Aide en Philo

Fondements et expériences de la démocratie : Alexis de Tocqueville

Extrait du document

« Fondements et expériences de la démocratie : Alexis de Tocqueville. Alexis de Tocqueville est un philosophe, historien et homme politique français du XIXème siècle (1805-1859). Il entreprend un voyage de quatre ans aux États-Unis pour y étudier son système pénitentiaire mais c’est surtout pour lui l’occasion de découvrir et d’observer la démocratie américaine, ce qu’il tient pour le meilleur exemple disponible de démocratie. De retour en France, il rédige un essai qui paraît en deux volumes en 1835 puis en 1840 : De la démocratie en Amérique. Il y rend compte de son analyse sur la démocratie et y décrit les dérives liberticides auxquelles elle s’expose. Cet ouvrage le rend célèbre et ouvre sa carrière politique : il sera député de Vologne en 1839 puis ministre des Affaires étrangères sous la Deuxième République en 1849. L’égalisation des conditions dans les sociétés démocratiques a plusieurs conséquences. Elle peut mener, selon Alexis de Tocqueville, à l’individualisme qui accroît l’indépendance mais qui peut aussi conduire à un repli sur la sphère privée car les citoyens seraient trop attachés au bien-être matériel immédiat et privé. La conséquence immédiate est l’apparition d’un « despotisme doux » : les citoyens abandonnent aux gouvernants la gestion des affaires du pays et ceux-ci peuvent alors accumuler les fonctions politiques et abuser de leur pouvoir. En ce sens, la démocratie peut être « liberticide » car la centralisation abusive du pouvoir restreindrait les libertés. De même, les citoyens peuvent accepeter ce despotisme démocratique par leur « passion pour l’égalité ». Un autre danger « de l’intérieur » menace les démocraties : le conformisme. Les individus perdent leur liberté de jugement et appuient leurs opinions sur celles de la majorité. C’est la tyrannie de la majorité. Elle entraîne un affaiblissement de la liberté individuelle de choix. La « passion pour l’égalité » l’emporte sur la liberté. En revanche, Alexis de Tocqueville aperçoit plusieurs solutions permettant au système démocratique de limiter le risque d’abus de pouvoir comme la mise en place de contre-pouvoirs efficaces. Ils peuvent être des institutions sociales comme les associations ou la liberté de la presse que politiques en favorisant la séparation des pouvoirs, la décentralisation et le pouvoir local. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles