Aide en Philo

Puis-je invoquer l'histoire pour m'excuser de ne pas avoir agi?

Extrait du document

HISTOIRE

Gén. Terme équivoque qui désigne à la fois le récit du passé humain, et la réalité historique elle-même, le cours des événements. En ce dernier sens, l'histoire se distingue de la simple évolution car elle suppose plus qu'un changement. Un arbre, par ex., peut croître ou un papillon se métamorphoser, mais ils n'ont pas d'histoire dans la mesure où l'histoire suppose la conscience d'un changement et la possibilité, pour celui qui change, de se représenter la finalité de son évolution en faisant du présent le sens du passé et du futur le sens du présent. Quant au récit, il cesse d'être légendaire pour devenir scientifique dès lors qu'il veut expliquer et non plus simplement raconter en se contentant de recueillir des anecdotes pittoresques. Phi. Les philosophies de l'Histoire posent la question du but poursuivi par les hommes dans l'Histoire, et postulent en même temps que l'Histoire des hommes est celle de leur liberté. Or, si la connaissance du but permet en retour de comprendre la cohérence du processus historique, il semble bien difficile de concilier le double postulat de la rationalité historique et du développement de la liberté. Telle est l'aporie sur laquelle achoppe toute philosophie de l'Histoire. En effet, s'il est possible de dégager par avance une cohérence historique, alors tout se passe comme si l'Histoire était déjà faite, de sorte que l'idée même de liberté humaine se trouve niée. A l'inverse, si l'on suppose que les hommes sont libres, alors il est impossible de saisir le sens d'une Histoire que les hommes font « sans savoir l'histoire qu'ils font » (R. Aron).

« m GUADELOUPE-~UYANE-MARTINIOUE JUIN 1997 - SERIES Puis-je invoquer le cours de l'histoire pour m'excuser de n'avoir pas agi ? D Analyse du sujet ÉLÉMENTS D'ANALYSE Nous retrouvons ici la métaphore du cours de l'histoire (cf.

sujet n° 14). Mais on trouve surtout une autre notion, qui relève d'un autre ordre : la responsabilité.

« Excuser » signifie ici en effet que nous dénions être coupables de n'avoir pas agi.

Afin de nous justifier de n'avoir pas agi, nous chercherions à montrer que le cours de l'histoire nous prive de la possibilité d'agir bien ou mal, parce qu'il nous prive de toute responsabilité.

La responsabilité est une notion d'ordre moral qui fonde la notion de culpabilité ou de faute, et renvoie à la liberté de la volonté. ~ En effet, si ma volonté n'est pas libre, si je ne peux pas déterminer la nature de mes actes, on ne voit pas comment je pourrais en répondre. Répondre de ses actes suppose qu'on les produise volontairement, et répondre des actes d'autrui suppose qu'on les laisse volontairement être accomplis.

Si la liberté de la volonté est refusée, il est difficile de comprendre la responsabilité. ~ Le problème qui se pose est donc celui du rapport entre les événements historiques et la liberté de ma volonté.

Nous renvoyons donc à la fois au sujet précédent, notamment à la seconde partie, mais nous renvoyons aussi aux sujets qui concernent la liberté de la volonté. ~ PLAN PROPOSÉ 0 Le cours de l'histoire est une fausse excuse, qui ne nous dégage pas de la possibilité d'agir et par conséquent de répondre de nos actes (Machiavel) 0 Nous ne pouvons cependant répondre que de notre intention, et non du concours des choses extérieures, qui ne dépend pas de nous (Descartes, cf.

notamment le texte sur Je désir) 0 La liberté morale étant absolue, nous sommes responsables de tous nos actes (Kant). »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles