Aide en Philo

La croissance économique et développement

Publié le 15/07/2022

Extrait du document

Par ailleurs, on ne doit jamais convertir un pourcentage de répartition ou part en coefficient multiplicateur. Avec la Part on ne peut pas calculer ni le TAG ni le TAAM puisqu’elle ne retrace pas une variation relative. VI- LA RECONNAISSANCE DES UNITES L’unité est la nature des chiffres d’un tableau statistique. Dans le titre du tableau, l’unité se reconnait dans les parenthèses ou à l’intérieur du tableau. Pour le cas de l’indice, l’unité est déterminée à partir de l’année de base ayant une valeur de 100. Pour la part désignée par la « proportion » la colonne totale ou ligne « ensemble » du tableau donnant un total de 100% permet d’identifier l’unité. On reconnait le TAAM dans le titre du tableau par les expressions « Variation annuelle moyenne » ou « Variation annuelle » ou « Pourcentage par an ». VII- EXERCICES SUR LES INSTRUMENTS D’ANALYSE STATISTIQUES (2heures) LA NOTION DE CROISSANCE ECONOMIQUE ET DE DEVELOPPEMENT I- LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. DEFINITION  La croissance économique est l’accroissement d’année en année du produit national. La croissance économique correspond à une augmentation à long terme du volume de la production.  La croissance économique est l’augmentation soutenue, pendant une longue période de la production. Elle s’explique par de nombreux facteurs comme : l’augmentation de la Population active et l’amélioration de sa qualification ; l’accroissement du capital technique et son perfectionnement ; le progrès technique et les innovations sous toutes leurs formes. L’Etat, en contribuant à accroitre le capital humain, ensemble des ressources incorporées dans chaque travailleur, et en réalisant des infrastructures productives joue un rôle positif. La croissance se constate par ses résultats :  La production globale croit durablement plus vite que l’effectif de la population active occupée ;  Le volume des produits de consommation augmente plus vite que la population et celle-ci en tire du bien-être. 2. MESURE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE Les économistes font appel à de nombreuses méthodes pour mesurer le rythme auquel croit l’économie. Ils retiennent comme indicateur de la production, le PIB réel. Le taux de croissance a des insuffisances :  il sous-évalue certains aspects positifs de la croissance ou ne prend pas en compte les améliorations qualitatives du niveau de vie : augmentation de la scolarité, meilleure alimentation, progrès de la santé, de l’hygiène…. ;  il ne comptabilise pas certains phénomènes de dégradation du bien-être : pollution, encombrement…., ces externalités négatives ont un coût indirect pour la société ;  le taux de croissance ne prend pas en compte les inégalités de richesses, donc il ne décrit pas la manière dont sont reparties les richesses entre les individus. 3. LES EFFETS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE La croissance économique s’accompagne de modifications importantes des structures économiques, des structures de la société (exode, concentration urbaine) et des modes de vie (développement des loisirs). Même si les transformations qui résultent de la croissance ont été assimilées au progrès, la croissance n’est toujours pas source de mieux-être. Elle a ses revers : développement de nouvelles inégalités, rupture des solidarités dans les villes, fracture sociale, dégradation de l’environnement…… 4. NOTIONS VOISINES La croissance extensive est la croissance obtenue principalement par l’augmentation des facteurs mis en œuvre. La croissance intensive est la croissance obtenue principalement par une utilisation plus efficace des forces productives. La croissance potentielle est la croissance maximale que peut obtenir un pays lorsqu’il mobilise tous ses facteurs de production. Elle correspond à la croissance réellement obtenue par un pays. Cette croissance dépend essentiellement des variations de la demande globale qui comprend la consommation finale des ménages et des administrations, l’investissement en capital fixe (FBCF), les exportations ou demandes adressées au pays par des non-résidents, de la variation des stocks. 

« RAPPEL SUR LES INSTRUMENTS D’ANALYSE STATISTIQUES Les grandeurs économiques connaissent certaines variations au cours du temps. Les principaux instruments mesurant les accroissements sont : les indices, les coefficients multiplicateurs mais aussi les pourcentages. LES INDICES ELEMENTAIRES : Un indice élémentaire est un rapport entre deux (2) valeurs d’une même grandeur dans deux (2) situations différentes. Il se calcule de la façon suivante : _ On choisit une année de référence ou année de base ; _ On calcule l’indice des autres années en appliquant la formule : ' I2/1= Valeur de l ann é e 2 ×100 Valeur de l ' ann é e 1 Dans une série, le choix de l’année de base peut se faire de quatre(4) façons : la première année ou début de période ; l’année précédente ; le milieu de période ou année médiane et la fin de période ou dernière année. NB :    l’indice de l’année de base est égal à 100 ; un indice n’a pas d’unité ; l’indice permet de lire l’information et de retracer l’évolution d’une même grandeur dans le temps et dans l’espace mais ne donne ni le volume ni le niveau de la grandeur : un indice ne permet pas d’apprécier l’importance d’une grandeur par rapport à une autre. On dit que l’indice ne permet pas de faire une comparaison. Pour interpréter un indice on le transforme d’abord en TAG ou en coefficient multiplicateur par rapport à l’année de base TAG= INDICE −100 ×100 ou TAG= Indice – 100 100 m ou CM=  INDICE 100 Exemple : Evolution de la population de l’Afrique Années Indices 1700 100 1800 140.2 9 _Interprète le chiffre en gras »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles