Aide en Philo

analyse méthodique d'une œuvre d'art

Extrait du document

« Modèle de copie Word Analyse méthodique d’un corpus d’œuvres et réflexion sur certains aspects de la création artistique : La marche est une activité quotidienne et personnel mais elle peut également devenir artistique. Nous allons voir ci-dessous la marche comme processus artistique, moyen d’exposition et Nous prendrons exemple de Hommage à Arago (1994) de Jan Dibbets, The floating Piers (2016) de Christo et Jeanne-Claude et Sometimes making something leads to nothing (1997) de Francis Alÿs. 1. Hommage à Arago (1994) de Jan Dibbets Hommage à Arago de Jan Dibbets est une sculpture réalisée en 1994. Cette œuvre d’art public est constituée d’une centaine de médaillons en bronze qui portent en leurs centres le nom Arago en lettres capitales et les lettres N et S situé respectivement en haut et en bas des médaillons afin d’indiquer les Nord et le Sud. Ce monument et œuvre rend hommage à François Arago, un homme politique et scientifique français. Une de ces pièces se trouve sur le socle de l’ancienne statue de François Arago située sur la place de l’Île-de-Sein à Paris. Les autres médaillons sont fixés au sol le long du méridien de Paris et traverse Paris du nord au sud. Le spectateur est alors invité dans un parcours : il doit arpenter les rues à la recherche de ces médaillons pour pouvoir reconstituer cette œuvre dans sa totalité. 2. The floating Piers - Les jetées flottantes (2016) de Christo et JeanneClaude The floating Piers ou « Les jetées flottantes » de Christo et Jeanne-Claude est une installation in situ réalisée en 2016. Cette installation est in situ, c’est-à-dire réalisée spécialement pour un lieu en particulier et impossible de l’exposer autre part. C’est une grande plateforme flottante jaune sur le lac d’Iseo en Italie. La couleur jaune de la passerelle s’associe parfaitement avec le vert de la végétation et le bleu du lac, formant une association chromatique qui met en valeur l’espace. L’installation associe l’urbain et le naturel. Cette plateforme est une extension de la rue sur l’eau et permet au public de se rendre à pied jusqu’à l’île au milieu du lac. En effet, elle commence dans les rues de la ville qui borde le lac, passe sur l’eau, rejoint une autre ville située de l’autre côté du lac et passe de nouveaux sur l’eau, contourne une petite île et repart vers la terre ferme. Le spectateur ne semble pas amener à simplement observer l’installation mais à la piétiner, déambuler déçu pour en saisir le sens. L’œuvre fait 1 »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles