Aide en Philo

Quel sens peut avoir l'expression : « retour à la nature » ?

Extrait du document

• Que penser ici sous le terme nature?  — la campagne?  — les êtres végétaux et minéraux (voire animaux),  — la « nature sauvage »?  (il n'est pas sans intérêt de remarquer que dans une certaine mesure on peut prétendre que « la nature » (du moins partiellement) est l'œuvre de l'homme.)  — la matière physico-chimique.  • S'agit-il du retour à l'état de nature?  • S'interroger sur les domaines possibles de l'éloignement  implicitement contenu dans l'idée de « retour à la nature ».  — Plan de la mise en œuvre de certains sens?  (On dit que les sens de l'homme « moderne » sont l'ouïe et la vue, et qu'en particulier les sens du toucher et de l'odorat sont en déclin chez lui.)  — Eloignement de rythmes biologiques « naturels », de rythmes temporels « naturels »?  — Irrespect de lois naturelles de la vie?  • S'interroger sur le (ou les) sens du terme retour.  • Ne pas oublier qu'il ne s'agit pas de se prononcer sur la validité, la possibilité, la légitimité d'un « retour à la nature » mais sur le ou (les) sens que peut avoir l'expression « retour à la nature ».

« L'idée d'un retour à la nature a-t-elle un sens1 ? - Première partie de l'introduction installer le sujet dans son contexte, si possible un contexte qui n'est pas spécifiquement philosophique.

Il faut en effet avoir le souci de montrer qu'un sujet n'est pas une simple question scolaire, qui renverrait à un corpus philosophique auto référent. Bref, avoir le souci d'inscrire le sujet dans le réel.

Ici le contexte choisi est à la fois socioculturel et historique: il s'agit d'une certaine crise de la modernité, qui, seule, peut a priori légitimer l'idée d'un "retour à la nature" Précision sur le sens du sujet:" retour à la nature" = nature comme modèle.

L'introduction a aussi pour fonction un éclaircissement du sujet ne pas hésiter à montrer qu'on l'a compris.

- Position du problème du sujet mise en évidence d'un paradoxe - Ensuite, présentation de la problématique, c'est-à-dire de l'enchaînement raisonné des questions qui découlent du problème initial.

Cette problématique fournit en même temps son plan au développement. I.

Clarification et analyse du problème: l'idée d'un "retour…" semble contradictoire - D'abord élaborer le concept de "retour à la nature".

Attention, il ne s'agit pas de commencer ainsi quelque soit le sujet, mais ici, l'expression "retour à la nature" n'étant pas évidente au départ, il peut sembler particulièrement fécond de l'éclaircir travail de "débroussaillage conceptuel.

- Commencer par être empirique description, situations, exemples, etc… - …pour ensuite, petit à petit, vous élever au concept, en employant une méthode Peu après la deuxième guerre mondiale, les sociétés occidentales ont vu naître des éthiques nouvelles, qui à la fois dénonçaient le caractère violent de la civilisation et prônaient une sorte de retour à un ordre des choses que la cette civilisation aurait précisément oublié. C'était la naissance de l'écologie, la libération des moeurs, les hippies et autres "baba cool".

Que ces mouvements aient précisément vu le jour après la Deuxième Guerre Mondiale est un fait remarquable qui ne doit sans doute rien au simple hasard: après ce qui s'était passé, on ne pouvait plus croire que la modernité et le modèle de civilisation ultra rationaliste qu'elle avait enfanté, étaient nécessairement synonymes, comme le croyaient le siècle des Lumières ou les positivistes du dix-neuvième, de progrès social et de bonheur.

Le progrès technique entre autres, ne rimait plus avec le progrès moral.

Rien d'étonnant dès lors que cette méfiance vis-à-vis de la culture et de la société soit accompagnée de l'idée d'un au-delà de toute culture et de toute société: autrement dit, l'idée d'une nature à laquelle il s'agirait de se conformer à nouveau; l'idée de la nature comme modèle auquel il faudrait revenir. Mais si l'on comprend bien l'origine d'une telle idée, la question de sa possibilité et de sa légitimité n'en est pas pour autant résolue.

Comment en effet la société et la culture pourraient-elles se conformer à un modèle qui serait la nature si elles se définissent précisément par opposition à toute naturalité? Comment l'idée d'un retour de la nature serait-elle dès lors réalisable? Et si elle ne l'est pas, une telle idée a-t-elle au moins un sens? A moins que l'idée d'un retour à la nature prenne précisément tout son sens du fait même qu'il ne s'agisse que d'une idée, c'est-à-dire d'un idéal qui fonctionnerait comme un modèle critique à partir duquel il s'agirait d'amender la société et la culture.

Tout d'abord, qu'entendons-nous par là lorsque nous parlons de "retour à la nature"? L'expression nous paraît certes familière, mais à quelle idée renvoie-t-elle précisément? D'abord, il faut remarquer qu'une telle expression renvoie à une multiplicité d'expériences particulières, et rien n'est moins sûr qu'une telle multiplicité ait véritable unité, autre que nominale.

En effet, lorsque nous formulons le souhait de retourner à la nature, cette nature désigne tantôt la campagne, son air sain et son mode de vie rustique, tantôt une liberté instinctive que les contraintes de la vie moderne auraient étouffée, tantôt encore un "être" duquel le "paraître" social nous aurait détourné.

On pourrait rajouter quantité d'autres exemples, moins actuels sans doute, mais d'autant plus universels par la même: l'histoire du Jardin d'Eden où homme et animal s'ébattaient avant que ne soit commis le premier péché et que l'homme ne soit déchu de son innocence primitive, le mythe de l'âge d'or auquel toute culture se réfère en tant de crise, ou encore l'image, chère aux romantiques, du "bon sauvage" qui n'a pas encore été corrompu par la société et par ses affres. Que peut-on dégager d'une telle multiplicité de situations, 1 C'est un sujet que j'ai donné l'an dernier à mes élèves de TL, en fin d'année… Page 2 sur 6 inspirée par Platon.

- Analyse du concept ( l'objectif: parvenir à une hypothèse de définition qui nous fournirait une base de réflexion.) - Première étape: l'analyse structurelle on s'intéresse à la signification de l'idée, abstraction faite de sa valeur ou de sa vérité.

- Double sens (essentiel dans ce sujet) du mot "nature"… - Référence à la philosophie d'Aristote (cf.

texte Texte d'Aristote, n°2 p.102, étudié en cours) Remarquez que la référence vient après l'analyse.

- Dégager un des présupposés fondamentaux du sujet (déjà suggéré dans l'introduction): l'idée retour à la nature suppose une vision de la nature comme origine et comme; bref, suppose une vision de la nature "cosmique", ou chaque chose et chaque être est réalise son essence en étant "à sa place".

d'images, de mythes et de rêves? Trois aspects nous semblent essentiels; ceux-ci relèvent à chaque fois de la façon dont nous visons2 l'idée de "retour à la nature": sa signification, son origine et sa fonction critique.

D'abord, si l'on s'en tient au contenu objectif de l'idée ellemême (à la signification ou au pur contenu intellectuel de l'idée), les exemples cités auparavant semblent se rejoindre autour d'un caractère commun: il s'agit à chaque fois d'une origine perdue à laquelle on désire revenir.

Pourquoi précisément? Parce que certains développements abusifs de la culture l'auraient enfouie sous des artifices qui ont finit par nous détourner pour de bon.

L'idée d'un "retour à" quelque chose présuppose effectivement que ladite chose ait été perdue.

Ainsi considèret-on souvent, comme nous l'avons indiqué plus haut, que la modernité nous a éloigné du "vrai sens des choses", sens que la tradition rustique par exemple, celle des "vrais gens", qui sont en contact direct et permanent avec la nature, aurait, au moins partiellement, conservé3.

Mais il y a encore autre chose.

Il ne suffit pas de dire qu'il s'agit de revenir à une telle origine parce qu'on l'a perdue.

L'origine qu'il s'agit de retrouver n'a aucune valeur par ellemême.

S'il s'agit précisément de la retrouver, c'est qu'on suppose qu'elle contient, vierge et pure de toute adjonction corruptrice, quelque chose comme notre pure identité, c'est-à-dire ce qui nous définit en propre. Autrement dit notre essence.

Or, "essence" se également "nature".

On comprend dès lors que derrière une apparente régression vers l'origine (trop facilement critiquable), se cache quelque chose de plus fondamental: il s'agit avant tout de revenir à ce qui fait notre identité, et le modèle d'une telle identité serait d'ordre naturel: la nature contiendrait notre nature, et c'est pour cela qu'il s'agirait de s'y ressourcer.

Une telle idée n'est pas étrangère à la pensée aristotélicienne.

Pour Aristote, en effet, la nature d'une chose, c'est son essence, et celle-ci coïncide elle-même à son origine.

Cette coïncidence ontologique repose plus généralement sur un vision téléologique de l'être: chaque chose tend, autant qu'elle le peut, à réaliser son essence, et, cette tendance, c'est la nature. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles