Aide en Philo

Texte de Hegel: Les choses de la nature n'existent qu'immédiatement et d'une seule façon, tandis que l'homme, parce qu'il est esprit, a une double existence... ?

Extrait du document

Hegel pose d'emblée ce qui distingue radicalement l'homme de toutes les autres espèces que celles-ci soient végétales ou animales : c'est le fait qu'il soit un être doué de conscience. Alors que les autres espèces ont un rapport immédiat au monde et à eux- mêmes, l'homme est ce seul être qui a la conscience de soi. Dès lors, Hegel distingue le vivant, qui est simplement " en soi ", de l'homme qui est essentiellement un être qui vit pour lui-même d'une manière plus individualiste « pour soi ».

« Demande d'échange de corrigé de Hebert jeremie ([email protected]). Sujet déposé : Texte de Hegel: Les choses de la nature n'existent qu'immédiatement et d'une seule façon, tandis que l'homme, parce qu'il est esprit, a une double existence «Les choses de la nature n'existent qu'immédiatement et d'une seule façon, tandis que l'homme, parce qu'il est esprit, a une double existence; il existe d'une part au même titre que les choses de la nature, mais d'autre part il existe aussi pour soi, il se contemple, se représente à lui-même, se pense et n'est esprit que par cette activité qui constitue un être pour soi.

Cette conscience de soi, l'homme l'acquiert de deux manières: Primo, théoriquement, parce qu'il doit se pencher sur lui-même pour prendre conscience d e tous les mouvements, replis et penchants du coeur humain et d'une façon générale se contempler, s e représenter ce que la pensée peut lui assigner comme essence, enfin se reconnaître exclusivement aussi bien dans ce qu'il tire de son propre fond que dans les données qu'il reçoit d e l'extérieur.

Deuxièmement, l'homme se constitue pour soi par son activité pratique, parce qu'il est poussé à se trouver luimême, à se reconnaitre lui-même dans ce qui lui est donné immédiatement, dans ce qui s'offre à lui extérieurement.

Il y parvient en changeant les choses extérieures, qu'il marque du sceau de son intériorité et dans lesquelles il ne retrouve q u e s e s propres déterminations. L'homme agit ainsi, de par sa liberté de sujet, pour ôter au monde extérieur son caractère farouchement étranger et pour ne jouir des choses que parce qu'il y retrouve une forme extérieure de sa propre réalité.

Ce besoin de modifier les choses extérieures est déjà inscrit dans les premiers penchants de l'enfant; le petit garçon qui jette des pierres dans le torrent et admire les ronds qui se forment dans l'eau, admire en fait une oeuvre où il bénéficie du spectacle de sa propre activité.» 1 - La conscience comme spécificité humaine.

(Ligne 1 à 6) Hegel pose d'emblée ce qui distingue radicalement l'homme de toutes les autres espèces que celles-ci soient végétales ou animales : c'est le fait qu'il soit un être doué de conscience.

Alors que les autres espèces ont un rapport immédiat au monde et à eux- mêmes, l'homme est ce seul être qui a la conscience de soi.

Dès lors, Hegel distingue le vivant, qui est simplement " en soi ", de l'homme qui est essentiellement un être qui vit pour lui-même d'une manière plus individualiste « pour soi ». Pour Hegel l'homme" a une double existence : il existe d'une part au même titre que les choses de la nature, mais d'autre part, il existe aussi pour soi, il se contemple, il peut être vaniteux narcissique.

Comment alors doit-on entendre cette " double existence " ? On s'interroge donc sur le sens du " pour soi ".

En effet, l'homme quitte le règne animal qu'à partir du moment il utilise son esprit est donc ainsi sa conscience par l'intermédiaire d e la pensée.

Mais nous sommes, inscrit dans un monde ou nous subissons les lois à la manière d e n'importe quelle autre espèce nous s o m m e s en effet soumis à la gravitation, à la maladies à la mort, aux besoins fondamentaux de notre corps (boire, dormir, respirer, manger..Cependant, cette inscription dans une nature qui nous rend semblable à n'importe quelle autre espèce sans nous faire oublier de ce qui nous en distingue radicalement.

L'homme est donc être un conscient.

Mais après ce développement on peut légitimement se demander si l'homme subit sa conscience ou bien est ce a lui d'accéder à un savoir plus précis de lui-même et de l'environnement dans lequel il évolue ? 2 - Acquisition théorique de la conscience de soi.

(Ligne 6 à 12) La conscience est une faculté que l'homme doit exploiter " cette conscience de soi, l'homme l'acquiert de deux manières ".

En soi, elle est donnée à tout individu.

Ce que l'homme a à acquérir c'est la connaissance que la conscience rend possible.

La conscience est donc pour l'homme une faculté qu'il se doit d'actualiser par un effort, un travail sur soi.

Par conséquent, être conscient et savoir ne sont pas des termes synonymes.

Ce n'est pas parce qu'il bénéficie d'une conscience que l'homme accède immédiatement au savoir.

La connaissance se fonde donc sur l'action d'une réflexion, de la pensée et d'une analyse. La première forme d'acquisition de la conscience de soi semble la plus directe.

C'est une connaissance théorique.

La conscience apparaît ainsi sous la forme d'un miroir qui saisit a la surface comment est l'homme.

Lors d e cette étude théorique d e u x niveaux d'analyse semblent se dessiner.

En effet, en se représentant " ce que la pensée lui assigne comme essence » il accède à la connaissance de soi en tant qu'être pensant, il prend conscience de cette spécificité de l'espèce humaine à établir un rapport conscient et à soi et au monde.

Mais, ce stade général une fois acquis, l'homme prend aussi conscience qu'il est certes un individu semblable aux autres de par sa capacité à penser, mais qu'il est différent par son caractère.

Il se sait donc autonome.

Mais l'homme doit aussi prendre en compte " les données qu'il reçoit de l'extérieur ".

Ce qui signifie que le regard que les autres peuvent porter sur l'homme nous donnent parfois de précieux éléments. Mais comment l'homme utilise t-il sa conscience et donc sa connaissance dans le monde qui l'entour ? 3 - Acquisition pratique de la conscience de soi.

(Ligne 12 à 20) La conscience possède un aspect pratique qui nous montre que celle-ci permet la constitution d'une identité. Dès lors, ce qu'est l'homme ne peut se comprendre que par ce travail sur soi impliquant une constante évolution d e soi par soi.

La connaissance qui la de lui-même n'est jamais totalement achevé et se doit de suivre l'évolution de son histoire personnelle. L'homme est un être qui comprend son monde qui l'entour en vivant au fur a mesure.

Car l'homme façonne le monde à son image par l'intermédiaire d e ses actions.

C'est donc dans cette image indirecte d e lui-même que l'homme renvoi en intervenant sur son environnement.

C'est pourquoi l'homme parvient à se reconnaître dans les changements que son action introduit dans le monde car " il les marque du sceau de son intériorité et dans lesquelles il ne retrouve que ses propres déterminations.

" Cette extériorisation de soi, est la marque même de la liberté humaine, de la " liberté du sujet ".

C'est parce que celui-ci est conscient, qu'il a le pouvoir de se faire un monde qui lui ressemble ; alors qui lui était au départ étranger.

L'homme est donc l'auteur de son monde.

Il lui retire ainsi " son caractère farouchement étranger " et il peut l'apprécier car " il y retrouve une forme extérieure de sa propre réalité ".

Etre conscient de soi ou être conscient de ce dans quoi nous évoluons est ainsi une seule et même chose.

Toute forme de conscience renvoie donc le sujet à une prise de conscience de soi.

La définition de l'individu comme être " pour soi " se définit alors comme: l'homme qui ne peut en aucun cas se détacher de la conscience qu'il a de lui-même. CCL : On peut ainsi comprendre que la conscience est une spécificité humaine : cet à dire une faculté qui est présente en tout homme mais que celui-ci doit développer afin de parvenir à en saisir le contenus et d'en avoir une meilleure utilisation. Sujet désiré en échange : Sujet : L'inconscient rend-il impossible la maîtrise de soi ?. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles