Aide en Philo

Une société n’est-elle qu’un ensemble d’individus vivant sur un même territoire ?

Extrait du document

« Problématique détaillée Il convient ici de réfléchir au lien qui peut unir les hommes. Nous pouvons penser que ce lien est totalement fortuit et artificiel, dans la mesure où la définition d'un homme et la réalisation des modalités de son existence ne semblent pas dépendre de la définition des autres ni des modalités de l'existence qu'il pourrait construire avec autrui. En effet, un homme se pense et se veut indépendant à l'égard des autres dans ses pensées et dans ses actions. Dès lors, s'il vit avec les autres, ce n'est pas nécessairement par plaisir, mais cela reste de l'ordre d'un nécessité factuelle, c'est-à-dire qu'il choisit de le faire parce qu'il comprend rationnellement qu'il a intérêt à le faire. Le problème que pose alors ce sujet est celui de savoir dans quelle mesure la société peut se penser autrement que comme une juxtaposition d'unités singulières, c'est-à-dire comme un ensemble d'individus réunis de façon factuelle sur un même territoire. Ce sujet repose ainsi sur un paradoxe. Il semble découler de la définition de l'homme comme individu indépendant que la société n'est qu'une addition d'hommes seuls qui coexistent sur un même territoire. Mais le fait de coexister implique plus qu'une juxtaposition, puisqu'ils doivent s'accorder sur des règles de vie commune, ce qui semble induire que la vie commune détermine des rapports plus profonds que des simples juxtapositions. Au nom de quoi déterminer alors les règles de la coexistence ? Plan rédigé proposé 1.Ia. Il convient, tout d'abord, de penser que la liberté de chacun le rend indépendant des autres, c'est-à-dire qu'il n'y a aucune raison essentielle en l'homme pour définir la société autrement que comme un rapport de coexistence factuelle sur un même territoire. Ib. En outre, la nature semble offrir aux hommes suffisamment de richesses pour qu'il puissent subsister sans avoir besoin de coopérer. Ic. Enfin, comme il est clair qu'aucune règle ne peut s'imposer à des hommes qui auraient une existence animale, rien ne justifierait que se mette en place une sociabilité plus profonde, puisque rien ne garantirait les accords de coopération toujours susceptibles d'être trahis par chacun. 2. IIa. Toutefois, cette analyse rencontre ses limites dans le fait que la construction plus profonde du lien social peut préoccuper l'individu, quand bien même il pourrait se passer des autres pour subsister, puisque le fait de vivre avec les autres l'engage à prendre conscience des dangers que peut représenter autrui pour sa propre liberté. Il y a donc une forme de sociabilité négative qui se construit nécessairement, ne serait-ce que dans la volonté de se protéger d'autrui et de construire des règles de justice. IIb. Au-delà de la nécessité de se protéger d'autrui, il apparaît qu'autrui peut permettre de mieux vivre que seul. L'organisation du lien social permet de construire un devenir commun et des règles de coopération (de travail par exemple). IIc. Enfin, la société qui se construit ainsi entre dans l'histoire. Il apparaît en effet clairement que les individus ne peuvent plus se percevoir comme des êtres juxtaposés les uns à côté des autres, puisqu'ils ont alors conscience d'appartenir à une entité commune, qui participe à leurs identités personnelles. 3. IIIa. Plus profondément, il est possible de considérer que la société s'affranchit des déterminations particulières de l'intérêt pour les transcender. En effet, la société n'est pas qu'un lieu de coexistence des intérêts mais devient un lieu d'éducation réciproque où les individus se déterminent en fonction des règles communes. IIIb. En outre, chaque individu apporte réciproquement à la société ses propres idées et son travail. Il contribue donc à l'évolution de l'humanité et à la construction sociale, de telle sorte que la société porte les marques de son empreinte. IIIc. Enfin, si l'individu passe du statut d'être solitaire et égoïste au statut d'être raisonnable et altruiste, il devient clair que la société elle-même n'est plus simplement une juxtaposition, mais réellement une entité qui possède son autonomie. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles