Aide en Philo

Sciences & Techniques: Les fonctions du rêve

Extrait du document

... Vous ne verrez pas la rue à travers la vitre. Vous serez habité par votre rêve de la nuit... Les hypothèses concernant les fonctions du rêve abondent. Elles correspondent à trois points de vue : psychanalytique, physiologique ou génétique. Qu'adviendrait-il de nos vies et de nos sociétés dans l'arbitraire et quotidienne obligation de suspendre temporairement toute activité ? L'évidente nécessité du sommeil a certainement contribué à occulter la double question de ses causes et de ses fonctions. Philosophes, physiologistes et médecins se sont, de tout temps, beaucoup plus préoccupés de l'état vigile et conscient que de sa suspension récurrente. Au début de ce siècle, le sommeil était encore conçu comme une période de repos et une cessation de toute activité nerveuse. Pourtant, les neurones poursuivent leur dialogue non seulement pendant les phases de sommeil paradoxal, mais aussi durant les périodes de sommeil lent.

« Sciences & Techniques: Les fonctions du rêve ...

Vous ne verrez pas la rue à travers la vitre.

Vous serez habité par votre rêve de la nuit...

Les hypothèses concernant les fonctions du rêve abondent.

Elles correspondent à trois points de vue : psychanalytique, physiologique ou génétique. Qu'adviendrait-il de nos vies et de nos sociétés dans l'arbitraire et quotidienne obligation de suspendre temporairement toute activité ? L'évidente nécessité du sommeil a certainement contribué à occulter la double question de ses causes et de ses fonctions. Philosophes, physiologistes et médecins se sont, de tout temps, beaucoup plus préoccupés de l'état vigile et conscient que de sa suspension récurrente.

Au début de ce siècle, le sommeil était encore conçu comme une période de repos et une cessation de toute activité nerveuse.

Pourtant, les neurones poursuivent leur dialogue non seulement pendant les phases de sommeil paradoxal, mais aussi durant les périodes de sommeil lent. A vrai dire les hypothèses concernant les fonctions du sommeil ne manquent pas, surtout en ce qui concerne le sommeil paradoxal et le rêve.

C'est en revanche le support expérimental qui fait, partiellement ou totalement, défaut à ces édifices spéculatifs.

La diversité et la divergence des fonctions prêtées au sommeil et au rêve tiennent aussi à l'échelle des phénomènes envisagés.

Comme tout ce qui implique le système nerveux et les productions mentales, la question du sommeil et du rêve se reflète dans plusieurs facettes du fonctionnement cérébral.

Ces facettes ne sont pas nécessairement disjointes ni discordantes les unes par rapport aux autres, mais apparaissent - dans l'état actuel de notre savoir - régies par des lois de nature différente selon que l'on envisage l'activité du neurone ou les processus mentaux.

Cela n'implique nullement une conception dualiste, mais signifie simplement que la réduction des phénomènes mentaux à l'activité neuronale est encore loin de s'opérer.

Chaque domaine conserve ses lois et ses concepts propres, même si quelques exemples privilégiés permettent d'établir des relations entre ces deux strates de savoir. Pour cette raison, les hypothèses concernant les fonctions du sommeil se répartissent en trois catégories. Le premier groupe d'hypothèses concerne l'étude du sommeil et du rêve en relation avec les productions mentales, c'est-à-dire en tant qu'expérience individuelle.

La seconde partie touche à l'étude des fonctions du sommeil au travers de la physiologie du système nerveux, autrement dit en tant qu'expérience neuronale.

La troisième concerne les théories sur le rôle du sommeil et du rêve à l'échelle de l'espèce et de la population.

Le sommeil et le rêve sont alors conçus comme des comportements sociaux ou comme des programmateurs de comportements. Le rêve comme expérience individuelle Peu après la parution en 1900 de L'interprétation des rêves, Freud publie un bref essai (Sur le rêve) qui clarifiait, pour lui-même et pour le lecteur, certains aspects de son propos.

En particulier Freud pose dans cet essai le problème de la fonction du rêve, qu'il élude en quelques phrases.

Le rêve, selon Freud, protège le dormeur des affres du désir qui pourrait faire éruption et troubler son sommeil. Interprétation des rêves Le rêve " gardien du sommeil " peut aujourd'hui nous apparaître comme une conception quelque peu naïve, ni plus ni moins, au demeurant, que la fonction de " sentinelle " prêtée au sommeil paradoxal par Snyder dans les années 1960.

A sa décharge, Freud ignorait la distinction entre sommeil lent, dépourvu de production mentale spécifique, et sommeil paradoxal survenant épisodiquement, et dévolu au rêve.

Depuis la découverte du sommeil paradoxal, le rêve ne peut plus être conçu comme une activité mentale résiduelle et erratique infiltrant le sommeil - et Freud en avait eu l'intuition puisqu'il proposait une interprétation et une fonction aux rêves.

Le rêve apparaît désormais comme un phénomène indissociable des phases paradoxales qui semblent avoir été conçues pour lui, avec en particulier une inhibition des motoneurones empêchant l'expression motrice du rêve.

Qu'il en soit la cause première ou simplement un épiphénomène est une autre question, pour laquelle les réponses divergent selon qu'elle est abordée sous l'angle de sa phénoménologie et de ses relations avec les autres fonctions mentales, ou au contraire, sous l'angle de l'activité neuronale.

Pour Freud toutefois, le rêve constituait un fait psychologique, disjoint des lois du sommeil qui représentait un fait physiologique, notoirement méconnu de surcroît à cette époque.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles