Aide en Philo

Comment mesure-t-on la biodiversité ?

Extrait du document

« CH1 - LA BIODIVERSITE ET SON EVOLUTION I - Comment mesure-t-on la biodiversité ? Pourquoi mesurer la biodiversité ?  Pour comprendre le fonctionnement des écosystèmes et leur évolution, notamment l’impact des activités humaines. Sur terre : grand nombre d’espèces MAIS faible proportion connue La biodiversité se mesure par - Des techniques d’échantillonnage (individus ou ADN) qui permettent d’estimer le nombre d’espèces dans différents milieux. - L’abondance d’une population, d’une espèce ou d’un plus grand taxon Il est impossible de connaître l’effectif total d’une espèce naturelle. Pour l’estimer de la manière la plus précise, on utilise une technique d‘échantillonnage appelée CMR (capture-marquage-recapture).  On capture un échantillon d’individus d’une espèce que l’on marque.  Ces individus sont relâchés.  On effectue une seconde capture et on applique la règle de proportionnalité suivante : Nbe d’individus marqués recapturés / Nbe d’individus recapturés = Nbe d’individus marqués totaux) / Nbe d’individus au total Les techniques d’échantillonnage comportent toujours une imprécision dans les résultats.  Imprécision = plus faible lorsque effectif de l’échantillon = important. C’est la raison pour laquelle les effectifs sont toujours donnés sous forme d’intervalle, dont la formule est la suivante : 2° Comment mettre en évidence l’évolution génétique d’une population ? Population = groupe d’individus partageant le même territoire et ayant plus de chance de se reproduire entre eux qu’avec les individus d’une autre population. A. Quelques notions de génétique en préambule. Chaque individu de la population porte 2 allèles pour chaque gène (un maternel, un paternel) = le génotype  Prévoir les génotypes possibles issus d’un croisement avec un tableau de croisement. Les proportions (=fréquences) des génotypes peuvent varier dans les populations car : - dérive génétique - sélection naturelle. B. La répartition des génotypes selon le modèle de Hardy-Weinberg. Pour savoir si certains allèles d’un gène voient leur fréquence évoluer sous l’effet d’un facteur de l’environnement (sélection naturelle) ou d’une caractéristique de la population (dérive génétique), on utilise le modèle de Hardy-Weinberg.  Permet de prévoir les proportions (=fréquences) des génotypes dans la population, d’une génération à l’autre. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles