Dernières dissertations visitées sur Aide-en-philo.com http://aide-en-philo.com Les derniers sujets corrigés visités sur Aide-en-philo.com Rss by Imagin'air for Aide-en-philo.com fr © Aide-en-philo.com Aide-en-philo.com https://www.aide-en-philo.com/images/book.png http://www.aide-en-philo.com Peut-il y avoir une science de l'inconscient? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/10526.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT La technique met-elle l'homme en contradiction avec la nature ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/2013.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT La conscience est-elle source d'illusion ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/12327.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Quels sont les moyens dont la volonté dispose pour agir sur les passions? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/5039.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT La guerre est-elle la continuation de la politique par d'autres moyens ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/12078.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT La technique peut-elle changer la morale ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/17195.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Que peut on attendre de la technique ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/19357.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT En quoi pouvons nous être sûrs ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16059.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT L'histoire : une histoire ou des histoires ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/1753.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT La liberté est-elle une illusion ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/3178.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT La représentation de la réalité dans l'art est-elle illusoire ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/17079.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Travailler est-il un obstacle à la liberté ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4128.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT L'art nous détourne-t-il de la réalité ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/1847.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Faut-il ne rien aimer pour respecter ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/146041.htm Bien souvent, la question du respect et surtout de qui le mérite est posé. Ce qui est, en effet, logique puisque le respect est l'une des principales valeurs qui nous permet de vivre ensemble, en société. Or, faut-il aimer pour respecter ? Avant tout, qu'est ce que cette question signifie? D'après le petit Larousse, « respecter » c'est : « Traiter, considérer avec respect. Ne pas porter atteinte à quelque chose : ne pas troubler. Se comporter avec la décence qui convient. » Autrement dit, d'une manière générale, respecter une chose c'est la conserver telle qu'elle est. Et respecter une personne, c'est ne pas la déshonorer. Ensuite, « aimer » signifie : « Eprouver pour quelqu'un une profonde affection, un attachement très vif. Eprouver pour quelqu'un une inclination très vive fondée à la fois sur la tendresse et l'attirance physique. Avoir un penchant, du goût et de l'intérêt pour quelque chose. » Donc, d'une certaine façon lorsque c'est relatif à une personne, « aimer » est un sentiment ou une passion qui peut aller de la sympathie à l'affection amoureuse. Mais, quand c'est relatif à un objet, cela consiste à avoir du goût pour celui-ci, à prendre du plaisir. Enfin, « faut-il » veut tout simplement dire : « Est-il nécessaire de, est-ce à condition de ». Alors, est-il indispensable d'avoir de l'affection pour quelqu'un pour ne pas lui porter atteinte ? N'est-il pas possible de manquer de respect à quelqu'un qu'on aime, si a priori il semble difficile de respecter sans aimer? De ce fait, l'amour est-il réellement l'une des conditions du respect? Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT En quoi la philosophie est elle la mere des sciences ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/100899.htm en quoi la philosophie est elle la mere des sciences Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT L'homme est-il un loup pour l'homme ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/5473.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Qui commande le devoir ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/8676.htm Qui commande le devoir Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Les hommes ont-ils besoin de grands hommes pour faire leur histoire ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/7275.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Faut-il se méfier du corps ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16516.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Spinoza: passions, lois et politique. https://www.aide-en-philo.com/dissertations/69076.htm Si les hommes étaient ainsi disposés par la nature qu'ils n'eussent de désir que pour ce qu'enseigne la vraie raison, certes la société n'aurait besoin d'aucune loi, il suffirait simplement d'éclairer les hommes par des enseignements moraux pour qu'ils fassent d'eux-mêmes et d'une âme libre ce qui est vraiment utile. Mais tout autre est la disposition de la nature humaine; tous observent bien leur intérêt, mais ce n'est pas suivant l'enseignement de la droite raison; c'est le plus souvent entraînés par leur seul appétit de plaisir et les passions de l'âme (qui n'ont aucun égard à l'avenir et ne tiennent compte que d'elles-mêmes) qu'ils désirent quelque objet et le jugent utile. De là vient que e société ne peut subsister sans un pouvoir de commandement et une force, et par suite sans des lois qui modèrent et contraignent l'appétit du plaisir et les passions sans frein. SPINOZA Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Sommes-nous libres ou déterminés ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/2097.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT L'Etat est-il un fait de nature ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/6200.htm ÉTAT Gén. L'État (É majuscule) doit d'abord être distingué de la société, puisqu'il existe des sociétés sans État. Il désigne une société organisée ayant une administration politique et juridique autonome, mais également, au sens strict, l'ensemble de ces administrations. Il est ainsi un pouvoir distinct, qui s'incarne dans des institutions et s'exerce sur l'ensemble de la société. Monopole de la législation et occupation permanente d'un territoire caractérisent par ailleurs l'État, qu'on peut définir avec Max Weber comme la communauté humaine qui, dans les limites d'un territoire déterminé, revendique avec succès, pour son propre compte, le monopole de la violence physique légitime. Phi. pol. C'est dans la raison d'être de l'État que réside son essence : l'homme a inventé l'État pour ne pas obéir à l'homme. L'État est l'artifice qui permet de détacher les rapports d'autorité des relations personnelles de chef à sujet. Ceux qui exercent le pouvoir n'en sont pas propriétaires mais dépositaires. L'État est le bien de tous (res publica) et les institutions qui l'incarnent l'expression de la volonté générale. NATURE (lat. natura; de nasci, naître) Terme équivoque qui connaît deux grandes acceptions selon qu'il désigne la nature d'un être ou la nature en général. Désignant la nature d'un être, le terme renvoie d'abord à l'idée d'une existence qui se détermine d'elle-même, sans l'intervention d'une cause étrangère : 1. s'oppose à ce qui résulte de l'art ou de la technique : « La nature est principe dans la chose même » (Aristote); 2. est synonyme d'essence d'un genre dès lors qu'il désigne l'ensemble des propriétés qui le définissent : « La nature d'un gouvernement est ce qui le fait être tel » (Montesquieu); 3. désignant ce qui est inné, s'oppose à l'acquis, c.-à-d. chez l'homme à la culture ; désignant ce qui est spontané, s'oppose à ce qui est réfléchi. Désignant la nature en général, le terme renvoie à l'idée d'un ensemble organisé et régi par des lois : 1. ainsi la nature comme ensemble des choses qui présentent un ordre et réalisent des types s'oppose pour Aristote au hasard : « La nature ne fait rien en vain » ; 2. la Nature en tant que s'y exprime une Absolue nécessité s'oppose au Monde - humain soumis à la contingence; 3. la nature où toute cause est elle-même l'effet d'une cause extérieure s'oppose pour Kant à la liberté qui suppose l'autonomie morale de l'agent. Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Obéir me dégage-t-il de toute responsabilité ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/18412.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Est-ce la nécessité qui pousse l'homme à travailler ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/977.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Une oeuvre d'art peut-elle être plus vraie que son modèle ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/102960.htm Une oeuvre d'art peut-elle être plus vraie que son modèle ? Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Peut-on vouloir ce qu'on ne désire pas ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/876.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Victor Hugo a écrit : « Améliorer la vie matérielle, c'est améliorer la vie morale. Faites les hommes heureux, vous les- ferez meilleurs. » Est-il vrai que le progrès matériel entraîne nécessairement le progrès moral ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/7620.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT ALAIN: Le miracle de la peinture https://www.aide-en-philo.com/dissertations/70646.htm Le miracle de la peinture, c'est que ce feu de société, ce reflet d'opinions et de jugements, chose par excellence mobile et décevante, fait un objet durable et désormais immobile. Cette âme, par exemple la Joconde, ou la Vierge du Mariage, cette âme est à saisir ; elle ne se dérobe point ; mais aussi elle ne se divise point ; elle ne s'explique pas, mais elle s'offre. Ce qui au monde est le moins objet est devenu objet ; on le possède en une apparence immuable et suffisante ; c'est à nous, par une sympathie qui ne troublera pas cette image, par une sympathie qui peut hésiter, se tromper, revenir, c'est à nous de comprendre ce langage sans paroles. Cette confidence est sans fin, et éveille en nous un développement parallèle, sans paroles aussi ; non pas une suite d'instants, mais une suite de moments où toute une vie, passé, présent, avenir, est rassemblée. D'où cette contemplation véhémente dont je parlais. C'est le propre de l'apparence qu'elle exprime tout, et qu'elle suffit ; mais seule la peinture fixe l'apparence ; et seule la grande peinture choisit justement l'apparence à laquelle nous avions voulu nous arrêter. C'est ainsi que le vrai peintre, par refus de penser, c'est-à-dire de définir, et par choisir seulement les moments en écartant les instants, a préparé son précieux objet pour une contemplation sans fin.ALAIN||      L’extrait de texte d’Alain qui est proposé a pour objet la peinture et va permettre à Alain de développer une véritable théorie de la peinture. En effet, à travers l’extrait, Alain va chercher à comprendre ce qu’est la peinture et qu’elle est son « miracle ». Autrement dit, il s’agit ici de développer une théorie positive de peinture comme apparence fixe et immuable d’un objet immatérielle. En ce sens, Alain entend redonner ses lettres de noblesse à la peinture qu’une conception et une critique platonicienne lui avait fait perdre ou relativiser. Ainsi, Alain cherchant à comprendre comment la peinture peut saisir dans son objet une âme, ce qu’elle est ; et dès lors ce que cela implique par rapport au sujet à travers notamment la question de la contemplation et du dialogue « sans parole » avec le tableau ; définissant, implicitement, en dernier lieu une typologie ou hiérarchie des arts de l’apparence, ainsi que le vrai peintre.             Dans ce cas, il semble que l’extrait se structure selon trois moments : le premier allant jusqu’à « elle ne s'explique pas, mais elle s'offre. » portant sur la question du miracle de la peinture et de sa relation avec l’âme ; le second de « Ce qui au monde est le moins objet est devenu objet… » à « D'où cette contemplation véhémente dont je parlais » dont l’objet sera la question de la contemplation et du dialogue paradoxal sans parole, amenant ainsi à un troisième moment, de « C'est le propre de l'apparence qu'elle exprime tout… » à la fin, définissant une hiérarchie des arts et le vrai rôle du peintre.   Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Les grands hommes font-ils l'histoire ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/17856.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Peut-on parler de l'histoire collective comme on parle de l'histoire d'un individu ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/18821.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Est-il vrai qu'on ne peut pas discuter des goûts ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4034.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT « Devenir soi-même » : quel sens donnez vous a cette expression ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/15426.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Faut-il poser des limites a la science ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16470.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT La religion est-elle une consolation pour les faibles? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/10906.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Peut-on être trop raisonnable ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/3827.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Le droit à la différence est-il sans limite ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/15374.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Une société peut-elle être juste ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/20067.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Faut-il considérer la liberté comme absences de contraintes ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/10641.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Quelle est la valeur éducative des mathématiques ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/1095.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT L'intelligence intervient-elle dans la perception ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4925.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Si les hommes sont égaux en droits, cela a-t-il un sens de parler de «droit à la différence» ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4357.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Les Sciences Peuvent-elles Nous Eclairer Sur le Bien et le Mal ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/101067.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT FREUD: "Tout ce qui est conscient est psychique et, inversement, tout ce qui est psychique est conscient." https://www.aide-en-philo.com/dissertations/68195.htm Et voici, chose étrange, que tous ou presque tous s'accordent à trouver à tout ce qui est psychique un caractère commun, un caractère qui traduit son essence même. C'est le caractère unique, indescriptible et qui n'a d'ailleurs pas besoin d'être décrit, de la conscience. Tout ce qui est conscient est psychique et, inversement, tout ce qui est psychique est conscient. Comment nier une pareille évidence ! Toutefois reconnaissons que cette manière de voir n'a guère éclairé l'essence du psychisme car l'investigation scientifique, ici, se trouve devant un mur. Elle ne découvre aucune voie qui puisse la mener au-delà. (...) Comment méconnaître, en effet, que les phénomènes psychiques dépendent à un haut degré des phénomènes somatiques et que, inversement, ils agissent aussi très fortement sur eux? Si jamais l'esprit humain se trouva dans une impasse, ce fut bien à cette occasion. Pour trouver un détour, les philosophes furent contraints d'admettre au moins l'existence de processus organiques parallèles aux processus psychiques et dépendant de ceux-ci d'une façon difficilement explicable. (...) La psychanalyse sortit de ces difficultés en niant énergiquement l'assimilation du psychique au conscient. Non, la conscience ne constitue pas l'essence du psychisme, elle n'en est qu'une qualité, et une qualité inconstante, bien plus souvent absente que présente. (...) Mais il nous reste encore à réfuter une objection : malgré les faits dont nous venons de parler, certains prétendent qu'il ne convient pas de renoncer à l'idée de l'identité entre psychique et conscient, car les processus psychiques dits inconscients ne seraient que des processus organiques parallèles aux processus psychiques. De ce fait, le problème que nous voulons résoudre ne porterait plus que sur une vaine question de définition. (...) Est-ce seulement par l'effet du hasard que l'on n'est parvenu à donner du psychisme une théorie d'ensemble cohérente qu'après en avoir modifié la définition? Gardons-nous d'ailleurs de croire que c'est la psychanalyse qui a innové cette théorie du psychisme. (...) Le concept de l'inconscient frappait depuis longtemps aux portes de la psychologie, et la philosophie comme la littérature flirtaient avec lui, mais la science ne savait comment l'utiliser. La psychanalyse a fait sienne cette idée, l'a sérieusement considérée et l'a emplie d'un nouveau contenu. Les recherches psychanalytiques ont retrouvé certains caractères jusque-là insoupçonnés du psychisme inconscient et découvert quelques-unes des lois qui le régissent. Nous ne voulons pas dire par là que la qualité de conscience ait perdu de sa valeur à nos yeux. Elle reste la seule lumière qui brille pour nous et nous guide dans les ténèbres de la vie psychique. Par suite de la nature particulière de notre connaissance, notre tâche scientifique dans le domaine de la psychologie consistera à traduire les processus inconscients en processus conscients pour combler ainsi les lacunes de notre perception consciente. FREUD Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT La différence spécifique de l'homme est-elle naturelle ou culturelle ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16720.htm HOMME Le plus évolué des êtres vivants, appartenant à la famille des hominidés et à l'espèce Homo sapiens (« homme sage »). Traditionnellement défini comme « animal doué de raison », l'homme est aussi, selon Aristote, un « animal politique ». Ce serait en effet pour qu'il puisse s'entendre avec ses semblables sur le bon, l'utile et le juste que la nature l'aurait pourvu du langage. CULTURE (lat. colere, mettre en valeur ) Gén. La culture désigne la mise en valeur aussi bien d'un champ (agriculture) que de facultés (éducation). Ainsi, la faculté de penser ne se développe pas spontanément, c.-à-d. sans la médiation d'autres hommes (société). L'inné en l'homme (l'ensemble de ses facultés naturelles) ne s'éveille et l'homme ne s'humanise que par la culture. En ce sens, la culture ne désigne pas l'altération ou l'abandon de la nature humaine mais son accomplissement. Sans culture, l'homme n'est pas même un animal : il est inhumain (comme ces « enfants sauvages » que Lévi-Strauss nomme « monstres culturels »).NATURE (lat. natura; de nasci, naître) Terme équivoque qui connaît deux grandes acceptions selon qu'il désigne la nature d'un être ou la nature en général. Désignant la nature d'un être, le terme renvoie d'abord à l'idée d'une existence qui se détermine d'elle-même, sans l'intervention d'une cause étrangère : 1. s'oppose à ce qui résulte de l'art ou de la technique : « La nature est principe dans la chose même » (Aristote); 2. est synonyme d'essence d'un genre dès lors qu'il désigne l'ensemble des propriétés qui le définissent : « La nature d'un gouvernement est ce qui le fait être tel » (Montesquieu); 3. désignant ce qui est inné, s'oppose à l'acquis, c.-à-d. chez l'homme à la culture ; désignant ce qui est spontané, s'oppose à ce qui est réfléchi. Désignant la nature en général, le terme renvoie à l'idée d'un ensemble organisé et régi par des lois : 1. ainsi la nature comme ensemble des choses qui présentent un ordre et réalisent des types s'oppose pour Aristote au hasard : « La nature ne fait rien en vain » ; 2. la Nature en tant que s'y exprime une Absolue nécessité s'oppose au Monde - humain soumis à la contingence; 3. la nature où toute cause est elle-même l'effet d'une cause extérieure s'oppose pour Kant à la liberté qui suppose l'autonomie morale de l'agent. NATUREL : Qui concerne la nature,se rapporte à elle ou lui est conforme. Ce qui est naturel s'oppose à ce qui est acquis. Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Comment définissez-vous l'homme ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/5006.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Faut-il préférer la justice a l'inégalité ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16471.htm ÉGALITÉ (lat. de aequare, aplanir, rendre égal à) Math. Caractère des grandeurs ou quantités substituables l'une à l'autre. Dr. L'égalité de droit ou juridique est le principe selon lequel tous les individu quelles que soient leurs particularités empiriques (naturelles ou culturelles) sont égaux devant la loi. Ainsi, l'identité des droits se fonde sur une identité ontologique entre les hommes (tous les hommes ont la faculté de penser) qui transcende les différences naturelles (sexe, force...) et culturelles (religion, langue...). L'égalité de droit ne se fonde pas sur une égalité de fait : être égal en droit n'est pas être identique en fait. Ce principe suppose une conception universaliste du droit. Tous les hommes en tant qu'hommes se valent : ils ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. personne. Pol. L'égalité politique est le principe selon lequel « tous les citoyens sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics selon leur capacité » (Déclaration des droits de l'homme, 1789). Les seules différences reconnues ne sont pas celles dont on hérite mais celles qu'on mérite. Soc. L'égalité sociale est le principe selon lequel les avantages sociaux sont répartis en proportion des mérites. Il s'agit de légitimer les différences, non de les nier. équité. JUSTICE (lat. justifia, conformité au droit; sentiment d'équité) Gén. Terme qui connaît maintes acceptions : il faut en effet d'abord distinguer la justice comme institution de fait (droit positif) de la justice en tant que conformité au droit naturel ou rationnel. La justice institution peut régir de façon injuste une société donnée : ce qui est légal n'est pas forcément légitime. Or, la justice peut encore se définir comme équité, c.-à-d. non plus simplement comme conformité au droit, mais comme juste application de la règle générale au cas particulier : elle est alors la vertu même de celui qui juge. Dr. L'institution judiciaire, composée des institutions publiques (tribunaux, ...) et des individu dont la fonction sociale est d'appliquer le droit positif. Mor. Si le droit positif peut être injuste, il faut distinguer légalité et légitimité ".La justice se définit alors plutôt comme respectueuse et garante de la dignité humaine. moralité. Phi. Aristote définit la justice comme cette vertu civique ou « disposition à accomplir des actions qui produisent et conservent le bonheur pour une communauté politique ». Or, la perfection de la justice est alors l'équité qui se soucie plus de l'esprit de la loi que de sa lettre. La vraie justice peut ainsi modifier la règle générale pour y substituer un décret. Elle est donc corrective en son essence. Voir: justice distributive. FAUT-IL : Ce genre de sujet interroge sur la nécessité. * Distinguez nécessité objective et nécessité subjective. * La nécessité implique soit un rapport logique, soit un rapport moral avec le sujet; parfois les deux. Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Qu'est-ce que la conscience psychologique ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/3367.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT La technique peut-elle garantir le bonheur ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/11055.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Plaisir et morale https://www.aide-en-philo.com/dissertations/5171.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Le terme "expérience" a-t-il le même sens dans les expressions "avoir de l'expérience" et "faire une expérience" ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/1326.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT L'art n'est-il qu'un mode d'expression subjectif ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/3500.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT qu'y a-t-il à reprocher à la bonne conscience ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/15191.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Pourquoi philosophe-t-on ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/2070.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT SUFFIT-IL, POUR ÊTRE SOI-MÊME, D'ÊTRE DIFFÉRENT DES AUTRES ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/7386.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Comprendre son passé est-il nécessairement pour construire son avenir ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/379.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Travailler est ce sacrifier sa vie à la gagner ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/100383.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Quel est l'homme des droits de l'homme ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/1406.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Faut-il être cultivé pour porter l'empreinte d'une culture ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/8341.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Le problème éthique de la violence https://www.aide-en-philo.com/dissertations/1479.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT La conscience morale ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4244.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Les passions sont-elles aveugles ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/17929.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Science et religions sont-elles compatibles ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/101039.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Toute communication est-elle indirecte ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/1077.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Existe-t-il une vérité des apparences ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16325.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT EXPLICATION DE TEXTE: Extrait tiré de L'idéologie allemande de Marx https://www.aide-en-philo.com/dissertations/135866.htm « La condition première de toute histoire humaine est naturellement l'existence des êtres humains vivants. Le premier état de fait à constater est donc la complexion corporelle de ces individus et les rapports qu'elle leur crée avec le reste de la nature. (...) Toute histoire doit partir de ces bases naturelles et de leur modification par l'action des hommes au cours de l'histoire. On peut distinguer les hommes des animaux par la conscience, par la religion et par tout ce que l'on voudra. Eux-mêmes commencent à se distinguer des animaux dès qu'ils commencent à produire leurs moyens d'existences, pas en avant qui est la conséquence même de leur organisation corporelle. En produisant leurs moyens d'existence, les hommes produisent indirectement leur vie matérielle elle-même. La façon dont les hommes produisent leurs moyens d'existence dépend d'abord de la nature, des moyens d'existence déjà donnés et qu'il leur faut reproduire. Il ne faut pas considérer ce mode de production de ce seul point de vue, à savoir qu'il est la reproduction de l'existence physique des individus. Il représente au contraire déjà un mode déterminé de l'activité des individus, une façon déterminée de manifester leur vie, un mode de vie déterminé. La façon dont les individus manifestent leur vie reflète très exactement ce qu'ils sont. Ce qu'ils sont coïncide donc avec leur production, aussi bien avec ce qu'ils produisent qu'avec la façon dont ils produisent. Ce que sont les individus dépend donc des conditions matérielles de leur production. » Qui est l'homme ? Et plus précisément, quel est le propre de l'homme ? (PROBLEMATIQUE) La question qui se pose est donc double. D'une part, on doit s'interroger sur le « propre de l'homme»: quelles sont les particularités de la physiologie et du comportement humain que l'on ne retrouve pas dans le règne animal ? Et d'autre part, cette notion pose la question de l'unité de l'homme : dans quelle mesure ces spécificités sont-elles véritablement partagées par tous les membres de l'espèce humaine? Le propre d'une chose est ce qui lui est le plus essentiel. Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Une société se définit-elle par le type d'échange qu'elle pratique ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/2640.htm SOCIETE : association d'individus qui constitue le milieu où chacun s'intègre. Toute espèce vivante est plus ou moins sociale ; mais tandis que les sociétés animales sont naturelles et gouvernées par l'instinct, les sociétés humaines, organisées selon des institutions mobiles, véhiculent une culture. ÉCHANGE: Du latin excambiare, « échanger », «troquer» (de cambiare, «changer »). En droit, contrat par lequel deux parties se donnent respectivement une chose pour une autre. En économie, transfert réciproque de biens ou de services, soit directement (troc), soit indirectement (par l'intermédiaire de la monnaie). FIN / FINALITE: 1. - Terme, limite, cessation, interruption d'un phénomène ; opposée à commencement. 2. - But vers lequel tend un acte (SYN. dessein) ; ce en vue de quoi quelque chose est fait ; opposée à moyen. Rem. : les sens 1 et 2 sont souvent confondus, comme dans l'adage : « La fin est première dans l'intention, dernière dans l'exécution » ; la confusion entraîne celle de la cessation d'une action, du dessein qui préside à son exécution et du but qu'elle atteint ; c'est cette confusion qui est au coeur de l'idée ant. selon laquelle la fin d'un être est sa perfection, son achèvement. 3. - (Par anal.) Ce qui explique pourquoi une chose est telle qu'elle est : organisation de son activité ou de ses parties ; cf. finalité. 4. - Fin dernière : fin ultime au sens de but ou de terme absolu, tel que le souverain bien ; SYN. fin suprême ; fin en soi : pour KANT, fin objective, nécessaire, inconditionnelle ; opposée à fin subjective, empirique. 5. - Règne des fins : état dans lequel les volontés des êtres raisonnables sont censées s'accorder entre elles et avec l'ordre du monde (SYN. monde des esprits) ; il s'agit pour KANT d'un idéal pratique posant la liaison systématique, par des lois objectives communes, des êtres raisonnables en tant qu'ils sont une fin en soi, et qu'ils peuvent se proposer des fins. 6. - Final : a) Qui constitue ou concerne un terme ; SYN. ultime, dernier, opposé à initial. b) Cause finale : qui provoque ou explique un fait à la manière d'un but à atteindre, ou comme moyen par rapport à une fin ; opposée à cause efficiente ; cf. cause, finalisme, téléonomie. 7. - Finalité. : a) Fait de posséder une fin, une signification, d'être organisé selon un dessein, un plan ; on distingue : la finalité externe qui a pour fin un être autre que celui dont il est question ; la finalité interne à un être dont les parties sont considérées réciproquement comme moyen et fin (cf. un organisme) ; la finalité immanente qui résulte de la nature et du développement de l'être même (adaptation du vivant à son milieu) ; la finalité transcendante qui est réalisée dans un être par l'action qu'exerce sur lui un autre être. b) Principe de finalité : la nature ne fait rien en vain, c.-à-d. tout être a une fin ; d'où, à l'inverse, l'idée d'une preuve de l'existence de Dieu à partir de l'existence de la finalité dans la nature ; cf. téléologique (argument ). 8. - Finalisme : a) Caractère de ce qui dépend d'une fin. b) Toute doctrine qui affirme l'existence d'une cause finale de l'univers, ou (par ext.) qui utilise les causes finales comme principes explicatifs ; opposé à mécanisme. ECHANGE: Acte par lequel deux personnes se livrent mutuellement des objets considérés comme équivalents. Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Interdire, est-ce limiter la liberté ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/5697.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Suis-je bien placé pour savoir ce que je suis ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/19883.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT La passion est-elle toujours un esclavage ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/997.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Sommes nous dans le temps comme nous sommes dans l'espace ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/19801.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT L'idée de progrès historique est-elle encore pensable ou est-elle le mythe moderne par excellence ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/3098.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT En quoi l'idée de perfectionnement est-elle caractéristique de l'espèce humaine? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/10830.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Vérité physique et vérité mathématique sont elles de même nature ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/20089.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Dans quelle mesure peut-on dire que "je" est un autre ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/3075.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Les religions peuvent-elles être objets de science ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/5885.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Faut-il être cultivé pour apprécier l'art ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/5449.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT L' Etat doit -il etre sans pitié ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16561.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Un sujet est-il responsable de tous ses actes ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4435.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Sommes-nous libres ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/1667.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Doit-on satisfaire tous ses désirs ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/5585.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Peut-on parler de tournants de l'histoire ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/581.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Peut-on échapper aux exigences de la conscience ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/865.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT La nation : liberté ou déterminisme ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4401.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Faut-il penser a la mort ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16465.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Les rapports entre la matière et l'esprit https://www.aide-en-philo.com/dissertations/1924.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Qu'est-ce que les livres ne peuvent nous apprendre ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/19604.htm Ce genre de sujet appelle une définition. Partez de la définition du sens commun et approfondissez-la. Faites des comparaisons, des distinctions. Examinez les enjeux. Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT L'affect en psychanalyse https://www.aide-en-philo.com/dissertations/6800.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Faut-il opposer être et paraître ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/2180.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Toute vérité est-elle démontrable ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/3362.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Quelles sont les limites de l'objectivité historique ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/5164.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Peut-on considérer la non-violence comme une violence ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/714.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Doit-on le respect au vivant ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/302.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT L'art n'est-il qu'un divertissement ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/2759.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Vouloir être soi-même, est-ce une illusion ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/3074.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Quel est l'intérêt de recourir un regard extérieur pour argumenter ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/12062.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Peut-on apprendre à mourir ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/18546.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Un grand obstacle au bonheur c'est de s'attendre à un trop grand bonheur. ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/20013.htm BONHEUR (lat. ougurium, chance, augure, présage) Le bonheur, si l'on en croit l'étymologie (bon heur), ne peut être que l'effet de la chance, le produit de circonstances favorables. Pourtant, l'eudémonisme ancien prétend faire du bonheur le souverain bien, la fin dernière de notre activité qu'il dépendrait de nous de pouvoir atteindre. Or, cet état de satisfaction complète qui distingue le bonheur du plaisir des sens parce qu'il est toujours accompagné de la certitude de durer semble si difficile à définir qu'on peut le considérer avec Kant comme un idéal de l'imagination plutôt que comme une fin susceptible d'être rationnellement recherchée. Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Quel ensemble de qualités constituent à vos yeux le bon sens ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/5137.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Comment l'expérience religieuse donne-t-elle un sens a la vie ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/15734.htm EXPÉRIENCE (lat. experientia, essai, épreuve) Gén. L'Expérience est d'abord Expérience vécue, instruction acquise par l'usage de la vie. Toutefois le vécu n'est pas la vie. Avoir de l'Expérience , ce n'est déjà plus la vivre mais déjà l'avoir vécue et la penser : d'où l'aspect théorique et abstrait de tout vécu. Phi. On distingue classiquement deux sens du concept d'Expérience : soit les données ou impressions sensibles, qui sont comme la matière première de notre connaissance, soit l'Expérience elle-même conçue comme résultat, c.-à-d. déjà comme construction, « mise en forme du donné sensible par les principes a priori de l'esprit » (Kant). expérimentation. RELIGION (lat. religare, relier, attacher) La religion est, selon son étymologie, un lien ou une mise en relation : elle relie les hommes à plus haut qu'eux, à une puissance qui les dépasse infiniment, les transcende. Ainsi, la religion semble s'opposer à la société, qui est le lien des hommes entre eux. L'homme serait donc à la fois social et religieux, ce double lien pouvant engendrer des conflits comme en témoigne l'histoire de la chrétienté occidentale qui a vu souvent s'affronter l'autorité politique, représentant la société, et l'autorité sacerdotale, représentant la religion. Cependant, le monde antique se caractérisait plutôt par une indistinction entre lien social et lien religieux : pour un Athénien du Ve siècle, la religion n'est pas une affaire privée, mais le signe de son appartenance à la communauté. Aucun lien personnel ne l'attache à un Dieu , les cultes divins étant d'abord des cultes publics. Il faut donc distinguer la religion grecque, qui est une religion sociale, puisque dans sa religion chaque cité s'adore elle-même et magnifie ses vertus, de la religion chrétienne qui suppose avant tout une relation personnelle à Dieu . Or, comme le souligne Hegel, une religion qui se définit strictement par le lien social ne peut prétendre à l'universalité. Ainsi, la multiplicité des dieux grecs les conduit à se combattre et à se haïr comme le feraient des hommes. Hegel évoque alors l'« oubli comique de leur nature éternelle », et conclut que le vrai sentiment religieux ne peut se retrouver dans cette forme de religion sociale. La vraie religion serait donc le christianisme, religion de l'homme libre, qui sépare nettement lien social et lien religieux. Parce que Jésus dit tu à tout homme, abstraction faite des liens sociaux dans lesquels il est pris, la religion chrétienne « rend à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ». SENS (lat. sensus; de sentire, sentir, juger) Mot qui rencontre en français trois grandes acceptions bien distinctes : soit il désigne toutes sortes de facultés, faculté de sentir ou de juger (1), soit il est syn. de signification (2), soit il évoque simplement l'orientation d'un mouvement (3). 1. Terme équivoque qui désigne aussi bien la faculté d'éprouver des sensations (les cinq sens), les sens comme organes récepteurs, la faculté de connaître intuitive (sens intime ou sens intérieur sont alors parfois syn. de conscience), le jugement (comme dans l'expression usuel « à mon sens »), par suite le bon jugement (le bon sens, syn. de raison, ou sens commun), mais aussi le sens moral (la faculté innée de reconnaître intuitivement le bien et le mal, la conscience morale en tant que pouvoir d'appréciation ou de discernement); 2. d'abord, intention de celui qui parle ou agit (ce qu'il veut dire ou se propose de faire, sens d'une phrase ou d'une démarche), puis valeur objective d'un signe, telle qu'elle est fixée par l'usage ou par une convention (acception d'un terme); 3. syn. de direction dans le langage courant (le sens des aiguilles d'une montre). Or, pour l'homme, la question de la signification et de l'orientation se recoupent souvent : ainsi, quand nous cherchons à déterminer le sens de notre existence, nous nous demandons à la fois quelle est sa finalité (en vue de quelle fin agissons-nous ?) et quelle signification lui donner (pourquoi ma vie vaut-elle d'être vécue ?). Les existentialistes ont montré que c'est mon projet (la direction que je lui insuffle librement) qui donne sens à ma vie, qui fait qu'elle signifie quelque chose. De même, la question du sens de l'Histoire pose le double problème de sa direction et de sa signification, c.-à-d. pour les philosophes modernes celui de sa finalité. Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT Peut-il y avoir des vérités partielles? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/11152.htm Tue, 10 Dec 2019 00:00:00 GMT