Aide en Philo

Méthode dissertation

Extrait du document

« METHODOLOGIE DE LA DISSERTATION PHILOSOPHIQUE 1- La nature de l’exercice. 2- Le travail au brouillon. 3- La composition et la rédaction. 1-LA NATURE DE L’EXERCICE Il s’agit de vous confronter à une question et donc pas de la « subir » ou de vouloir répondre par : a) un « savoir » tout fait, b) mon opinion personnelle (vous n’en avez pas sur ces questions !), c) ce qu’un tel ou un autre a dit !, d) mes croyances (religieuses, politiques ou autres). Il s’agit de formuler un problème (vous devez le formuler ! Et qui d’autre sinon ?). Il s’agit de s’orienter dans la réflexion grâce aux notions du programme (à ce propos vous avez des cours !!). Bien évidemment une « méthodologie » philosophique doit porter sur un exemple concret. C’est pourquoi le sujet que j’ai choisi est le suivant : Que gagnons-nous à travailler ? a) Qu’est- ce qu’une question philosophique ? Une question philosophique appelle souvent une réponse (ou plus) qui semble évidente. Ici : un salaire, de l’argent (c’est déjà un hors sujet puisque la question ne dit pas ; un travail, un emploi, un « job ») TRAVAILLER ! c’est faire ! agir ! cela découle d’un projet qui vise à PRODUIRE ou CREER ( l’artiste !) quelque chose ou alors… et là est la question… à PERDRE quelque chose : par exemple : la santé, la liberté, la dignité etc. (pensez à : travail salarié, Marx ; esclavage, les grecs, Adam et Eve expulsés du jardin d’Eden culture judéo chrétienne etc. On le voit déjà : une question philosophique n’admet pas une réponse simple ou immédiate. Ici : travailler pourrait être l’activité qui exerçant un effet sur le monde nous permet de réaliser, gagner notre humanité (intelligence, savoir-faire, sociabilité etc.). On aperçoit une tension paradoxale donc entre travailler et perdre, entre travailler et gagner. (1) b) Qu’est-ce qu’un problème ? Un problème philosophique est une difficulté théorique qui se pose quand deux réponses à la même question se contredisent. Il y a problème quand surgit un paradoxe. Seulement, et c’est sur ce point que vous rencontrez souvent une difficulté, le problème n’est pas à « l’intérieur d’une question » à tel point qu’il apparaîtrait comme par miracle aux spectateurs. Il surgit, comme vous le voyez ici d’une réflexion qui est tout à fait à votre portée. Il suffit de s’y mettre, de ne pas rester passif devant une question. Les problèmes surgissent parce que les questions sont complexes. Dites-vous bien que leur complexité dépend pour beaucoup du fait que les notions sont équivoques,( les mots mêmes sont de fait parfois équivoques) elles recèlent une équivocité que vous devez dissiper par la »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles