Aide en Philo

Analyse texte L'Enfant de Valles

Extrait du document

« LE PERSONNAGE DE JACQUES  Dès le début, les rapports entre la mère et son fils sont présentés : dès le premier paragraphe, Jacques raconte : « je n’ai pas été dorloté, tapoté, baisotté ; j’ai été beaucoup fouetté. » (p. ) Ce ne sont pas seulement les coups et le fouet qu’il subit, mais aussi les humiliations et la souffrance psychologique. Madame Vingtras est une mère possessive qui ne partage qu’une relation de pouvoir avec son fils. Madame Vingtras est d’ailleurs le seul membre de la famille dans le livre n’ayant pas de prénom, trop chargée d’une valeur affective que son fils n’a pas pour elle. Pourtant sa présence est très importante tout au long du texte. D’ailleurs le roman s’ouvre sur le chapitre « Ma mère » et se termine sur elle « .» Le prénom du héros est également problématique puisqu’il est rarement prononcé avec affection. « Jacques! » est marqué par les claques et la violence. La mère empêche les plaisirs et les apprentissages de son fils. Elle limite sa relation avec les autres, en lui interdisant tous les jeux de l’enfance : « tous les jeux de l’enfance me sont interdits» [p.41 L.20]. Les exercices physiques, les jouets bruyants ou encore les bravades entre camarades sont proscrits : « Je ne puis jouer aux barres, sauter, courir, me battre » [p.41 L.20/21]. Jacques est retenu par sa mère, il ne peut pas grandir…. La mère est la restriction même, et son pouvoir s’étend tout particulièrement sur le corps du fils. Par les coups et par le contrôle de son apparence : « .»  Le père est également un des opposants à l’acces à l’âge adulte de Jacques. Jacques, pendant sa petite enfance, aimerait d’ailleurs souvent porter un autre nom que celui de son père : il souhaite être le fils d’un autre et s’interroge souvent sur leur lien. Monsieur Vingtras ne montre aucune fierté pour ce NOM qui est constamment taché de la médiocrité de sa profession Il est méprisé par ses élèves. « […] j’entends ce qu’ils disent de mon père, comment ils l’appellent; ils se moquent de son grand nez, de son vieux paletot, ils le rendent ridicule à mes yeux d’enfant, et je souffre sans qu’il le sache. » [p.34 L.40 à 43] Père écrasant et misérable, Antoine Vingtras va même devenir un tyran pour Jacques adolescent. Si les coups de la mère peuvent presque faire rire, ceux du père sont terribles. Plus le garçon grandit, plus la violence et la brutalité grandissent. Le père refuse l’indépendance de son fils. « Il me fera mettre les menottes et ordonnera aux gendarmes de serrer dur si je résiste. Et cela, parce que je ne veux pas être professeur comme lui. (P.127 L.47 à 49) »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles