Aide en Philo

Rousseau: La nature est-elle une entrave à la liberté humaine ?

Extrait du document

Tant que les hommes se contentèrent de leurs cabanes rustiques, tant qu'ils se bornèrent à coudre leurs habits de peaux avec des épines ou des arêtes, à se parer de plumes et de coquillages, à se peindre le corps de diverses couleurs, à perfectionner ou embellir leurs arcs et leurs flèches, à tailler avec des pierres tranchantes quelques canots de pêcheurs ou quelques grossiers instruments de musique, en un mot tant qu'ils ne s'appliquèrent qu'à des ouvrages qu'un seul pouvait faire, et qu'à des arts qui n'avaient pas besoin du concours de plusieurs mains, ils vécurent libres, sains, bons et heureux autant qu'ils pouvaient l'être par leur nature, et continuèrent à jouir entre eux des douceurs d'un commerce indépendant : mais dès l'instant qu'un homme eut besoin du secours d'un autre ; dès qu'on s'aperçut qu'il était utile à un seul d'avoir des provisions pour deux, l'égalité disparut, la propriété s'introduisit, le travail devint nécessaire et les vastes forêts se changèrent en des campagnes riantes qu'il fallut arroser de la sueur des hommes, et dans lesquelles on vit bientôt l'esclavage et la misère germer et croître avec les moissons. La métallurgie et l'agriculture furent les deux arts dont l'invention produisit cette grande révolution. Pour le poète, c'est l'or et l'argent, mais pour le philosophe ce sont le fer et le blé qui ont civilisé les hommes et perdu le genre humain ; aussi l'un et l'autre étaient-ils inconnus aux sauvages de l'Amérique qui pour cela sont toujours demeurés tels ; les autres peuples semblent même être restés barbares tant qu'ils ont pratiqué l'un de ces arts sans l'autre ; et l'une des meilleures raisons peut-être pourquoi l'Europe a été, sinon plus tôt, du moins plus constamment et mieux policée que les autres parties du monde, c'est qu'elle est à la fois la plus abondante en fer et la plus fertile en blé.

QUELQUES DIRECTIONS DE RECHERCHE    • Importance de la notion « qu'un seul pouvait faire »?  • Que signifie exactement ici avoir « besoin du secours d'un autre » ?  • En quoi peut-il être « utile à un seul d'avoir des provisions pour deux »?  • Comment comprenez-vous « le travail devint nécessaire »?  • Quels rapports entre « l'égalité disparut », « la propriété s'introduisit », « on vit bientôt l'esclavage et la misère »? A cause de qui (selon Rousseau) ?  • En quoi « le fer et le blé » ont-ils « perdu le genre humain » ? «selon Rousseau)?  • Que pensez-vous de l'affirmation selon laquelle c'est « la métallurgie et l'agriculture » et non « l'or et l'argent » qui ont « civilisé les hommes et perdu le genre humain »?  • Qu'est-ce qui est en jeu dans ce texte?  • En quoi présente-t-il un intérêt proprement philosophique?

Ce texte exprime une des idées cardinales de Rousseau: certaines formes de relations sociales et de civilisation ont perverti le comportement de l'homme. Libre et heureux tant qu'il était indépendant, il est devenu, en particulier avec l'apparition de la propriété, sujet à l'esclavage et à la misère.

« PRESENTATION DU "DISCOURS SUR L'ORIGINE ET LES FONDEMENTS DE L'INEGALITE PARMI LES HOMMES" DE ROUSSEAU Ce texte constitue la réponse de Rousseau (1712-1778) à une question proposée par l'Académie de Dijon sur la source des inégalités. Rousseau y avance une critique radicale de tous les théoriciens du Droit Naturel et du Contrat en montrant que ces concepts ont été utilisés pour fonder en raison une imposture et un asservissement. La philosophie politique a, selon lui, toujours été de connivence avec les puissants. C'est pour rompre avec cette tradition que Rousseau s'attaque au problème des inégalités en s'interrogeant non seulement sur ses origines mais sur ses fondements. Selon Hobbes, les hommes ont compris que l'institution d'un pouvoir commun était nécessaire pour enrayer les rapports de forces qui régissent l'état de nature. Le contrat est donc ce par quoi les hommes s'engagent à transférer leurs droits à un pouvoir souverain afin de défendre leur vie et leurs biens. Rousseau s'oppose ici à cette théorie sur la genèse de l'État, en s'attaquant à ses présupposés : « ils parlaient de l'homme sauvage, ils peignaient l'homme civil ». Il faut donc démêler ce qu'il y a de naturel et de social dans l'homme pour bien comprendre l'origine de la société, de l'État, et donc des inégalités. Rousseau: Tant que les hommes se contentèrent de leurs cabanes rustiques, tant qu'ils se bornèrent à coudre leurs habits de peaux avec des épines ou des arêtes, à se parer de plumes et de coquillages, à se peindre le corps de diverses couleurs, à perfectionner ou embellir leurs arcs et leurs flèches, à tailler avec des pierres tranchantes quelques canots de pêcheurs ou quelques grossiers instruments de musique, en un mot tant qu'ils ne s'appliquèrent qu'à des ouvrages qu'un seul pouvait faire, et qu'à des arts qui n'avaient pas besoin du concours de plusieurs mains, ils vécurent libres, sains, bons et heureux autant qu'ils pouvaient l'être par leur nature, et continuèrent à jouir entre eux des douceurs d'un commerce indépendant : mais dès l'instant qu'un homme eut besoin du secours d'un autre ; dès qu'on s'aperçut qu'il était utile à un seul d'avoir des provisions pour deux, l'égalité disparut, la propriété s'introduisit, le travail devint nécessaire et les vastes forêts se changèrent en des campagnes riantes qu'il fallut arroser de la sueur des hommes, et dans lesquelles on vit bientôt l'esclavage et la misère germer et croître avec les moissons. La métallurgie et l'agriculture furent les deux arts dont l'invention produisit cette grande révolution. Pour le poète, c'est l'or et l'argent, mais pour le philosophe ce sont le fer et le blé qui ont civilisé les hommes et perdu le genre humain ; aussi l'un et l'autre étaient-ils inconnus aux sauvages de l'Amérique qui pour cela sont toujours demeurés tels ; les autres peuples semblent même être restés barbares tant qu'ils ont pratiqué l'un de ces arts sans l'autre ; et l'une des meilleures raisons peut-être pourquoi l'Europe a été, sinon plus tôt, du moins plus constamment et mieux policée que les autres parties du monde, c'est qu'elle est à la fois la plus abondante en fer et la plus fertile en blé. VOCABULAIRE: CONJECTURE: Toute proposition que l'on considère comme vraie, sans toutefois pouvoir en apporter la preuve dans l'état actuel de la connaissance. Une conjecture prouvée devient un théorème. QUELQUES DIRECTIONS DE RECHERCHE • Importance de la notion « qu'un seul pouvait faire »? • Que signifie exactement ici avoir « besoin du secours d'un autre » ? • En quoi peut-il être « utile à un seul d'avoir des provisions pour deux »? • Comment comprenez-vous « le travail devint nécessaire »? • Quels rapports entre « l'égalité disparut », « la propriété s'introduisit », « on vit bientôt l'esclavage et la misère »? A cause de qui (selon Rousseau) ? • En quoi « le fer et le blé » ont-ils « perdu le genre humain » ? «selon Rousseau)? • Que pensez-vous de l'affirmation selon laquelle c'est « la métallurgie et l'agriculture » et non « l'or et l'argent » qui ont « civilisé les hommes et perdu le genre humain »? • Qu'est-ce qui est en jeu dans ce texte? • En quoi présente-t-il un intérêt proprement philosophique? Dans le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes, Jean-Jacques Rousseau élabore une théorie de la culture. Il entend montrer comment s'opère la genèse de la société civile à partir d'un état de nature de l'homme posé comme hypothèse et comme principe. Il veut mettre à jour la série des causes et effets qui a modifié une nature humaine fort proche de l'animalité, puisqu'elle ne s'en distingue que par des facultés en sommeil, pour produire l'homme et la société que nous avons maintenant sous les yeux. Il s'agit bien d'une recherche des principes qui nous permettront de comprendre ce qui est advenu dans le temps et dans l'espace. L'état de nature fonctionne comme une unité de mesure qui rend possible l'appréciation de la distance parcourue, du temps écoulé, des différences introduites entre les hommes par la société et l'histoire. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles