Aide en Philo

Pour apprécier une oeuvre d`'art faut-il en connaitre le sens ?

Extrait du document

xxx ?

Jusqu’au dix-huitième siècle, le terme « art » désignait l’ensemble des techniques de production d’artefacts : tel était encore le cas dans le Discours sur les sciences et les arts (1750) de Jean-Jacques Rousseau.

Aujourd’hui, par art nous entendons plutôt une activité créatrice gratuite, mais sérieuse, qui représente dans des œuvres un état de la sensibilité et de la pensée d’une époque, en s’opposant à la fois à la disgrâce qui frappe les activités techniques utilitaires, jugées serviles, et à la futilité des activités ludiques vouées au divertissement. Ni labeur, ni distraction, l’œuvre d’art incarne et suggère un sentiment de la vie.

 

Il y a trois constituantes dans l’idée de "sens". Pour qu’une chose ait un sens, quand je dis par exemple que le mot « cheval » a un sens, cela veut dire que le son du mot cheval, en dehors de sa dimension sonore, est un signe. Le mot « cheval » renvoie à une autre réalité non sensible : l’idée du cheval, qui est une représentation abstraite, spirituelle. Pour qu’il y ait sens, il faut que la chose renvoie à autre chose. Mais dans le cas où il s’agit d’entités qui existent par elles mêmes, où elles ne sont pas produites dans un langage ou dans un système de signes, dans quel cas parle-t-on de sens ? La réalité non sensible à laquelle cette réalité matérielle renvoie, c’est sa finalité ultime, ou son orientation, sa destination. Enfin, le sens n’est pas que la signification ou la finalité ultime d’une chose, mais aussi une valeur. C’est pour autant que le sens dessine une fin dernière qu’il donne à une entité sa valeur absolue et non relative. Par conséquent, le terme sens recoupe trois concepts : la signification, la destination, la valeur.

 

Le verbe « apprécier » a deux sens : d’une part, il s’agit de l’activité qui consiste à émettre un jugement sur une chose, un être, une situation (« Il apprécia l’état de ses vêtements »). Mais apprécier, c’est également concevoir une satisfaction par le moyen des sens (« Il appréciait la musique de Mozart »).

 

Nous nous demanderons donc si, au double sens du verbe apprécier (juger/éprouver un sentiment favorable) il est nécessaire de connaître la signification, la destination et la valeur d’une œuvre d’art.

« Jusqu'au dix-huitième siècle, le terme « art » désignait l'ensemble des techniques de production d'artefacts : tel était encore le cas dans le Discours sur les sciences et les arts (1750) de Jean-Jacques Rousseau. Aujourd'hui, par art nous entendons plutôt une activité créatrice gratuite, mais sérieuse, qui représente dans des œuvres un état de la sensibilité et de la pensée d'une époque, en s'opposant à la fois à la disgrâce qui frappe les activités techniques utilitaires, jugées serviles, et à la futilité des activités ludiques vouées au divertissement.

Ni labeur, ni distraction, l'œuvre d'art incarne et suggère un sentiment de la vie. Il y a trois constituantes dans l'idée de "sens".

Pour qu'une chose ait un sens, quand je dis par exemple que le mot « cheval » a un sens, cela veut dire que le son du mot cheval, en dehors de sa dimension sonore, est un signe.

Le mot « cheval » renvoie à une autre réalité non sensible : l'idée du cheval, qui est une représentation abstraite, spirituelle.

Pour qu'il y ait sens, il faut que la chose renvoie à autre chose.

Mais dans le cas où il s'agit d'entités qui existent par elles mêmes, où elles ne sont pas produites dans un langage ou dans un système de signes, dans quel cas parle-t-on de sens ? La réalité non sensible à laquelle cette réalité matérielle renvoie, c'est sa finalité ultime, ou son orientation, sa destination.

Enfin, le sens n'est pas que la signification ou la finalité ultime d'une chose, mais aussi une valeur.

C'est pour autant que le sens dessine une fin dernière qu'il donne à une entité sa valeur absolue et non relative.

Par conséquent, le terme sens recoupe trois concepts : la signification, la destination, la valeur. Le verbe « apprécier » a deux sens : d'une part, il s'agit de l'activité qui consiste à émettre un jugement sur une chose, un être, une situation (« Il apprécia l'état de ses vêtements »).

Mais apprécier, c'est également concevoir une satisfaction par le moyen des sens (« Il appréciait la musique de Mozart »). Nous nous demanderons donc si, au double sens du verbe apprécier (juger/éprouver un sentiment favorable) il est nécessaire de connaître la signification, la destination et la valeur d'une œuvre d'art. I. Faut-il connaître la signification d'une œuvre d'art pour l'apprécier ? a.

Il faut connaître la signification d'une oeuvre d'art pour la juger Nous commencerons par nous demander s'il est nécessaire de connaître la signification d'une oeuvre d'art pour la juger.

Qu'entendons-nous par signification d'une oeuvre d'art ? La signification d'une oeuvre d'art n'est pas son concept, sa définition, comme l'expression "bipède sans plumes" peut être celle de l'homme.

La signification d'une oeuvre d'art réside dans la compréhension du sens investi dans son oeuvre par l'auteur, sens que fait ressortir l'activité heuristique (l'activité qui consiste à interpréter les signes) par le lecteur ou le spectateur d'une oeuvre.

En ce sens, la signification d'une oeuvre d'art est moins le sens attribué à une oeuvre par le lecteur ou le spectateur (si tel était le cas, il y aurait autant de significations que de sujets percevant l'oeuvre) que l'effort interprétatif d'un lecteur/spectateur pour faire ressortir la singularité du projet artistique du créateur de l'oeuvre.

Si nous entendons par "apprécier" la même activité que celle qui consiste à "juger", nous entendons par là une activité qui doit connaître le sens (entendu comme signification) de l'oeuvre pour la juger.

En effet, juger une oeuvre d'art c'est précisément l'activité qui consiste à faire ressortir le projet artistique du créateur et à statuer sur son degré de réalisation, activité qui requiert une connaissance intime de sa signification. b.

Il n'est pas nécessaire de connaître la signification d'une oeuvre d'art pour l'apprécier En revanche, nous avancerons qu'il n'est pas nécessaire de connaître la signification d'une oeuvre d'art pour l'apprécier.

En effet, Gérard Genette montre dans un ouvrage intitulé L'oeuvre de l'art qu'il n'est point besoin d'épuiser les significations d'une oeuvre pour l'apprécier.

Une oeuvre d'art est comme un feuilleté de significations, que seul l'esthète averti parvient à saisir.

Néanmoins, pour apprécier une oeuvre, c'est à dire pour éprouver un jugement favorable à sa réception, il n'est pas indispensable d'avoir embrassé l'ensemble de ses significations.

On peut apprécier Proust pour son style, son élégance de plume, sans entendre l'ensemble des allusions philosophiques (notamment à Leibniz et Bergson) qui irriguent son oeuvre. II.

Faut-il connaître la destination d'une œuvre d'art pour l'apprécier ? a.

Il faut connaître la destination d'une oeuvre d'art pour la juger Qu'entendons-nous par "destination" d'une oeuvre d'art ? La destination d'une oeuvre est le rôle que l'artiste prétend lui faire jouer dans l'histoire des formes de son art.

Par exemple, on peut dire que la destination des oeuvres de Picasso est polémique et régénératrice par rapport aux oeuvres consacrées par la tradition, notamment celles de l'impressionisme et de la renaissance.

En ce sens, la destination d'une oeuvre d'art, c'est le rôle que son artiste lui attribue dans l'histoire de l'art.

La connaissance de la destination d'une oeuvre d'art est indispensable pour l'apprécier, si l'on entend par appréciation un jugement.

En effet, le rôle du jugement artistique est aussi d'évaluer une entreprise en fonction de sa singularité dans une histoire de l'art. b.

La connaissance de la destination d'une oeuvre d'art n'est pas indispensable pour l'apprécier Néanmoins, la connaissance de la signification d'une oeuvre d'art comme destination n'est pas indispensable pour l'apprécier, c'est à dire pour éprouver un sentiment favorable à sa fréquentation.

Il est possible d'apprécier une. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles