Aide en Philo

écologie education moral et civique: les mesures prises en faveur de l’environnement en France et dans le monde

Extrait du document

« I- Quelles sont les mesures prises en faveur de l’environnement “For the first time all the countries of the world are together on the path to save the planet … we fought for a long time and today we’ve reached a solid agreement. It Is a historic turning point.” MINISTER BARBARA HENDRICKS durant la COP21. En effet, La notion d’environnement, puis celle de développement durable sont des notions récentes, très en vogue depuis quelques dizaines d’années et font actuellement partie des expressions de la vie courante. Ces deux ́ des pays du monde. L’UE par notions sont introduites dans le politique de la quasi- totalité exemple, consacre plus de 30 % de son budget total (356 milliards d’euros sur les 1 074 milliards d’euros du cadre financier 2021-2027) à la défense de l’environnement et à la lutte contre le changement climatique. En France, la question de l’environnement est de plus en plus soulignée. Nombreux sont les dispositifs mis en place par l’Etat pour tenter de répondre aux problèmes soulevés. Comme tous le savent, l’empreinte sur l’environnement du secteur de l’aéronautique est conséquente, c’est pourquoi la France a mis en place la taxe de solidarité sur les billets d’avion, connue sous le nom de "taxe Chirac", qui a d’ailleurs augmenté récemment, conformément à la promesse faite par le gouvernement lors du deuxième Conseil de défense écologique. Instaurée en 2006 pour financer l’aide au développement, elle va désormais également servir à financer des infrastructures de transport plus écologiques comme le ferroviaire. Pour les vols intérieurs et vers l’Union européenne, son montant passe à 2,63 euros en classe économique et 20,27 euros en classe affaires. Pour les vols hors Union européenne, elle monte respectivement à 7,51 euros et 63,07 euros. Cela représente une hausse allant de 1,50 euro à 18 euros. Les vols à destination de la Corse et de l’Outre-Mer ne subiront pas cette augmentation. Les coton-tige, les bouteilles d’eau vendues dans la restauration collective, les gobelets et la vaisselle jetable vendue en lot sont interdits depuis le 1er janvier 2020 après l’adoption de la loi Agec. Un délai de six mois est prévu pour écouler les stocks des produits interdits, sous réserve qu'ils aient été fabriqués ou importés avant le 1er janvier 2020. C’est une première étape dans l'objectif du gouvernement de mettre fin à tous les emballages plastiques à usage unique d'ici 2040. En 2021, ce sera au tour des pailles, couverts jetables, couvercles des gobelets à emporter, boîtes en polystyrène et emballages en plastique pour les fruits et légumes de moins de 1,5 kg. Avec la pandémie et les mesures de confinement, les plateformes de livraison de repas ont connu un essor considérable. Cette croissance s’est toutefois accompagnée par une forte augmentation des déchets en plastique liés aux emballages. Face à ce problème écologique, près d’une vingtaine de compagnies de livraison, parmi lesquelles figurent Uber East ou Deliveroo, a signé une charte le 15 février dernier pour réduire les emballages plastiques de 50% dès le 1er janvier 2022. Cette charte exigeait également des plateformes qu’elles développent un système de consigne pour les contenants réutilisables ainsi que la fin de la livraison systématique de couverts et de sauces au 1er mars dernier. Après avoir été l’un des premiers pays à interdire la destruction des produits alimentaires, la France a annoncé le 13 décembre qu'elle va également interdire l’incinération des invendus électriques, meubles ou encore vêtements à partir du 1er janvier 2022, dans le cadre de la loi Agec. Plusieurs secteurs ont déjà anticipé cette mesure et ont accéléré le développement du recyclage de leurs produits, comme notamment l’industrie textile, qui représente 40% des invendus non alimentaires en France. À l’inverse, l’industrie des produits d’hygiène est particulièrement ciblée par cette mesure avec 9% des invendus encore incinérés par les fabricants. Les garanties de l’État à l’export pour les énergies fossiles seront limitées. Elles ne pourront plus soutenir des projets de recherche, d’extraction, de production de charbon ni de »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles