans le cadre de l’éducation, l’instruction a trait au développement des facultés intellectuelles, à l’acquisition et à l’amas des connaissances. On parle d’avoir de l’instruction, d’être une personne instruite ou cultivée lorsqu’on a acquis des connaissances étendues sur un ou plusieurs sujets. L’instruction entretient avec l’éducation un rapport d’inclusion. Elle s’intéresse essentiellement à la dimension intellectuelle alors que l’éducation, qui veut globale et totale, s’occupe à la fois des aspects : intellectuel, moral, social, affectif et pratique. 10 Ainsi entendu, le fait de fournir des connaissances aux enfants afin qu’ils brillent en société ou qu’ils réussissent à un examen, c’est faire de l’instruction et non pas faire de l’éducation. I.3- La pédagogie Si l’éducation se veut avant tout l’action d’élever les enfants, ou l’art d’élever, la pédagogie quant à elle se veut la théorie, la réflexion et la science de cette action ou de cet art. L’éducation est du domaine de l’action, de la pratique (le faire, l’agir) et la pédagogie, le domaine de la théorie, de la pensée (la réflexion, la spéculation). I.3.1. Étymologie et origine de la pédagogie Étymologiquement le mot vient du grec paidagôgia (éducation des enfants) : de païs (enfant) et agôgué (conduite). Elle est donc la science de l’éducation des enfants, leur conduite du stade de l’enfance à celui d’adulte. En remontant à l’antiquité grecque, le pédagogue était un esclave plus ou moins affranchi et attaché à une famille et dont le rôle consistait à conduire l’enfant à l’école et de l’en ramener. Plus tard son rôle gagna en importance et il lui était en outre demandé de surveiller l’enfant le garder des mauvaises fréquentations, surveiller sa nourriture, ses distractions, son travail scolaire. Le pédagogue était alors surveillant, conseiller, précepteur en somme l’éducateur de l’enfant. En tant qu’esclave qui conduit l’enfant du maître à l’école, présent pendant les cours, chargé de faire réciter les leçons, le pédagogue se veut un médiateur entre le savoir et l’enfant. S’il y a, peut-être, de l’exagération dans la responsabilité attribuée ici au pédagogue de l’Antiquité grec, et s’il est possible d’émettre des doutes sur l’exactitude historique de la description, il faut reconnaître que cette présentation a le mérite de constituer une image forte et un symbole. Elle place, d’emblée, la pédagogie, comme le dit Daniel HAMELINE, sous le signe de la « guidance » : « Tout éduqué, en quelque sorte, est une personne déplacée, qui, sous la conduite d’autrui a dû quitter un « lieu » pour en gagner un autre » (Encyclopedia Universalis article « pédagogie », tome 17, Paris, 1992, page 725). Pour revenir à son origine, on peut dire que la pédagogie en réalité est aussi vielle que l’humanité. En effet, toutes les communautés humaines ont toujours eu le souci d’élever les enfants, de socialiser les jeunes générations en leur transmettant des savoirs, des savoir-faire et des valeurs par différentes formes et différents moyens. Ce faisant, elles étaient dans la pédagogie elles faisaient de la pédagogie. Toutefois la codification de la pédagogie en tant que discipline en tant science est assez récente. En France par exemple, sa naissance intellectuelle et institutionnelle remonte à 1880, date à laquelle elle a commencé à être 11 enseigner dans les écoles normales, les instituts de formation d’enseignants et dans des facultés. I.3.2. Quelques définitions de la pédagogie Les dictionnaires et encyclopédies définissent la pédagogie comme une théorie, une science de l’éducation des enfants, une méthode d’enseignement ou tout simplement comme toute activité déployée par une personne pour développer des apprentissages précis chez autrui ou la qualité de celui qui sait transmettre les connaissances. A travers ces définitions, la pédagogie est définie assez simplement comme « une méthode d’enseignement », ou encore comme la qualité d’une personne qui a le sens de l’enseignement. Plusieurs auteurs ont donné une définition à la pédagogie. J. LEIF la définit comme une réflexion sur l’action éducative, une recherche continue de réponse à la question du comment éduquer efficacement en même temps qu’une réflexion critique sur les forces et les faiblesses des manières actuelles d’éduquer et d’enseigner en vue d’améliorer l’efficacité de l’action éducative. Pour DURKHEIM (1938, p. 10), la pédagogie est une « réflexion appliquée aussi méthodiquement que possible aux choses de l’éducation » HAMELINE et PIVETEAU (1981, p. 6) affirment que : « Certes, les sciences de l'éducation apportent, chacune en son champ, des moissons de faits vérifiables. Mais la pédagogie n'est pas, tant s'en faut, la science de l'éducation. Elle est une pratique de la décision concernant cette dernière. L'incertitude est donc son lot. Incertitude conjoncturelle, augmentée par la mobilité parfois vertigineuse des repères contemporains, mais incertitude essentielle dès lors qu'une connaissance et une action sont à conjoindre dans une théorie de la pratique ». Selon HOUSSAYE (2007) « La pédagogie, trop souvent considérée comme une discipline visant l’application de fins éducatives appropriées, recouvre un champ d’action qui s’étend bien au-delà de l’enceinte du collège ou du lycée. Par ses pratiques, elle nous informe sur la manière dont une société se définit et envisage son avenir économique, social et politique ». De toutes ces compréhensions, l’on peut retenir que la pédagogie est un ensemble de théories, d’idées ayant pour objet de diriger ou d’orienter l’action éducative. 12 Elle est une réflexion savante appliquée le plus méthodiquement possible à l’éducation de l’enfant. Ce faisant, l’action du pédagogue va consister à rassembler le plus de faits instructifs et à les interpréter avec précision, afin de réduire le plus possible, les risques d’erreur. Il faut placer dans ce cas la pédagogie parmi les sciences humaines, parce que c’est par elle qu’on assure l’éducation. Pour rester efficace, la pédagogie doit être perçue comme un art, une science qui s’adapte aux caractéristiques individuelles des élèves. Ainsi, au lieu d’appliquer aux enfants la même loi, la même réglementation, la même pédagogie, l’on cherchera à varier, à diversifier les méthodes en tenant compte des tempéraments individuels et des types ou « style » d’intelligence des enfants. D’autre part, l’évolution de la pensée philosophique et des autres sciences humaines à travers le temps, induit des changements logiques dans les modes de vie et de pensée. Et cela influence l’éducation qui intègre à chaque époque, les nouvelles valeurs culturelles, pour être en phase avec les aspirations sociales. Cependant, pour que l’éducation change, il faut qu’en amont, la réflexion pédagogique lui fournisse les méthodes et techniques appropriées. Ce qu’il est convenu d’appeler la pédagogie générale, permet de réaliser l’analyse des concepts généraux constitutifs de la philosophie générale de l’éducation : à savoir les finalités, les méthodes, techniques et procédés d’enseignement et d’éducation. Selon RIBOULET cité par F. MACAIRE dans son ouvrage : La pédagogie du maître africain, « la pédagogie est une science qui résulte de l’expérience des sciences, de l’étude de l’enfant et de l’examen des méthodes qui conviennent à chaque genre de connaissance. Elle donne des règles à suivre pour instruire l’enfant et le former à la vertu. Elle est aussi une adaptation des principes et des règles aux circonstances, aux tempéraments et aux caractères des enfants ». La pédagogie s’appuie sur les travaux des grands penseurs de l’antiquité à nos jours. Elle élabore des démarches méthodologiques pour l’enseignement des disciplines et l’on parle alors de pédagogie appliquée. Elle procède à des expérimentations pour éprouver les idées nouvelles en vue de les adapter aux réalités particulières de chaque contexte. Elle est dite spéciale lorsqu’elle cherche à répondre aux besoins de publics spécifiques comme les sourdsmuets, les aveugles et malvoyants, les encéphalopathes, les handicapés moteurs, etc. La pédagogie diffère de l’éducation dont elle est cependant le guide, l’éclairage. L’éducateur ou l’enseignant oriente son habileté, son talent dans la transmission des connaissances aux enfants en se référant à la psychopédagogie. 13 En plus de son caractère technique, la pédagogie a un aspect normatif, en ce sens qu’elle comporte des valeurs, des règles, des principes, des préceptes, des modèles, des données théoriques et pratiques dont le but est de guider les interventions de l’enseignant-éducateur, afin que celle-ci soient efficaces et pertinentes. Du point de vue de sa nature, on s’accorde actuellement que la pédagogie est essentiellement théorie, réflexion, pensée et contraire donc à l’action. Elle réfléchit et critique : - les systèmes d’éducation et les systèmes d’enseignement, c’est-à-dire les manières dont l’éducation et l’enseignement sont organisés ; - les moyens et méthodes auxquels l’éducation et l’enseignement font recours dans leur pratique ; - les contenus c’est-à-dire l’ensemble des informations à transmettre à l’apprenant ou à l’éduqué (programmes et curricula) ; - les doctrines, les conceptions, les points de vue courants sur l’éducation, sur l’enfant, sur l’homme pour déduire les finalités, les méthodes, les contenus qui s’y cachent afin de juger de leur intérêt ou de leur effet néfaste sur l’éducation. I.4- Sciences de l’éducation Au départ, à l’époque de DURKHEIM (fin du XIX siècle), on parlait de science de l’éducation (au singulier), donc de la science de l’éducation. Il y avait, naturellement, des raisons à cela. L’on peut évoquer, parmi elles, celle liée au fait que la psychologie s’était révélée être la seule discipline, la seule science constituée scientifiquement, à pouvoir éclairer l’éducation, sur le plan de sa théorie comme sur celui de sa pratique. Mais avec le développement des sciences humaines et après de longues périodes de réflexion et de flottement, l’on s’était rendu compte que beaucoup d’autres sciences éclairaient la théorie et la pratique éducatives, sans qu’il soit pour autant aisé d’en dresser une liste exhaustive Tout mode de connaissance qui permet de mieux comprendre les problèmes d’éducation, l’ensemble des sciences dures ou molles ayant pour objet l’éducation ou s’appliquant à elle est désigné sous la terminologie science de l’éducation. La pédagogie qui se préoccupe du comment éduquer s’inspire permanemment de toutes ces sciences pour élaborer des méthodes, des techniques, des procédés, des stratégies comme des réajustements des manières d’éduquer, réajustements dictés par les nouvelles exigences et qui évoluent au rythme des sciences. Selon MIALARET (1998) : « Les sciences de l’éducation sont constituées par l’ensemble des disciplines qui étudient, dans des perspectives différentes mais complémentaires et 14 coordonnées, les conditions d’existence, de fonctionnement et d’évolution des situations et des faits d’éducation. Elles étudient les situations d’éducation dans toutes leurs perspectives correspondant à leurs déterminismes : philosophiques (problèmes de finalités), politiques, économiques, démographiques, sociologiques, techniques, à leurs composantes physiologiques (…), psychologiques, psychosociologiques, pédagogiques ». Les sciences de l'éducation ne sont pas à confondre avec leur objet : l'éducation elle-même. Elles sont plutôt un ensemble de sciences (psychologie de l’éducation, sociologie de l’éducation, ethnologie de l’éducation, didactique, docimologie, histoire de l’éducation éducation comparée, droit de l’éducation, économie de l’éducation…)1 qui concourent à connaître cet élément humain qu'est l'éducation. Ces connaissances ne sont pas du domaine de l'expérience personnelle qu'un éducateur développe, elles ont un souci d'objectivité, d'universalité et de communicabilité. On peut citer à cet effet la caractérisation que fait MIALARET des sciences de l’éducation : « On conçoit donc aisément la nécessité d'appréhender le phénomène éducation dans plusieurs directions et à plusieurs niveaux si l'on veut établir objectivement certains faits, faire des comparaisons, mettre en évidence certaines régularités ou certains invariants, découvrir certaines lois. Cet ensemble de disciplines constitue, répétons-le, les sciences de l'éducation ». Ainsi donc les sciences de l'éducation abordent l'éducation sous plusieurs angles qui sont ceux des diverses disciplines qui concourent à ces sciences. L'éducation étant un phénomène complexe, il demande une multitude de sciences distinctes pour le saisir et le but de cette interdisciplinarité II. Quelques conceptions de l’apprentissage Question introductrice : selon-vous, 1-qu’est-ce que maitriser un savoir donné ? 2-donner Quelques indicateurs qui montrent que l’élève maitrise un savoir 3-proposer une démarche pour conduire une leçon de votre discipline en classe ? Il n’y a pas une réponse figée à chacune de ces différentes questions. Les réponses sont fonctions des conceptions que tout un chacun a du processus enseignement/apprentissage : Comment un élève apprend ? Comment bien faire apprendre ? Cinq grands courants ont dominé le monde : les courants traditionnels, les courants béhavioristes (ou comportementalistes), les courants cognitivistes, les courants 15 constructivistes et les courants socioconstructivistes. Toutes ces théories d'apprentissage ont été créées et découvertes afin de savoir comment un individu peut apprendre et retenir ce qu'il apprend. Ce que les chercheurs tentent de comprendre depuis toujours réside dans cette question : comment les concepts et la connaissance prennent forme ? Quelle est la relation entre l'expérience et l'organisation de la pensée. Deux doctrines ou mouvements s'opposent dès alors : l'empirisme et le rationalisme qui sont les précurseurs de toutes les théories d'apprentissage :  L'empirisme vient de l'antiquité grecque avec Aristote. Pour les empiristes, l'expérience est la seule source de connaissances. Il s'agit d'une doctrine selon laquelle toutes nos connaissances dérivent exclusivement de l'expérience. Selon ce dogme, toute connaissance est acquise et non innée. Cette philosophie donne naissance aux courants comportementalistes, notamment, le courant béhavioriste.  Pour le rationalisme dont un des représentants est Descartes, la raison est la première source de connaissances. Elle domine sur les données de sens. Les tenants du rationalisme sont contre l'interprétation. Les rationalistes parlent aussi d'organisation mentale : selon eux, le type de relations qui se produit dans les associations d'idées est très important. L'esprit mental nécessite une représentation des connaissances dans laquelle des idées interassociées sont étiquetées selon leur type de relation. L'étiquetage approprié des relations est très important pour effectuer des recherches pertinentes dans la mémoire. Ce courant va donner naissance à tous les courants cognitivistes et constructivismes. II.1. Les conceptions traditionnelles La vision traditionnelle du processus enseignement/apprentissage est traduite par Coussinet à travers ces propos : « Le maître est celui qui sait, l’écolier celui qui ne sait pas. Mais le maître est en outre celui qui doit transmettre son savoir, l’écolier est celui qui doit sortir de son ignorance. Par suite la tâche naturelle du maître (…) est de présenter son savoir. De ce savoir, il ne voit pas comment il pourrait faire une bonne présentation, une présentation utile, autrement qu’en le présentant d’une façon ordonnée, systématique, tout construit et assuré sur des bases solides, en rattachant chaque présentation à des principes, à des généralités ». (Coussinet, cité par J. L. Wolfs, Psychopédagogie : tendances actuelles.) On suppose donc que l'élève est une tête vide et que l'on doit remplir (les élèves ne connaissent rien de ce que l'on veut leur enseigner ou ils ne s'en souviennent pas, ou qu'ils ne 16 savent pas l'utiliser correctement le savoir visé). Pour passer de la situation initiale de tête vide à la situation finale de tête pleine, il n’existe qu’un moyen : la communication Professeur - élève. Cette communication, essentiellement orale, repose sur l'axiome : ce qui s'énonce clairement, se comprend aisément. II.2. Les conceptions béavioristes ou comportementalistes Le béhaviorisme se veut une psychologie expérimentale. Il est né au début du XXème siècle de deux courants indépendants :  la théorie du réflexe conditionné ou, du conditionnement classique ou opérant. de Pavlov qui met en évidence la théorie selon laquelle le conditionnement s'obtient par l'association en contiguïté de deux stimuli. Les réponses réflexes à des stimuli correspondent aux comportements répondants. Ces réponses ne sont pas apprises et sont déclenchées par les stimuli qui les précèdent ;  la théorie de Jonh Broadus Watson (1913) qui fait ressortir les principes suivants : l’environnement est un facteur important pour modifier le comportement (Quand on parle de comportement, on entend tout mouvement, activité ou manifestation observables et mesurables d'un organisme) et que l’individu acquiert des habitudes par le conditionnement (habitudes de types stimulus- réponse) ;  Edward Lee Thorndike (1874-1949), qui s'intéresse particulièrement à l'intelligence des animaux et met en évidence deux lois qui établissent des liens entre les stimuli et les réponses. Il s'agit de la loi de l'exercice et de la loi de l'effet : - La loi de l'exercice propose que la répétition d'une réponse conditionnée renforce le lien entre le stimulus et la réponse. - La loi de l'effet soutient qu'une réponse suivie d'un stimulus agréable sera renforcée et une réponse suivie d'un stimulus désagréable tendra à diminuer. Pour les béhavioristes, seuls les comportements observables sont des données fiables d’indicateurs d’acquisition de connaissances (le sujet apprenant est une boîte noire dont on peut connaître le fonctionnement, il convient donc d’associer les réponses obtenues aux stimuli qui les ont provoquées).  L’apprentissage s’effectue par conditionnement (association stimuli-réponse) : l’apprentissage vient de l’environnement qui stimule, de l’organisme qui est stimulé, du comportement de l’organisme suite à la stimulation  On apprend en répondant à des sollicitations, mais aussi en considérant les effets de notre comportement sur l’environnement. 17  On peut modifier le comportement en agissant sur l'environnement (S-->R) et sur les conséquences du comportement (S-->R--C). Selon les béhavioristes, on peut modifier les comportements : - Par des stimuli externes : conditionnement classique(S-->R). - Par des renforcements externes : conditionnement opérant (S-->R-->C). Un comportement est dit opérant lorsqu'il dépend de sa conséquence. On peut accroître ou diminuer la fréquence d'un comportement en manipulant ses conséquences. - Par un processus cognitif de médiation : les stimuli internes (la pensée et les stimuli imaginaires, S-->O-->R) sont codés et organisés lorsqu'ils sont reçus par l'organisme. Ex. : peur d'être puni.  Les comportements s’apprennent par appropriations successives et certains comportements sont nécessairement antérieurs à d’autres (pour faire passer l’élève d’un niveau de connaissances à un autre, il suffit de lui aménager un certain nombre d’étapes intermédiaires comportant chacune une petite difficulté que l’élève doit pouvoir surmonter).  La rétroaction (feed-back) est un élément très important dans le processus d’apprentissage : la rétroaction joue le rôle du renforcement. Elle joue aussi le rôle d’éléments de motivation (on a ici une motivation extrinsèque : la motivation de l’apprenant est contrôlée par des renforcements extérieures). Dans la même vision, Fechner compare l'individu à une boîte noire, dont on ne sait rien sur ce qui se passe à l'intérieur, mais dont on peut prévoir certains comportements puisqu'en proposant des stimuli particuliers on obtient toujours les mêmes résultats à la sortie : Du point de vue de l'enseignement, le béhaviorisme considère l'apprentissage comme une modification durable du comportement résultant d'un entraînement particulier. Il part du principe que l'acquisition des connaissances s'effectue par paliers successifs. Le passage d'un niveau de connaissance à un autre s'opère par des renforcements positifs des réponses et comportements attendus. De ce fait, l'enseignant répète une notion une ou plusieurs fois 18 lorsqu'il constate à travers le comportement observé que la notion en question n'est pas assimilée par les apprenants. De même, il a pour tâche de concevoir des exercices progressifs, de guider les élèves dans leurs réalisations et de leur communiquer les rétroactions nécessaires à la prochaine étape. Néanmoins, les apprenants ne donnent souvent pas du sens aux connaissances qu'ils restituent et ils perdent le fil conducteur entre les différentes étapes de leur apprentissage. Dans cette théorie, l'apprenant est un élève qui écoute, regarde, réagit et tente de reproduire face à un enseignant qui est transmetteur d'information, de connaissances, qui présente, décrit, schématise, planifie et vérifie. II.3. Les conceptions cognitivistes Le cognitivisme (ou rationalisme) naît en même temps que l'Intelligence Artificielle, en 1956. Il est proposé par Miller et Bruner en réaction au béhaviorisme. Il est centré sur les manières de penser et de résoudre des problèmes. L'apprentissage ne peut être limité à un enregistrement conditionné, mais doit plutôt être envisagé comme nécessitant un traitement complexe de l'information reçue. La mémoire possède une structure propre, qui implique l'organisation de l'information et le recours à des stratégies pour gérer cette organisation »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles