Aide en Philo

Les incels, mouvement antifeministe

Extrait du document

« Les mouvements antiféministes : Le cas des incels Les mouvements antiféministes : Le cas des incels « Défense de rire, défense de dire, défense de désirer : il est temps de se révolterfaute de quoi il ne se trouvera personne pour vous plaindre le jour où votre tour viendra de passer à la casserole féministe. » Elisabeth Lévy rédactrice en cheffe du journal Causeur dans son numéro intitulé « Terreur féministe » tire la sonnette d’alarme, selon elle, des dangers du féministe visant à soumettre les hommes aux femmes. C’est ainsi qu’à l’été 2015, la journaliste comparait le féministe au totalitarisme. Cet argument que sous couvert du féminisme les femmes souhaitent imposer un rapport de domination voire instaurer une guerre des sexes est une idée de plus en plus prégnante dans nos sociétés qui en parallèle sont portées par la revendication de libertés individuelles et ce notamment par la dépénalisation de l’homosexualité et de l’avortement dans la plupart des pays du monde. C’est au travers de ce mouvement d’émancipation et de libéralisme sexuelle que s’inscrivent des mouvements réactionnaires antiféministes et ce notamment en contestation du mouvement mondiale qui provient initialement des Etats-Unis à savoir le mouvement « Me too » visant à encourager la prise de parole des femmes. Un mouvement qui au départ avait pour objectif de permettre aux femmes victimes de viol et de violence sexuelle de d’énoncer leurs bourreaux s’est peu à peu transformé en mouvement de contestation de toutes les inégalités, et notamment salariales, dont les femmes font l’objet dans nos sociétés contemporaines. C’est dans ce cadre-là que les incels font alors leur apparition et se placent dans le courant antiféministe. Le terme anglais incels issu de la contraction « Involuntary celibacy » désigne les individus qui sont célibataires malgré eux mais sans pour autant être au départ misogyne. Ce terme incels désignant seulement une partie de la population était au départ une simple analyse sociologique de ce groupe d’homme célibataire malgré eux. Ce mot inventé par une femme sous le pseudonyme « Alana’s » n’avait pas conscience en 1997, que 31 ans Alex Minassian, autoproclamé incel tuerait par une attaque au bélier 10 femmes au nom de cette cause. Mais comment analyser ce mouvement antiféministe ? Il faudra voir dans le mouvement des incels une idéologie profondément misogyne I qui semble monter en puissance II I- Une idéologie misogyne basée sur le fondement d’une suprématie masculine. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles