Dernières dissertations visitées sur Aide-en-philo.com http://aide-en-philo.com Les derniers sujets corrigés visités sur Aide-en-philo.com Rss by Imagin'air for Aide-en-philo.com fr © Aide-en-philo.com Aide-en-philo.com https://www.aide-en-philo.com/images/book.png http://www.aide-en-philo.com N'y a-t-il que ce qui dure qui ait de la valeur ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/2959.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Un personnage médiocre peut-il être un héros de roman ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/8758.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Dieu est-il pour le savant une hypothèse nécessaire ou superflue ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/100096.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La conscience est-elle source d'illusion ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/12327.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT S'engager est-ce affirmer ou perdre sa liberté ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/10361.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Peut-on critiquer la démocratie ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/755.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT l'homme ne vit-il en société que par intérêt ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/18165.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La guerre est-elle la continuation de la politique par d'autres moyens ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/12078.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Les origines de la pensée grecque (Logos, Phusis et Métis) ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/114128.htm Les origines de la pensée grecque (Logos, Phusis et Métis) ?||La polis implique une prééminence de la parole sur tous les autres instruments de pouvoir, organon, comme l'outil politique, le moyen de commandement dominant. Toutes les questions d'intérêt général que soulève le souverain sont soumises à l'art oratoire; tous les citoyens participaient au débat et avaient droit de parole. Pour un grec, être citoyen, c'est avoir le droit à la parole, c'est le rapport entre le logos et la politeia. La techné politique suppose une techné de la parole, la politeia devient maniement du langage. Le logos, ou discours, prend conscience de lui-même à travers sa fonction politique. La discussion, l'argumentation, la polémique deviennent les règles du jeu intellectuel comme politique. La parole devient l'organon de la vie politique et l'écriture, le moyen d'une culture commune. C'est la naissance d'un véritable culte de la cité. Le mouvement des sophistes tentera d'intégrer la philosophie à la vie publique et donc à se présenter comme une préparation à l'exercice du pouvoir dans la cité. Nous pouvons mettre en avant la prééminence sociale et politique de la parole. La polis implique déjà cette prééminence de la parole sur les autres instruments de pouvoir, l'agora marque le rapport logos et la politique pour les sophistes, ce rapport est justifié dans le fait qu'ils ont tenté d'assimiler la philosophie à la vie publique, le but est l'exercice du pouvoir.  || Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La vérité est-elle contraignante ou libératrice ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/376.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La technique peut-elle changer la morale ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/17195.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT L'étonnement est-il le point de départ de toute connaissance ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/5522.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT En quoi pouvons nous être sûrs ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16059.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Une religion rationnelle est-elle possible ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4180.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT L'histoire : une histoire ou des histoires ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/1753.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT L'illusion n'est-elle qu'une erreur ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/1049.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Philosopher c'est secouer le joug de l'autorité ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/12006.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Comprend-on le vivant en l'opposant à l'inerte ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/2605.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La liberté est-elle une illusion ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/3178.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT l'idéal philosophique du milieu du XVIII siècle vous semble t-il matérialiste seulement ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/18204.htm PHILOSOPHIE (gr. philo, désirer; sophia, savoir) Étymologiquement, « amour de la sagesse ». Cependant, la sagesse n'étant qu'un art de vivre, la définition commune de la philosophie comme sagesse" est critiquable. En effet, sophia désigne en fait moins un savoir empirique adapté à la conduite de la vie qu'un savoir abstrait. En ce sens, la philosophie est essentiellement élévation de la pensée, théoria, contemplation. Cependant, comme l'indique l'allégorie de la caverne de Platon, le philosophe ne quitte le monde sensible que pour y redescendre, puisqu'il lui revient de gouverner la cité idéale. S'il s'agit de s'exercer à l'abstraction, il faut ne pas s'y perdre. Or, si la philosophie ancienne reste encore marquée par l'opposition de la contemplation (théoria) et de l'action (praxis"), la philosophie moderne est plutôt soucieuse d'abolir cette distinction, comme le signale le projet cartésien de « nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature ». Elle cesse alors d'être un savoir désintéressé pour se mettre au service de la construction d'un monde régi par la science". Du coup, elle risque ou bien de devenir une spécialité comme les autres, ou bien, refusant cette spécialisation, de passer pour une activité dilettante réservée à quelques dandys de la pensée. Telle est l'aporie du philosophe contemporain : rester un généraliste sans sombrer dans l'insignifiance. Dès lors, pour éviter ce piège, la philosophie doit affirmer son sérieux par la prudence d'un jugement née de l'accumulation du savoir. Elle devient ainsi histoire de la philosophie, non pas connaissance érudite des doctrines, mais plutôt éveil de la pensée à elle-même à partir de ce qu'ont pensé les autres. Le développement de la philosophie peut alors se comprendre comme celui de la vérité à travers les différents moments nécessaires à son déploiement. Cette définition dialectique, proposée par Hegel, permet de saisir la nécessité rationnelle qui gouverne l'histoire de la philosophie : le philosophe est fils de son temps, et comme ceux d'hier, il lui revient de répondre aux besoins de son époque. La philosophie ne se réduit donc pas à ses oeuvres qui sont comme les tombeaux de la philosophie passée : elle est essentiellement vivante dans l'activité présente de penser, qu'exprime magnifiquement tout enseignement où le maître, à la manière de Socrate, requiert la participation du disciple. Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Sommes nous conscients ou avons nous à être conscients ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/19800.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Le langage seul peut-il garantir la communication entre les hommes ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/17608.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La sensation n'est-elle qu'une abstraction ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4924.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Le problème de la relativité des cultures ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4109.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Travailler est-il un obstacle à la liberté ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4128.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT L'homme a t-il par nature le désir de connaître https://www.aide-en-philo.com/dissertations/11653.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT En quel sens peut-on dire que l'homme est un animal politique ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/74.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Le progrès de l'humanité se confond-il avec le progrès technique ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/5859.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Les mots épuisent-ils le sens ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/17897.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT L'art nous détourne-t-il de la réalité ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/1847.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT En quoi suis-je concerné par autrui ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16060.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La critique du témoignage, en histoire et en justice https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4867.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT En quoi la philosophie est elle la mere des sciences ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/100899.htm en quoi la philosophie est elle la mere des sciences Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Faut-il choisir entre être heureux et être libre ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/8762.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La psychanalyse n'est-elle qu'une science de l'interprétation ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/8705.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT En quoi la conscience est-elle temporelle ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4152.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Faut-il se méfier du corps ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16516.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Sommes-nous libres ou déterminés ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/2097.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Est-il satisfaisant de définir l'art comme une forme de langage ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/15328.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT L’État restreint-il les libertés ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/886.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Peut-on concilier la liberté et l'égalité dans la vie sociale ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/10359.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Que peut bien vouloir dire: "aimer l'autre a la folie" ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/19352.htm AUTRUI (lat. alter huic, cet autre-ci, présent) Autrui n'est pas simplement celui qui est autre que moi mais l'autre comme autre moi (alter ego) et corrélatif du moi.BIEN (lat. bene, bien; bonus, bon) Phi. Ce qui est objet d'approbation ou de satisfaction. Pour les Anciens, le Bien est la finalité naturelle de la volonté, étant d'abord ce qui fait du bien, le profitable. Le problème éthique essentiel est alors de distinguer les « faux biens », les biens trompeurs qu'on recherche tant qu'on ignore qu'ils n'en sont pas, des « vrais biens », ceux qui nous sont vraiment utiles. Mot Le Bien se définit comme la norme suprême dans l'ordre Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La science satisfait-elle le désir de connaître ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/17131.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Gagne-t-on sa vie en travaillant ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16539.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La liberté consiste-t-elle a s'affranchir de toute autorité ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16783.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La pluralité des sens de l'histoire signifie-t-elle qu'aucun n'est plus vrai qu'un autre ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/17010.htm AUTRUI (lat. alter huic, cet autre-ci, présent) Autrui n'est pas simplement celui qui est autre que moi mais l'autre comme autre moi (alter ego) et corrélatif du moi. HISTOIRE Gén. Terme équivoque qui désigne à la fois le récit du passé humain, et la réalité historique elle-même, le cours des événements. En ce dernier sens, l'histoire se distingue de la simple évolution car elle suppose plus qu'un changement. Un arbre, par ex., peut croître ou un papillon se métamorphoser, mais ils n'ont pas d'histoire dans la mesure où l'histoire suppose la conscience d'un changement et la possibilité, pour celui qui change, de se représenter la finalité de son évolution en faisant du présent le sens du passé et du futur le sens du présent. Quant au récit, il cesse d'être légendaire pour devenir scientifique dès lors qu'il veut expliquer et non plus simplement raconter en se contentant de recueillir des anecdotes pittoresques. Phi. Les philosophies de l'Histoire posent la question du but poursuivi par les hommes dans l'Histoire, et postulent en même temps que l'Histoire des hommes est celle de leur liberté. Or, si la connaissance du but permet en retour de comprendre la cohérence du processus historique, il semble bien difficile de concilier le double postulat de la rationalité historique et du développement de la liberté. Telle est l'aporie sur laquelle achoppe toute philosophie de l'Histoire. En effet, s'il est possible de dégager par avance une cohérence historique, alors tout se passe comme si l'Histoire était déjà faite, de sorte que l'idée même de liberté humaine se trouve niée. A l'inverse, si l'on suppose que les hommes sont libres, alors il est impossible de saisir le sens d'une Histoire que les hommes font « sans savoir l'histoire qu'ils font » (R. Aron). SENS (lat. sensus; de sentire, sentir, juger) Mot qui rencontre en français trois grandes acceptions bien distinctes : soit il désigne toutes sortes de facultés, faculté de sentir ou de juger (1), soit il est syn. de signification (2), soit il évoque simplement l'orientation d'un mouvement (3). 1. Terme équivoque qui désigne aussi bien la faculté d'éprouver des sensations (les cinq sens), les sens comme organes récepteurs, la faculté de connaître intuitive (sens intime ou sens intérieur sont alors parfois syn. de conscience), le jugement (comme dans l'expression usuel « à mon sens »), par suite le bon jugement (le bon sens, syn. de raison, ou sens commun), mais aussi le sens moral (la faculté innée de reconnaître intuitivement le bien et le mal, la conscience morale en tant que pouvoir d'appréciation ou de discernement); 2. d'abord, intention de celui qui parle ou agit (ce qu'il veut dire ou se propose de faire, sens d'une phrase ou d'une démarche), puis valeur objective d'un signe, telle qu'elle est fixée par l'usage ou par une convention (acception d'un terme); 3. syn. de direction dans le langage courant (le sens des aiguilles d'une montre). Or, pour l'homme, la question de la signification et de l'orientation se recoupent souvent : ainsi, quand nous cherchons à déterminer le sens de notre existence, nous nous demandons à la fois quelle est sa finalité (en vue de quelle fin agissons-nous ?) et quelle signification lui donner (pourquoi ma vie vaut-elle d'être vécue ?). Les existentialistes ont montré que c'est mon projet (la direction que je lui insuffle librement) qui donne sens à ma vie, qui fait qu'elle signifie quelque chose. De même, la question du sens de l'Histoire pose le double problème de sa direction et de sa signification, c.-à-d. pour les philosophes modernes celui de sa finalité. Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Obéir me dégage-t-il de toute responsabilité ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/18412.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Est-ce la nécessité qui pousse l'homme à travailler ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/977.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Peut-on dire qu'il existe des passions inutiles ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/18680.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Peut-on concevoir l'homme sans la croyance ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/105477.htm xxx ? Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Y a-t-il d'autres savoirs que scientifiques ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/400011.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Suffit-il d'être sincère ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/19874.htm SUFFIT-IL : Est-ce suffisant, assez, sans qu'il y ait besoin de plus ou d'autre chose ? Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Le réel est-il cruel ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/6430.htm Réalité / Réel: Réalité: * Caractère de ce qui a une existence concrète, par opposition aux apparences, aux illusions ou aux fictions de notre imagination. * Ensemble des choses et des faits réels. Réel: * Comme adjectif : qui existe effectivement, et pas seulement à titre d'idée, de représentation ou de mot (exemple : un pouvoir réel). * Comme nom : l'ensemble des choses qui existent, le monde extérieur (synonyme : réalité). Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Pourquoi l'homme transforme-t-il la nature? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/12096.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Victor Hugo a écrit : « Améliorer la vie matérielle, c'est améliorer la vie morale. Faites les hommes heureux, vous les- ferez meilleurs. » Est-il vrai que le progrès matériel entraîne nécessairement le progrès moral ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/7620.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La femme est-elle l'« avenir de l'homme ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/1729.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Le respect du sens des mots est-il une dimension importante du respect d'autrui ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/17710.htm AUTRUI (lat. alter huic, cet autre-ci, présent) Autrui n'est pas simplement celui qui est autre que moi mais l'autre comme autre moi (alter ego) et corrélatif du moi.RESPECT (lat. respectus, considération, égard) Sentiment que suscite la libre reconnaissance d'une valeur morale, et qui constitue, selon Kant, le mobile de la raison pratique. Le respect se distingue donc de tout autre sentiment en ce qu'il n'est pas un effet de la sensibilité mais l'effet de la loi morale sur le sujet qui se détermine à lui obéir par lui-même (autonomie). C'est ainsi que le respect, en tant qu'obéissance libre, s'oppose à la crainte. devoir. SENS (lat. sensus; de sentire, sentir, juger) Mot qui rencontre en français trois grandes acceptions bien distinctes : soit il désigne toutes sortes de facultés, faculté de sentir ou de juger (1), soit il est syn. de signification (2), soit il évoque simplement l'orientation d'un mouvement (3). 1. Terme équivoque qui désigne aussi bien la faculté d'éprouver des sensations (les cinq sens), les sens comme organes récepteurs, la faculté de connaître intuitive (sens intime ou sens intérieur sont alors parfois syn. de conscience), le jugement (comme dans l'expression usuel « à mon sens »), par suite le bon jugement (le bon sens, syn. de raison, ou sens commun), mais aussi le sens moral (la faculté innée de reconnaître intuitivement le bien et le mal, la conscience morale en tant que pouvoir d'appréciation ou de discernement); 2. d'abord, intention de celui qui parle ou agit (ce qu'il veut dire ou se propose de faire, sens d'une phrase ou d'une démarche), puis valeur objective d'un signe, telle qu'elle est fixée par l'usage ou par une convention (acception d'un terme); 3. syn. de direction dans le langage courant (le sens des aiguilles d'une montre). Or, pour l'homme, la question de la signification et de l'orientation se recoupent souvent : ainsi, quand nous cherchons à déterminer le sens de notre existence, nous nous demandons à la fois quelle est sa finalité (en vue de quelle fin agissons-nous ?) et quelle signification lui donner (pourquoi ma vie vaut-elle d'être vécue ?). Les existentialistes ont montré que c'est mon projet (la direction que je lui insuffle librement) qui donne sens à ma vie, qui fait qu'elle signifie quelque chose. De même, la question du sens de l'Histoire pose le double problème de sa direction et de sa signification, c.-à-d. pour les philosophes modernes celui de sa finalité. Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La science a-t-elle le monopole de la vérité ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/6892.htm ||Que faut-il entendre, dans cet intitulé de sujet, par la science? Ce terme désigne, par opposition à la connaissance « vulgaire », une connaissance rationnelle obtenue, soit par la voie démonstrative (ex : les mathématiques), soit par observation ainsi que par vérification expérimentale (ex : la physique). Ce type de connaissance est rigoureux, objectif, incontestable et « vrai ». Sa démarche rationnelle et sa visée d'objectivité le caractérisent. Par opposition aux connaissances philosophiques, où ne saurait régner l'accord entre les esprits, la science suppose cet accord ; non seulement elle est accessible à tous en droit, sinon en fait, mais elle se donne comme universellement valable, pour tout esprit. Sur cette « objectivité » et cette « universalité » de la science, il faudra, bien entendu, revenir ultérieurement.   Que signifie, maintenant, l'expression « avoir le monopole de » ? Posséder le monopole d'une chose, c'est en détenir le privilège exclusif, l'exclusivité en quelque sorte. Quant à la vérité, elle désigne ce à quoi l'esprit peut et doit donner son assentiment, par suite d'un rapport de conformité avec l'objet de pensée, ce qui est en correspondance avec un « donné » et semble ainsi « réel ».   • L'intitulé du sujet possède donc le sens suivant : la connaissance discursive établissant des rapports nécessaires, caractérisée par sa démarche rationnelle et sa visée d'objectivité et d'universalité, représente-t-elle le seul type de connaissance valable, auquel nous puissions donner notre assentiment et qui dégage un savoir réel ?   • Toutefois, cette idée que seule la science détiendrait le vrai pose problème. En effet, la notion de vérité et celle de vrai n'ont rien d'univoque. Bien au contraire, elles se donnent à nous de manière équivoque et ambiguë et elles peuvent désigner des axes de réalités multiples. En effet, je puis parler de la vérité de mes sens, de celle d'une proposition morale, historique, etc... Tout ceci exprime des ordres de réalité fort différents. Par conséquent, l'idée d'un « monopole » de la vérité, détenu par la science, peut être, en première apparence, soumise au soupçon et questionnée. Loin d'être évidente, elle pose problème, pour le philosophe attentif aux ambiguïtés du vrai, qui s'interrogera sur le thème d'une vérité une et exclusive.|| Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La morale nous enseigne, non pas comment nous devons nous rendre heureux, mais comment nous devons nous rendre dignes du bonheur ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/7712.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Que faut il pour être un artiste ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/10115.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Le droit du plus fort ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4216.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La vérité est-elle différente de la réalité ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/17232.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La causalité implique-t-elle le fatalisme ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4493.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La science produit-elle ses objets ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/17127.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT A-t-on toujours le pouvoir de faire son devoir ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/2473.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La liberté est-elle absence de contrainte ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/761.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Les événements historiques sont-ils, par nature, imprévisibles ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/15227.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Y a-t-il des choses indifférentes ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/1697.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Pourquoi cherche-t-on à connaître ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/749.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Faut-il poser des limites a la science ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16470.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Peut-on être trop raisonnable ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/3827.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Une société peut-elle être juste ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/20067.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La connaissance nous délivre-t-elle du mal et de l'ignorance ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16618.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Faut-il considérer la liberté comme absences de contraintes ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/10641.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Sommes-nous civilisés ou sauvages ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/106055.htm xxx ? Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT L'oeuvre d'art a-t-elle un sens ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/426.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Quel intérêt y a-t-il à étudier le vivant ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/3244.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Est-on maître ou esclave de ses croyances ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/7547.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT L'intelligence intervient-elle dans la perception ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4925.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La fin de l'art est-elle la vérité ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/15320.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La démocratie doit-elle se méfier de la religion ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/6486.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La morale est-elle seulement une obligation sociale ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/5746.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Peut-on réduire le vivant à de la simple matière ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/535.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Si les hommes sont égaux en droits, cela a-t-il un sens de parler de «droit à la différence» ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4357.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Les Sciences Peuvent-elles Nous Eclairer Sur le Bien et le Mal ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/101067.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT FREUD: "Tout ce qui est conscient est psychique et, inversement, tout ce qui est psychique est conscient." https://www.aide-en-philo.com/dissertations/68195.htm Et voici, chose étrange, que tous ou presque tous s'accordent à trouver à tout ce qui est psychique un caractère commun, un caractère qui traduit son essence même. C'est le caractère unique, indescriptible et qui n'a d'ailleurs pas besoin d'être décrit, de la conscience. Tout ce qui est conscient est psychique et, inversement, tout ce qui est psychique est conscient. Comment nier une pareille évidence ! Toutefois reconnaissons que cette manière de voir n'a guère éclairé l'essence du psychisme car l'investigation scientifique, ici, se trouve devant un mur. Elle ne découvre aucune voie qui puisse la mener au-delà. (...) Comment méconnaître, en effet, que les phénomènes psychiques dépendent à un haut degré des phénomènes somatiques et que, inversement, ils agissent aussi très fortement sur eux? Si jamais l'esprit humain se trouva dans une impasse, ce fut bien à cette occasion. Pour trouver un détour, les philosophes furent contraints d'admettre au moins l'existence de processus organiques parallèles aux processus psychiques et dépendant de ceux-ci d'une façon difficilement explicable. (...) La psychanalyse sortit de ces difficultés en niant énergiquement l'assimilation du psychique au conscient. Non, la conscience ne constitue pas l'essence du psychisme, elle n'en est qu'une qualité, et une qualité inconstante, bien plus souvent absente que présente. (...) Mais il nous reste encore à réfuter une objection : malgré les faits dont nous venons de parler, certains prétendent qu'il ne convient pas de renoncer à l'idée de l'identité entre psychique et conscient, car les processus psychiques dits inconscients ne seraient que des processus organiques parallèles aux processus psychiques. De ce fait, le problème que nous voulons résoudre ne porterait plus que sur une vaine question de définition. (...) Est-ce seulement par l'effet du hasard que l'on n'est parvenu à donner du psychisme une théorie d'ensemble cohérente qu'après en avoir modifié la définition? Gardons-nous d'ailleurs de croire que c'est la psychanalyse qui a innové cette théorie du psychisme. (...) Le concept de l'inconscient frappait depuis longtemps aux portes de la psychologie, et la philosophie comme la littérature flirtaient avec lui, mais la science ne savait comment l'utiliser. La psychanalyse a fait sienne cette idée, l'a sérieusement considérée et l'a emplie d'un nouveau contenu. Les recherches psychanalytiques ont retrouvé certains caractères jusque-là insoupçonnés du psychisme inconscient et découvert quelques-unes des lois qui le régissent. Nous ne voulons pas dire par là que la qualité de conscience ait perdu de sa valeur à nos yeux. Elle reste la seule lumière qui brille pour nous et nous guide dans les ténèbres de la vie psychique. Par suite de la nature particulière de notre connaissance, notre tâche scientifique dans le domaine de la psychologie consistera à traduire les processus inconscients en processus conscients pour combler ainsi les lacunes de notre perception consciente. FREUD Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT A-t-on rendu justice quand on a eu recours à son intime conviction ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/4606.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Existe-t-il des vérités philosophiques ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/16319.htm EXISTENCE (lat. existere, sortir de, s'élever de) Gén. Le fait d'être. En ce sens existence s'oppose à néant (il y a quelque chose plutôt que rien) et à essence. Exist. L'opposition de l'existence et de l'essence est, pour l'existentialisme, fondamentale. En effet, ek-sistere, c'est être en dehors de soi-même, en quête de soi. C'est précisément, selon Sartre, ne pas avoir de nature a priori , ne pas savoir à l'avance ce qu'on est, chercher ce que l'on veut être. Alors que les choses sont conçues avant d'exister, ont une essence avant d'avoir une existence, l'homme est libre de se choisir (en lui « l'existence précède l'essence »). L'angoisse fondamentale de l'existence n'est donc pas celle du néant qui s'exprime dans Hamlet (« être ou ne pas être »). Elle est plutôt pour chacun celle du sens qu'il lui revient de donner à sa vie, d'une essence à construire sans aide et sans appui. PHILOSOPHIE (gr. philo, désirer; sophia, savoir) Étymologiquement, « amour de la sagesse ». Cependant, la sagesse n'étant qu'un art de vivre, la définition commune de la philosophie comme sagesse" est critiquable. En effet, sophia désigne en fait moins un savoir empirique adapté à la conduite de la vie qu'un savoir abstrait. En ce sens, la philosophie est essentiellement élévation de la pensée, théoria, contemplation. Cependant, comme l'indique l'allégorie de la caverne de Platon, le philosophe ne quitte le monde sensible que pour y redescendre, puisqu'il lui revient de gouverner la cité idéale. S'il s'agit de s'exercer à l'abstraction, il faut ne pas s'y perdre. Or, si la philosophie ancienne reste encore marquée par l'opposition de la contemplation (théoria) et de l'action (praxis"), la philosophie moderne est plutôt soucieuse d'abolir cette distinction, comme le signale le projet cartésien de « nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature ». Elle cesse alors d'être un savoir désintéressé pour se mettre au service de la construction d'un monde régi par la science". Du coup, elle risque ou bien de devenir une spécialité comme les autres, ou bien, refusant cette spécialisation, de passer pour une activité dilettante réservée à quelques dandys de la pensée. Telle est l'aporie du philosophe contemporain : rester un généraliste sans sombrer dans l'insignifiance. Dès lors, pour éviter ce piège, la philosophie doit affirmer son sérieux par la prudence d'un jugement née de l'accumulation du savoir. Elle devient ainsi histoire de la philosophie, non pas connaissance érudite des doctrines, mais plutôt éveil de la pensée à elle-même à partir de ce qu'ont pensé les autres. Le développement de la philosophie peut alors se comprendre comme celui de la vérité à travers les différents moments nécessaires à son déploiement. Cette définition dialectique, proposée par Hegel, permet de saisir la nécessité rationnelle qui gouverne l'histoire de la philosophie : le philosophe est fils de son temps, et comme ceux d'hier, il lui revient de répondre aux besoins de son époque. La philosophie ne se réduit donc pas à ses oeuvres qui sont comme les tombeaux de la philosophie passée : elle est essentiellement vivante dans l'activité présente de penser, qu'exprime magnifiquement tout enseignement où le maître, à la manière de Socrate, requiert la participation du disciple. VÉRITÉ FORMELLE Cohérence. Validité logique d'un raisonnement considéré abstraction faite de la vérité matérielle des propositions qui le composent. Ainsi, un raisonnement peut être cohérent dans la forme (vrai formellement) malgré la fausseté matérielle d'une ou plusieurs de ses propositions. Par ex., le syllogisme suivant : « Tous les Chinois sont français, or je suis chinois, donc je suis français. » La logique formelle contemporaine exprime en langage d'implication ce que nous voulons dire lorsque nous affirmons que la validité d'une inférence est indépendante de son contenu : si tout f est g et si tout x est f, alors tout x est g. La vérité formelle est donc l'absence de contradiction, l'accord de la pensée avec elle-même. VÉRITÉ MATÉRIELLE Celle qui consiste dans l'accord de la pensée avec l'Expérience . A distinguer de vérité formelle; ainsi, le syllogisme : « Tous les Français sont européens, or je suis européen, donc je suis français » ne comporte que des propositions vraies matériellement, mais est faux formellement. Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Peut on échapper a son destin ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/18485.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La philosophie est-elle encore une quête de sagesse ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/5823.htm PHILOSOPHIE (gr. philo, désirer; sophia, savoir) Étymologiquement, « amour de la sagesse ». Cependant, la sagesse n'étant qu'un art de vivre, la définition commune de la philosophie comme sagesse" est critiquable. En effet, sophia désigne en fait moins un savoir empirique adapté à la conduite de la vie qu'un savoir abstrait. En ce sens, la philosophie est essentiellement élévation de la pensée, théoria, contemplation. Cependant, comme l'indique l'allégorie de la caverne de Platon, le philosophe ne quitte le monde sensible que pour y redescendre, puisqu'il lui revient de gouverner la cité idéale. S'il s'agit de s'exercer à l'abstraction, il faut ne pas s'y perdre. Or, si la philosophie ancienne reste encore marquée par l'opposition de la contemplation (théoria) et de l'action (praxis"), la philosophie moderne est plutôt soucieuse d'abolir cette distinction, comme le signale le projet cartésien de « nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature ». Elle cesse alors d'être un savoir désintéressé pour se mettre au service de la construction d'un monde régi par la science". Du coup, elle risque ou bien de devenir une spécialité comme les autres, ou bien, refusant cette spécialisation, de passer pour une activité dilettante réservée à quelques dandys de la pensée. Telle est l'aporie du philosophe contemporain : rester un généraliste sans sombrer dans l'insignifiance. Dès lors, pour éviter ce piège, la philosophie doit affirmer son sérieux par la prudence d'un jugement née de l'accumulation du savoir. Elle devient ainsi histoire de la philosophie, non pas connaissance érudite des doctrines, mais plutôt éveil de la pensée à elle-même à partir de ce qu'ont pensé les autres. Le développement de la philosophie peut alors se comprendre comme celui de la vérité à travers les différents moments nécessaires à son déploiement. Cette définition dialectique, proposée par Hegel, permet de saisir la nécessité rationnelle qui gouverne l'histoire de la philosophie : le philosophe est fils de son temps, et comme ceux d'hier, il lui revient de répondre aux besoins de son époque. La philosophie ne se réduit donc pas à ses oeuvres qui sont comme les tombeaux de la philosophie passée : elle est essentiellement vivante dans l'activité présente de penser, qu'exprime magnifiquement tout enseignement où le maître, à la manière de Socrate, requiert la participation du disciple. Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Peut-on s'attendre à tout ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/210.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT l'homme n'est-il que ce que d'autres hommes ont fait de lui ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/18166.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Le sujet est-il défini par ses actes ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/2190.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Le registre tragique est il uniquement propre a la tragédie ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/11663.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Corrigé non disponible - Ne pas se connecter. https://www.aide-en-philo.com/dissertations/0.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Qu'est-ce que la conscience psychologique ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/3367.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Peut-on reconnaître à l'homme une place particulière dans la nature ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/940.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT L'attitude philosophique peut-elle être définie par la décision de ne jamais croire ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/568.htm Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT Un homme peut-il être juste par lui-même ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/116498.htm ||Dans ce texte, Alain s'attache à définir celui qu'on désigne comme inconscient. A cette qualification, il défend l'idée selon laquelle il est nécessaire de prendre conscience, montrant qu'il s'agit d'une exigence morale. En effet, il affirme qu'un inconscient est un esprit irréfléchi qui ne se rend pas compte de ce qu'il fait ou même seulement qui ne sait pas se juger, et oppose ce comportement à la nécessité d'une conscience, sans laquelle l'homme ne peut devenir responsable en prenant du recul par rapport à lui-même. Néanmoins, les passions rendent-elles l'homme véritablement inconscient de ses actes ? Est-ce qu'à l'intérieur d'un acte à priori inconscient, il n'y aurait pas une part de conscience ? Si Alain associe la conscience à l'exigence morale, il ne mentionne pas la notion de combat pour acquérir cette conscience. Car la conscience n'est-elle pas en fait le fruit d'une évolution ?  || Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT La mémoire est-elle seulement individuelle ? https://www.aide-en-philo.com/dissertations/6584.htm INDIVIDU (lat. individuus, indivisible) Épist. Être vivant indivisible, caractérisé par son unité organique et la solidarité fonctionnelle de ses parties, et jouissant d'autonomie par rapport à son milieu. Mor. L'individu se distingue de la personne». L'individu se définit par ses caractéristiques particulières (naturelles ou culturelles), alors que la personne est le sujet moral considéré comme tout autre, abstraction faite de ses particularités individuelles. Ainsi, l'individu est le sujet empirique, ou sujet de fait, tandis que la personne est le sujet de droit. MÉMOIRE (lat. memoria, mémoire, souvenir) Gén. Conscience présente d'une Expérience passée. Phi. Pour qu'il y ait souvenir de quelque chose, il faut qu'une chose ait été d'abord perçue dans le passé de sorte que cette perception se soit conservée sans s'effacer sous la forme d'une trace mnésique. Toutefois, il ne suffit pas que cette trace soit réactivée pour qu'il y ait souvenir; il faut encore que l'âme ne prenne pas cette réactivation pour une première impression ou perception neuve, mais reconnaisse dans l'impression présente le souvenir d'une impression passée. Descartes distingue ainsi la réminiscence, comme souvenir d'une perception ancienne non reconnue comme telle et que la conscience prend pour une création originale, de la mémoire, comme conscience réfléchie du souvenir. Cette distinction recoupe celle de la conscience spontanée et de la conscience réfléchie. Mon, 21 Sep 2020 00:00:00 GMT