Aide en Philo

Quels sont les aspects et les fonctions de l'intelligence ?

Extrait du document

Le terme intelligence est des plus généraux. Aussi est-il utile d'en préciser les divers emplois. Au sens courant l'intelligence est, naturellement, la faculté de comprendre, mais aussi ce don de pénétration, ce degré de compréhension qui varie en degré d'une personne à l'autre et dont la considération inviterait à poser la question : qu'est-ce qu'un homme intelligent? Dans son emploi psychologique, le terme recouvre toutes les opérations de la connaissance, tous les phénomènes représentatifs en tant qu'on les distingue des phénomènes actifs et affectifs dans l'univers psychique. Se rattachent alors à la vie intellectuelle (qu'on appelle aussi intellectualité) : la perception, l'imagination, la mémoire, la conceptualisation, l'association des idées et —cela va de soi — l'attention, le jugement, le raisonnement et l'invention. Mais on se sent gêné devant une telle extension du concept et on incline à réduire l'intelligence aux fonctions les plus abstraites : la conceptualisation, le jugement et le raisonnement. Le mot devient alors synonyme d'entendement ou d'intellect. Dans l'emploi strictement logique du terme, elle est l'instrument principal de la connaissance discursive, c'est-à-dire de celle qui procède par raisonnement, qui se développe en un discours à la fois logique et verbal. Elle joue un rôle capital dans tout ce qui est méthode, démonstration, argumentation.

« Le terme intelligence est des plus généraux.

Aussi est-il utile d'en préciser les divers emplois. Au sens courant l'intelligence est, naturellement, la faculté de comprendre, mais aussi ce don de pénétration, ce degré de compréhension qui varie en degré d'une personne à l'autre et dont la considération inviterait à poser la question : qu'est-ce qu'un homme intelligent? Dans son emploi psychologique, le terme recouvre toutes les opérations de la connaissance, tous les phénomènes représentatifs en tant qu'on les distingue des phénomènes actifs et affectifs dans l'univers psychique.

Se rattachent alors à la vie intellectuelle (qu'on appelle aussi intellectualité) : la perception, l'imagination, la mémoire, la conceptualisation, l'association des idées et —cela va de soi — l'attention, le jugement, le raisonnement et l'invention.

Mais on se sent gêné devant une telle extension du concept et on incline à réduire l'intelligence aux fonctions les plus abstraites : la conceptualisation, le jugement et le raisonnement.

Le mot devient alors synonyme d'entendement ou d'intellect. Dans l'emploi strictement logique du terme, elle est l'instrument principal de la connaissance discursive, c'est-à-dire de celle qui procède par raisonnement, qui se développe en un discours à la fois logique et verbal.

Elle joue un rôle capital dans tout ce qui est méthode, démonstration, argumentation. Intelligence et Raison doivent être distinguées.

Certes l'intelligence est en quelque sorte la projection de la raison sur le plan de l'activité psychique tandis que la raison est le nom métaphysique de l'intelligence.

Mais la raison se situe à un autre niveau.

C'est la faculté de distinguer le vrai du faux au sens cartésien et aussi le système des principes directeurs de la connaissance : principes d'identité, de causalité, de déterminisme, de finalité notamment. L'intelligence pourra appartenir en partie aux animaux, mais la raison paraîtra spécifiquement humaine. KANT distingue nettement l'entendement (Verstand) et la Raison (Vernunft) mais il va sans dire que cela ne prend son véritable sens qu'à l'intérieur de son système. • Parmi les nombreuses fonctions de l'intelligence les trois principales paraissent être : l'adaptation, l'invention et la compréhension. Nous les trouverons à l'oeuvre dans les deux formes d'intelligence que le programme nous invite à retenir : l'intelligence pratique et l'intelligence conceptuelle.

Après quoi il sera bon d'étudier les rapports de l'intelligence avec l'intuition et la compréhension. Dans l'ensemble l'intelligence est considérée comme la faculté ou le pouvoir de résoudre des problèmes d'ordre pratique ou d'ordre spéculatif.

CLAPARÈDE dit justement : « L'intelligence est la capacité de résoudre par la pensée des problèmes nouveaux.

». »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles