Aide en Philo

les femmes victimes de violence sexuelles et sexistes

Extrait du document

« Les femmes, victimes de violences sexuelles et sexistes Les femmes restent encore exposées aujourd'hui à un ensemble de violences sexuelles et au sexisme multiforme. Les violences subies par les femmes constituent l’une des violations des droits de l’homme les plus répandues dans le monde. 90 000 femmes en moyenne en France par an subissent un viol ou une tentative de viol et 225 000 femmes sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles au sein du couple. Le sexisme est une idéologie reposant sur le postulat de l’infériorité des femmes et qui se manifeste par des discriminations (orales, physiques ou écrites…). Nous allons nous demander sous quelles formes le sexisme et les violences sexuelles à l’encontre des femmes se révèlent en France. Tout d’abord nous étudierons les différentes formes de violence puis nous nous pencherons sur les mesures et les mouvements existants pour lutter contre celles-ci. Le sexisme est tout d’abord dû aux inégalités hommes/ femmes dans la société. Même si ces inégalités diminuent, elles perdurent ,par exemple, à travers l’humour sexiste. Celui-ci est une arme efficace à la propagation des stéréotypes de sexes car il utilise de nombreux clichés et préjugés : les femmes seraient obnubilées par leur apparence, seraient sottes, hystériques, fragiles et sensibles. Tandis que les hommes seraient obsédés par le sexe, et se devraient d’être virils… Cependant ces blagues contribuent à légitimer les violences sexistes. Les violences envers les femmes se manifestent le plus souvent au sein des couples. Ces violences conjugales peuvent aller des coups jusqu'au féminicide. En effet 47 % des victimes sexuelles connaissent leur agresseur qui a soit été leur conjoint, soit l’est encore. L’une des causes des violences envers les femmes est donc le mariage forcé beaucoup pratiqué dans certaines cultures (Afrique subsaharienne par exemple). Nous pouvons citer l’histoire de Shaïma, une jeune algérienne de seulement 20 ans mariée de force avec un homme qu’elle ne connaît pas. Depuis l'année dernière, avec la crise sanitaire et le confinement, ces violences envers les femmes au sein du foyer ont encore augmentées. Mais moins de 10 % des victimes de violences sexuelles et sexistes déposeraient plainte. Souvent les victimes sont isolées et ignorent leurs droits et les dispositifs d'accompagnement qui leur permettraient de rompre l’isolement et d’engager des démarches. Néanmoins, les actes de violence à l'encontre des femmes sont réprimés de plus en plus sévèrement en France. Ils donnent lieu à de fortes mobilisations, facilitées par les réseaux sociaux. La parole des femmes se libère peu à peu. Au-delà de la répression des violences, la politique de prévention passe par une action sur les stéréotypes envers les femmes.La croissance de la lutte se voit aussi dans la mise en place de moyens de sensibilisation. En effet nous pouvons citer la campagne "Réagir peut tout changer" qui vise à dénoncer toutes formes de harcèlement sexuel et à encourager à parler que ce soit les victimes ou les témoins, ou encore la campagne "Stop Harcèlement", toutes deux mises en place par le gouvernement.Il existe aussi depuis 2017 des mouvements sociaux mondiaux comme #MeToo et plus locaux comme #BalanceTonPorc en France qui encouragent la prise de parole des femmes et dénoncent les agressions »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles