Aide en Philo
← →

Manon Lescaut : pourquoi ce roman plaît-il ?

Publié le 10/06/2023

Extrait du document

« Manon Lescaut : pourquoi ce roman plaît-il ? 🕒 4 heures ⌨ 20 points INTÉRÊT DU SUJET • Le roman de Prévost doit son succès à des protagonistes ambivalents. Pris dans les filets de leur passion, ne sont-ils pas à la fois immoraux et touchants ? Dans ses Pensées, Montesquieu évoque en ces termes Manon Lescaut : « Je ne suis pas étonné que ce roman, dont le héros est un fripon et l’héroïne une catin qui est menée à la Salpêtrière, plaise, parce que toutes les actions du héros, le chevalier Des Grieux, ont pour motif l’amour qui est toujours un motif noble, quoique la conduite soit basse.

» Ce point de vue de Montesquieu sur Manon Lescaut correspond-il à votre lecture du texte de l’abbé Prévost ? Vous répondrez à cette question dans un développement argumenté, en vous appuyant sur votre lecture de Manon Lescaut de Prévost, sur les textes étudiés dans le cadre du parcours associé et sur votre culture personnelle. LES CLÉS DU SUJET Analyser le sujet fra1_2200_00_10C_01 Formuler la problématique Comment les deux héros du roman parviennent-ils à nous émouvoir malgré leur conduite condamnable ? Peut-on expliquer par d’autres raisons la séduction qu’exerce le roman ? Construire le plan Tableau de 3 lignes, 2 colonnes ;Corps du tableau de 3 lignes ;Ligne 1 : 1.

Des héros peu fréquentables…; Pourquoi Manon apparaît-elle comme une « catin » ?Montrez la nature des « friponneries » de Des Grieux.Démontrez que la société dans laquelle ils évoluent est ellemême corrompue.; Ligne 2 : 2.

… mais ennoblis par l’amour qu’ils se portent; Étudiez l’amour plein d’insouciance de Manon et celui, passionnel, de Des Grieux.Analysez en quoi ce couple, sous l’emprise d’un amour puissant, nous fait oublier ses bassesses et nous touche.; Ligne 3 : 3.

Un roman qui plaît pour plusieurs raisons; En quoi les aventures romanesques des deux amants offrent-elles un vrai plaisir de lecture ?Au-delà du divertissement, quelle réflexion le roman suscite-t-il ? Quels débats éthiques propose-t-il ?; Les titres en couleur ou entre crochets ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction [Accroche] Au xviiie siècle, alors que le genre romanesque est souvent décrié pour ses invraisemblances, voire son immoralité, Manon Lescaut connaît un grand succès.

[Explication du sujet] L’écrivain Montesquieu, philosophe précurseur des Lumières, dit ne pas s’étonner que « ce roman dont le héros est un fripon et l’héroïne une catin […] plaise » et avance une explication : « parce que toutes les actions du héros […] ont pour motif l’amour ». [Problématique] Comment ces amants parviennent-ils à nous émouvoir malgré leur conduite condamnable ? Peut-on expliquer par d’autres raisons la séduction qu’exerce le roman ? [Annonce du plan] Dans le développement qui suit, nous nous attacherons à étayer le point de vue de Montesquieu [I] [II], puis nous nous demanderons quels autres ressorts le roman met en œuvre pour nous plaire [III]. I.

Des héros peu fréquentables… 1.

Manon, une « catin » ■ Manon Lescaut est présentée comme une jeune fille pauvre, séduisante, envoyée au couvent par ses parents « pour arrêter […] son penchant au plaisir ». ■ Malgré son très jeune âge, elle semble plus « expérimentée » que Des Grieux et se révèle progressivement comme un être amoral, usant de ses charmes et prête à se vendre au plus offrant, afin de s’assurer une vie confortable. ■ Avide des divertissements que la société lui offre, Manon détourne son amant d’un « système de vie paisible et solitaire ».

Aidée par son frère, Lescaut, elle lui fait fréquenter des milieux corrompus et le pousse à trouver des expédients douteux, pour assurer son train de vie. À NOTER Le comportement de Manon fait écho à celui de la prostituée Nana, héroïne éponyme du roman d’Émile Zola (1880), qui exploite son amant, le comte Muffat, et le fait déchoir. 2.

Des Grieux, un « fripon » ■ Gentilhomme de bonne éducation, Des Grieux se métamorphose dès le premier regard échangé avec Manon : il renonce sur-le-champ à sa vie studieuse et tranquille et abandonne la carrière ecclésiastique à laquelle il se destinait. ■ Conscient des faiblesses de Manon (« il ne fallait pas compter sur elle dans la misère »), mais prêt à tout pour elle, le jeune homme tombe dans le « précipice des passions » : de mensonges en calculs puis en escroqueries, il s’affran­chit progressivement des règles sociales et morales, jusqu’à commettre le meurtre d’un gardien dans le but de s’échapper de la prison où il est enfermé. 3.

Une société pervertie par l’argent ■ La bassesse des deux héros s’explique en partie par l’immoralité des milieux qu’ils fréquentent : Prévost décrit une haute société dissolue, où l’argent règne en maître et finit par corrompre tous les individus.

Au sein de la Ligue de l’Industrie, Des Grieux apprend à devenir un tricheur professionnel..... »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles