Aide en Philo

Ne doit – on tenir pour vraie une proposition que si elle est contrôlable par une expérience ?

Extrait du document

« DRE MARITIME COMPOSITION REGIONALE DU 2ème SEMESTRE IESG – AN/TS/VO EPREUVE DE PHILOSOPHIE / T (Corrigé – Type) ales C&D ANNEE SCOLAIRE: 2021 – 2022 DUREE: 4H COEF: 2 SUJET N°1 : Ne doit – on tenir pour vraie une proposition que si elle est contrôlable par une expérience ? I – Compréhension : 1.1. Analyse des concepts :  Tenir pour vrai : considéré comme juste ; prouvé conformément aux de la vérité ;  Une proposition : un énoncé d’un jugement pouvant être vrai ou faux  Contrôlable : vérifiable ; qui peut être soumis à un examen ou à test expérimental.  Une expérience : une constatation plus ou précise d’un phénomène ; un savoir – faire acquis par la pratique d’une activité ; le fait de soumettre une idée à l’épreuve des faits ; une expérimentation. 1.2. Reformulation :  Pour qu’un jugement soit juste ou valable, faut – il le soumettre à l’épreuve des faits ?  Une idée qui se passe de la vérification expérimentale est – elle juste ? 1.3. Problème :  Valeur de l’expérience dans la connaissance du réel.  Place de l’expérimentation dans la connaissance scientifique.  L’expérience comme critère de vérité.  Limite du contrôle expérimental dans la connaissance. 1.4. Problématique : OG : On a souvent pensé que qu’on ne rien tenir pour vrai sans preuve ou sans expérience. Constat : Or il se révèle qu’il y a des jugements ou des affirmations qui sont vrais sans être soumis au contrôle de l’expérience. Question : Ne doit – on tenir pour vraie une proposition que si elle est contrôlable par une expérience ? II – Plan détaillé : 1ère Partie : L’expérience comme critère de la vérité :  Bien souvent, lorsqu’un individu avance une idée ou fait une affirmation, et qu’il la considère comme juste ou vraie, quel que soit cette idée, et si fausse qu’elle puisse paraître, après examen, il le fait toujours au nom d’une certaine expérience. Il pense que son idée est déjà contrôlée ou bien qu’elle puisse l’être. Sans cela, l’idée lui semblerait une simple vue de l’esprit, une affirmation gratuite, sans valeur de vérité.  Ici, l’expérience dont il est question peut n’être que des observations, même si ce ne sont que des interprétations contestables, elles constituent une expérience sans laquelle une thèse ne serait pas considérée comme vraie par celui qui la pose. Dans leur caverne, les prisonniers dont parle Platon fondaient leurs opinions sur la seule expérience sur la seule expérience qu’ils avaient de la réalité à savoir la perception des ombres. Pour Protagoras d’Abdère : « La science est sensation ». Mais seulement, il faut se méfier de l’expérience immédiate. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles