Aide en Philo

L'homme et l'animal (cours)

Extrait du document

« L’homme et l’animal I introduction : Héritier directe de la physique expérimentale galiléenne qui entend fonder une physique unifiée, et une science mathématisée du mouvement qui abolit le système géocentrique d’Aristote, Descartes dans la seconde méditations métaphysiques, distingue deux substances, la substance pensante (res cogitans) et la substance étendue, (res extensa). La matière, (res extensa) se ramène à de l’étendue géométrique, c’est-à-dire mesurable en terme de longueur largeur profondeur. Or la substance pensante n’est autre que ce sujet qu’est précisément l’homme. Ce faisant Descartes renforce la différence qu’il y a entre l’homme et l’animal, et légitime une hiérarchie qui suppose sa supériorité ainsi que sa différence fondamentale. On comprend ainsi aisément que l’animal, puisse être réduit à un pur mécanisme. Il n’y aurait donc aucune différence entre un animal est un automate. Pourtant l’animal est un être vivant et qui plus est sensible. C’est ce que l’on nomme la fameuse thèse cartésienne de l’animal-machine. Toutefois, si l’homme n’est pas un animal comme les autres faut-il alors considérer ici qu’il y a une différence de nature, comme semble l’affirmer Descartes, ou plutôt de degrés, comme le soutient Montaigne dans les Essais entre l’homme et l’animal ? Si tel était le cas, ne devrions-nous pas reconnaître au peuple animal des droits, ainsi qu’une lourde responsabilité ? II la thèse cartésienne de l’animal machine. A) Il y a une différence radicale de nature entre l’homme et l’animal. Étude de texte de Descartes lettre au marquis de Newcastle, Egmond, 23 novembre 1646. Travail à faire : 1)Dégagez la thèse de Descartes »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles