Aide en Philo

Les FMN sont-elles coupables ?

Publié le 28/07/2022

Extrait du document

« Les FMN sont-elles coupables ? I. Non, elles ne sont pas coupables et sont essentielles à la croissance mondiale. Ce sont des acteurs incontournables de la mondialisation. Les FMN réalisent 1/3 des exportations mondiales. Elles sont à l’origine de la plupart des transferts de technologie. Environ 80 000 FNM contrôlent 800 000 filiales. Avec un CA estimé à 31 000 milliards de dollars elles emploient environ 82 millions de personnes (chiffres 2008 CNUCED). — CVM et VA permettent d’augmenter le CI et les flux de capitaux (ex de produit manufacturés construits dans plusieurs pays — « Ce n'est pas parce que les firmes multinationales investissent en Afrique que cette dernière est sous-développée, c'est au contraire parce qu'elles n'y sont pas assez présentes ! » (Emmanuel Arghiri, in Technologie appropriée ou Technologie sousdéveloppée, —> Les FMN favorisent le dvt (comme le dit Arghiri) grâce à l’investissement (Solow 1956) et aux effets d’entraînement (transfert de technologie, de compétences, de savoir organisationnel…) Arghiri Emmanuel (L’Échange inégal 1969) considère que l’échange est structurellement inégal entre les pays développés et les PED. En effet, les premiers échangent des produits nécessitant peu de travail (car production à forte intensité capitalistique) contre des produits nécessitant beaucoup de facteur travail ; or dans une logique marxiste, c’est le travail qui produit la valeur ajoutée, il y a extorsion de la plus-value que fournit le travail. Ces échanges de biens à forte valeur et de biens à faible valeur ne peuvent que contribuer à entretenir le sous-développement. A. Emmanuel est plutôt un marxiste, anti-capitaliste. Exemple Vietnam dans le rapport 2020 de la Banque Mondiale : Le Vietnam a choisi cette stratégie, de s’insérer par la DIPP, il a dvp une politique d’ouverture (adhesion a l’OMC en 2007) et négocie des accords de libre-échange (avec l’UE) Main d’oeuvre abondante et a bas couts Un peu de fiscalité très basse Le pays s’est constitué un avantage comparatif dans le secteur des telecommunications. Comme la chine —> stratégies de remontée de filières (pays d’ASE, dragons et tigres, développement en vol d’oies sauvages) II. Oui, car elles participent au sous-dvp et au mal dvp — les pays se font concurrence au moins-disant pour attirer les IDE. dumping fiscal, social, environnemental pour attirer les FMN => risque de mal développement (ex du Rana Plaza) Au niveau environnemental, les FMN peuvent aussi exploiter massivement les ressources naturelles d’une région, y localiser les activités les plus polluantes De plus, ces pays en dvp se trouvent e situation de négociation, de demandeurs. Ils sont obligés d’accepter les conditions, les cahiers des charges des FMN. Ils se retrouvent dominés car les FMN peuvent d »placer leur production si jamais pas d’accord avec la législation nationale. — Les FMN peuvent s’enrichir sans enrichir le pays d’accueil (pas de transferts de technologie, rapport d’exploitation, risque de volatilité des capitaux qui peuvent être rapatriés très rapidement vers le centre (cf crise asiatique 1987…) ; Les FMN vont conserver dans leur pays d’origine les franges qi ont une grosse valeur ajoutée (courbe du sourire de SHIH, 1992 : il montre qu’il y a une DIPP mais asymétrique en terme de VA, et que les étapes de production sont très clairement délocalisées mais ce sont celles qui produisent le moins de VA.) Ex: marketing, Recherche et dvpmt donc la remontée des filières est fausse car le pays va rester un sous-traitant sans pouvoir véritablement remonter la filière dans son entièreté. Au final, les CVM profitent aux FMN sans profiter... »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles