Aide en Philo

Quelle est la fonction du mythe ?

Extrait du document

Par fonction, nous entendons la qualité d'une chose qui la rend utile pour la réalisation d'une fin que nous lui attribuons. Ainsi, la fonction d'une chose ou d'un être est toujours liée à sa place dans un ensemble qui le transcende ou l'enveloppe, de telle sorte que le rôle qu'il occupe s'inscrit dans un groupe ou dans un système. Par conséquent, nous dirons que la fonction d'une chose est le rôle qu'elle occupe dans un ensemble qui la dépasse. La définition d'une fonction passe donc toujours par l'identification de deux choses : l'utilité précise qui est la sienne, d'une part ; le groupe ou l'ensemble dans lequel elle s'inscrit. Donner une définition du mythe est extrêmement difficile, dans la mesure où le définir revient pour une grande part à exprimer sa fonction, ce qui fera précisément l'objet de notre réflexion aujourd'hui. Nous approcherons néanmoins la question en disant qu'un mythe est une histoire liée a la définition d'une communauté plus ou moins vaste, qu'il s'agisse d'une communauté humaine particulière (les mythes grecs, les mythes aztèques...) ou de l'humanité elle-même. Nous nous en tiendrons pour le moment à cet important degré de généralité, disant qu'un mythe est un récit dans lequel quelque chose se joue de l'identité d'un peuple ou de l'humanité elle-même, considérée dans son ensemble. Approchant la question « Quelle est la fonction d'un mythe ? » nous pouvons commencer par dire qu'elle est extrêmement étendue, dans la mesure ou un mythe a de très nombreuses acceptions, peut jouer des rôles très varies dans des contextes également divers (on peut parler d'un mythe pour une couche sociale particulière, d'un mythe pour une nation, une aire culturelle ou encore d'un mythe qui concerne l'humanité entière). Lorsque nous cherchons des exemples de mythes pour nourrir notre réflexion, nous pouvons penser légitimement a des exemples aussi varies que la Bible, l'Odyssée d'Homère, le mythe « Zidane », le mythe de Faust ou celui de Don Juan... Et lorsque nous cherchons à identifier le rôle de ces différents mythes, nous en venons à toucher a une pluralité de questions : un mythe peut concerner la naissance d'une société, la naissance du monde ou de ses créateurs (on parle alors de Théogonie) ou alors incarner un certain type de comportement humain dans une figure précise (le désir de toutes les femmes, dans le mythe de Don Juan, par exemple). Le problème au centre de notre travail sera donc de nous demander de quelle manière mettre de l'ordre dans cette pluralité de rôles et de figures contenus dans le vocable unique de « Mythe ».

Du grec muthos, « récit, légende ». Le mythe est un récit fictif relatant en particulier l'origine du monde, et permettant ainsi d'organiser, au sein d'une société, la compréhension du réel et de justifier l'ordre naturel et social du monde.

« Par fonction, nous entendons la qualité d'une chose qui la rend utile pour la réalisation d'une fin que nous lui attribuons.

Ainsi, la fonction d'une chose ou d'un être est toujours liée à sa place dans un ensemble qui le transcende ou l'enveloppe, de telle sorte que le rôle qu'il occupe s'inscrit dans un groupe ou dans un système.

Par conséquent, nous dirons que la fonction d'une chose est le rôle qu'elle occupe dans un ensemble qui la dépasse.

La définition d'une fonction passe donc toujours par l'identification de deux choses : l'utilité précise qui est la sienne, d'une part ; le groupe ou l'ensemble dans lequel elle s'inscrit. Donner une définition du mythe est extrêmement difficile, dans la mesure où le définir revient pour une grande part à exprimer sa fonction, ce qui fera précisément l'objet de notre réflexion aujourd'hui.

Nous approcherons néanmoins la question en disant qu'un mythe est une histoire liée a la définition d'une communauté plus ou moins vaste, qu'il s'agisse d'une communauté humaine particulière (les mythes grecs, les mythes aztèques…) ou de l'humanité ellemême.

Nous nous en tiendrons pour le moment à cet important degré de généralité, disant qu'un mythe est un récit dans lequel quelque chose se joue de l'identité d'un peuple ou de l'humanité elle-même, considérée dans son ensemble. Approchant la question « Quelle est la fonction d'un mythe ? » nous pouvons commencer par dire qu'elle est extrêmement étendue, dans la mesure ou un mythe a de très nombreuses acceptions, peut jouer des rôles très varies dans des contextes également divers (on peut parler d'un mythe pour une couche sociale particulière, d'un mythe pour une nation, une aire culturelle ou encore d'un mythe qui concerne l'humanité entière).

Lorsque nous cherchons des exemples de mythes pour nourrir notre réflexion, nous pouvons penser légitimement a des exemples aussi varies que la Bible, l'Odyssée d'Homère, le mythe « Zidane », le mythe de Faust ou celui de Don Juan… Et lorsque nous cherchons à identifier le rôle de ces différents mythes, nous en venons à toucher a une pluralité de questions : un mythe peut concerner la naissance d'une société, la naissance du monde ou de ses créateurs (on parle alors de Théogonie) ou alors incarner un certain type de comportement humain dans une figure précise (le désir de toutes les femmes, dans le mythe de Don Juan, par exemple). Le problème au centre de notre travail sera donc de nous demander de quelle manière mettre de l'ordre dans cette pluralité de rôles et de figures contenus dans le vocable unique de « Mythe ». I. Le mythe a d'abord une fonction cosmologique a.

Le mythe explique la naissance du monde Nous commencerons par dire que la première fonction des mythes est d'expliquer la création du monde.

En effet, par mythe nous entendons le plus souvent un récit qui se charge de rendre raison de la naissance du monde, de son élaboration par une puissance surnaturelle.

Ainsi nous pouvons parler d'une fonction cosmologique du mythe, c'està-dire de son rôle explicatif pour une société donnée de l'advenue a la réalité du monde tels que les sujets peuvent l'appréhender par les sens.

Cette fonction cosmologique du mythe est l'une de ses fonctions les plus constantes : nous pouvons trouver ce caractère cosmologique dans une multitude de mythes essaimés sur la surface entière du globe.

A ce titre la Bible peut se lire comme un récit mythique exprimant comment un créateur divin a fait advenir le monde à l'être… Mais il existe également des mythes aztèques, des mythes nordiques, rendant raison de la création de l'univers au moyen d'autres métaphores… b.

Le mythe explique la perpétuation du monde Descartes pensait qu'il fallait au moins autant de puissance au Créateur pour assurer la continuité des lois régissant le monde que pour les créer… A ce titre, nous pouvons évoquer un type de mythe complémentaire, consistant à expliquer non pas seulement la création du monde, mais également le fait qu'il se soit perpétue dans l'être… Ainsi nous pouvons penser aux nombreux récits de catastrophes mythiques que l'on retrouve dans de nombreuses civilisations, tel le mythe du cataclysme par enfouissement du monde sous les eaux.

Dans l'Histoire d'un voyage en la terre du Brésil, Jean de Lery raconte que les indiens Toupi croyaient en un déluge à l'issue duquel seule une part de l'humanité aurait survécue : ce voyageur protestant procède immédiatement à un rapprochement avec le mythe du déluge tel que raconte par la Bible.

De ceci nous pouvons conclure qu'il existe des mythes de régénération, de recréation du monde ; mais aussi des archétypes mythiques présents dans différentes civilisations. II. Le mythe a une fonction sociologique. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles