Aide en Philo

Petites anecdotes sur les probabilités

Extrait du document

« Exposé ce qui est à dire Probabilités anecdotes Cet exposé est destiné à un public ayant un peu d'ouverture d'esprit face à « l'humour noir ». D'après une recherche de l'Université de Tulane (américaine) nous avons 1 chance sur 90 de mourir lors d'un accident de voiture, 1 sur 250 dans les flammes. Pour continuer cette liste nous avons 1 chance sur 285000 de trouver le grand amour et une chance sur 195 millions … de gagner à la loterie Powerball. Nous avons donc plus de chance de trouver le véritable amour en mourant dans un accident de voiture... que de gagner au loto, autant tout de suite revoir nos priorités dans la vie. Vous l'aurez compris, je pense, avec cette petite blague, nous allons parler de probabilités . Plus précisément nous allons aborder historiquement et parler avec légèreté parfois de la probabilité en général. Bon allez une petite dernière pour la route ! Toujours d'après les recherches de la même université nous avons une chance sur 1 million 600 milles de mourir parce qu'un astéroïde, une météorite ou une comète s'est écrasé sur notre tête. Voilà, voilà. Maintenant revenons à nos probas. La probabilité à commencé à exister dans l'histoire de l'humanité à partir du moment où ont été inventé les premiers jeux de hasard : – des jeux de dés, dont les plus anciens vestiges ont été retrouvés en Mésopotamie et en Inde datant du troisième millénaire avant J.C, ainsi que des traces au niveau de la méditerranée cette fois datant de l’Égypte Antique ( XXXIIème au Ier siècle av. J.C) – des jeux de cartes retrouvés pour les plus anciens en Chine et datant approximativement du VIIème au Xème siècle (donc bien plus récents). Mais voilà à part ça, les probabilités en tant que statistiques n'existent pas. Mais il ne faut pas les prendre pour des courges non plus car ils avait déjà des notions d'équité, on le sait car on a vu que certains aimaient bien tricher et donc pipaient les dés. Aaaah ! La malhonnêteté des Hommes pourras toujours nous épater ! Nous pouvons aussi voir qu'en Antiquité se développe largement les raisonnements probabilistes, qui sont (pour simplifier) les réflexions sur le fait qu'un événement soit plus ou moins probable (de l'estimation à peu près). Comme ça des comptable et hauts fonctionnaires de l'Empire de Rome pouvait faire des paris sur la durée de vie. Oui c'est moche, mais au moins, ils sauront si les prix des impôts doivent être augmentés... Le Grec Aristote le grand (grande inspiration) philosophe, physicien, poète, politique, biologistes, et bien d'autres titres, tente de définir pour la première fois « le probable » : « Sont probables les opinions qui sont reçues par tous les hommes, ou par la plupart d’entre eux, ou par les sages, et parmi ces derniers, soit par tous, soit par la plupart, soit enfin par les plus notables et les plus illustres » Pour tenter d'expliquer ça nous pouvons dire que quelque chose est plus probable d'après lui, s'il est vu comme probable par la plus grande partie possible de la population ou alors par les personnes les plus hauts placés dans la hiérarchies de la sociétés. Son raisonnement n'est pas totalement mauvais car il est vrai que si tout le monde que vous »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles