Aide en Philo

Histoire de l’art moderne et contemporain

Extrait du document

« Histoire de l’art moderne et contemporain 1. présentation de Manet. Édouard Manet est issu de la bourgeoisie parisienne du XIXe siècle bien que fort instruis il ne brille pas vraiment dans ses études. Son père Auguste Manet, est magistrat et haut fonctionnaires du gouvernement, en tant que secrétaire du ministre de la Justice, et sa mère, Eugénie-Désirée Fournier, est la fille de l’ambassadeur de Suède, qui lui apporte une grande culture en matière de musique et de littérature. D’abord penser comme étant destiné à une carrière dans la marine, le jeune Édouard Manet, échouera pourtant au concours de l’école navale. Il décide alors d’étudier le dessin et la peinture. Il est refusé au Beaux-Arts donc il va prendre des cours chez un artiste privé qui s’appelait Monsieur Thomas couture par rapport à qui il va avoir du sentiment mitigé, il apprend quelques petites choses naturellement le Béaba, rapidement il trouve que c’est quelqu’un qui n’a pas de talent, alors que Thomas Couture était à l’époque presque le peintre attitré de la Seconde République. Thomas Couture était l’exemple parfait du style de la peinture d’histoire. En effet, c’est après la réalisation de l’œuvre L'Enrôlement des volontaires de 1792, 1848-1852, qu’il va être beaucoup commissionné pour peindre des toiles de la Seconde République. Il était l’héritier de la peinture de Ruben, Ribéra, Gros, Géricaul, etc… Il était considéré comme un peintre pompier. En effet, comme il faisait beaucoup de sujets en rapport avec les Romains et que les caisses que Romain ressemblait beaucoup au casque des pompiers du milieu du XIXe siècle le rapprochement, c’est très rapidement fait. Aussi, les peintres pompiers étaient considérés comme extrêmement pointilleux au niveau de l’exactitude historique et avait ainsi beaucoup de travail préparatoire de recherche. Son style se rapproche de celui de son maître dans un premier temps, comme peut en témoigner sa toile Portait d’Antonin Proust, 1877. Manet et Proust, amis d’enfance, apprennent tous les deux dans l’atelier de Couture. C’est pendant cette période que Manet peint le portrait de son ami. En 1859, quand Manet réalise son tableau Le Buveur d'absinthe, 1859, la tension entre le maître et Manet est déjà très présente. Manet pense déjà que l’art doit refléter son époque plutôt que le temps révolu, il cherche à suivre les préceptes de Baudelaire qui décrit le réalisme contemporain en se faisant le témoin authentique de la vie moderne, s’inspirant d’un passage de l’œuvre Les Fleurs du mal, paru en 1857, il matérialise le portrait d’un chiffonnier alcoolique appuyer contre un mur son verre posé sur le côté, le personnage et le regard perdu dans le lointain. Couture rejette ce réalisme en bloc et est totalement contre la démarche de Manet qui selon lui glorifie un acte pitoyable. C’est cette peinture qui signe la rupture définitive entre les élèves et son professeur. Manet acquiert une formation classique, il fait des copies d’antiques, Du modèle vivant est complète sa formation académique en copiant les grands-maîtres du XVII ème et 18 ème siècle au Louvre. Tout comme son maître, le salon va également rejeter sa première proposition de toile de 1859 avec Le Buveur d'absinthe réalisé en 1859. Manet prend donc des risques, les critiques disent de lui qu’il est un outrage à la tradition. C’est pour cela que pour la prochaine exposition Manet décida de réaliser un sujet beaucoup moins controversé à l’époque, qui lui sera accepté, Portrait de M. et Mme Auguste Manet, de 1860, proposer l’année suivante et qui sera »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles