Aide en Philo

Peut-on se réaliser dans le travail ?

Extrait du document

Peut-on se réaliser dans le travail ?

Durant sa vie, l'homme cherche avant tout à se réaliser. Se réaliser, c'est s'épanouir, faire une activité à notre image, dans laquelle on se reconnaît, une activité telle qu'autrui nous perçoive tel qu'on le souhaite. C'est donc une activité qui nous représente et nous crée aux yeux d'autrui. Justement, depuis la naissance des sociétés modernes, industrielles, c'est une société de travail qui semble s'être instaurée, une société où les relations et les échanges ne se réalisent quasiment que lors des relations de travail. Ainsi, l'activité principale de l'homme, celle qui occupe désormais la plupart de son temps, est le travail. Dans ces conditions, on peut penser que si l'homme travaille tant, c'est parce qu'il se reconnaît dans celui-ci. Mais n'y a-t-il pas d'autres moyens ? La réalisation de soi n'est-elle possible que par le travail ? En d'autres termes, le travail est-il nécessaire à la réalisation de soi ?

            Dans un premier temps, nous verrons que la réalisation de soi peut passer par le travail, mais nous verrons ensuite que le travail peut nuire à cette « réalisation de soi », qui peut en outre passer par d'autres moyens.

 

« Durant sa vie, l'homme cherche avant tout à se réaliser.

Se réaliser, c'est s'épanouir, faire une activité à notre image, dans laquelle on se reconnaît, une activité telle qu'autrui nous perçoive tel qu'on le souhaite.

C'est donc une activité qui nous représente et nous crée aux yeux d'autrui.

Justement, depuis la naissance des sociétés modernes, industrielles, c'est une société de travail qui semble s'être instaurée, une société où les relations et les échanges ne se réalisent quasiment que lors des relations de travail.

Ainsi, l'activité principale de l'homme, celle qui occupe désormais la plupart de son temps, est le travail.

Dans ces conditions, on peut penser que si l'homme travaille tant, c'est parce qu'il se reconnaît dans celui-ci.

Mais n'y a-t-il pas d'autres moyens ? La réalisation de soi n'est-elle possible que par le travail ? En d'autres termes, le travail est-il nécessaire à la réalisation de soi ? Dans un premier temps, nous verrons que la réalisation de soi peut passer par le travail, mais nous verrons ensuite que le travail peut nuire à cette « réalisation de soi », qui peut en outre passer par d'autres moyens. Le travail semble nécessaire à la réalisation de soi. En effet, l'homme est par nature fait pour travailler, donc la réalisation de soi doit naturellement passer par le travail.

A l'état de nature, l'homme naît effectivement « sans rien », à la différence des autres espèces animales qui elles, disposent de quoi se protéger, se nourrir, des protections contre les dangers extérieurs grâce à leurs griffes, par exemple.

Dans cette optique, l'homme apparaît comme faible, et justement, pour survivre, il doit travailler, se construire des outils pour chasser ou se défendre; construire également des abris ...

Bref, la nature fait que l'homme est contraint de constamment travailler.

Ainsi, il apparaît évident que la réalisation de soi doit passer par le travail.

Puisque le travail occupe tout le temps de l'homme, comment pourrait-il s'épanouir autrement que par cette activité ? Cette thèse, dite « du dénuement originel », a été défendue par Rousseau ou Hume, selon lesquels l'homme du fait de sa faiblesse naturelle, est condamné, comme nous l'avons vu, à travailler et s'épanouir dans son travail.

D'ailleurs, l'homme, pour Bergson, est avant tout « l'homo faber », l'homme qui crée des outils et s'épanouit dans son travail.

L'homme semble donc naturellement condamné à se réaliser dans son travail, qui semble ainsi nécessaire à la réalisation de soi. De plus, aimer ce que l'on fait permet de s'impliquer pleinement dans son travail.

Si l'on aime ce que l'on fait, on le fait bien, et l'on se reconnaît pleinement dans son travail.

On peut ainsi conclure que le travail est normalement à notre image, et donc nous nous réalisons entièrement dans ce travail.

C'est d'ailleurs de cette manière que Kant concluait que l'exercice du travail que l'on aime crée une certaine estime de soi-même : l'homme qui travaille avec plaisir est fier de ce qu'il produit, ce qui génère une estime et une fierté de soi.

Une fois de plus, le travail semble donc pouvoir permettre la réalisation de soi. La réalisation de soi, en outre, ne peut se faire sans liberté.

Or, il semble justement que c'est le travail qui rend libre.

Le problème qui se pose peut donc être posé de la manière suivante : comment pourrais-je m'épanouir si je ne suis pas libre ? Si c'est le travail qui rend libre, il semble une fois de plus évident que l'épanouissement personnel passe par le travail.

En effet, si je ne travaille pas, je suis soumis aux aléas de la nature et à ses dangers puisque, rappelons-le, l'homme naît fragile et vulnérable.

Est-ce vraiment être libre que d'être soumis à la nature ? Justement, en travaillant, je vais construire des outils grâce entre autres à la technique qui vont me permettre de survivre, comme nous l'avons vu précédemment.

Je vais ainsi pouvoir m'affranchir de ma condition naturelle.

Le travail est donc même, au-delà d'un simple moyen d'épanouissement personnel, la véritable expression de mon humanité, concluait Hegel.

C'est donc exclusivement par le travail que je m'épanouis pleinement et que, donc, je peux me réaliser, à en suivre cette théorie. Cependant, nous allons voir que le travail peut malgré tout empêcher la réalisation de soi, même devenir aliénant, et que l'épanouissement de soi ne passe pas que par le travail. Effectivement, nous avons vu que la réalisation de soi, c'est l'épanouissement personnel grâce à une activité que l'on aime.

Cette « réalisation de soi » implique donc le bonheur.

Or, il se peut que nous ne soyons pas heureux dans notre travail.

Il faut donc que la réalisation de soi passe par d'autres moyens que le travail.

Prenons par exemple les loisirs, qui nous permettent de nous épanouir.

Imaginons : un sujet qui exerce une activité distrayante, qui lui plaît, par exemple du sport : s'il aime le pratiquer et qu'il est en plus bon dans ce sport, on peut dire qu'il se réalise dans son activité.

Au même titre que le travail, les loisirs permettent donc la réalisation de soi.

Le travail ne peut être l'unique activité de l'homme : s'il ne fait que travailler, il ne peut se réaliser pleinement.

Il a en effet besoin de temps de repos.

Ainsi donc, il semble nécessaire, et même évident que les loisirs soient une autre voie qui mène à l'épanouissement personnel.

On peut aussi prendre l'exemple de la musique : un musicien qui joue du piano peut s'exprimer pleinement dans sa musique et trouver grâce à cette dernière son bonheur. La réalisation de soi implique également la relation à autrui.

En effet, la réalisation de soi passe par l'exercice d'une activité de telle sorte qu'autrui nous perçoive telle qu'on le souhaite.

Si l'on fait quelque chose qui ne nous correspond pas, dont on n'a pas envie, par obligation par exemple, ou par nécessité, on ne peut pas dire que cette activité permette réellement « la réalisation de soi ».

Or, pour qu'autrui nous perçoive tel qu'on l'entend, la communication semble primordiale.

C'est donc, avec le travail, un autre moyen de parvenir à la réalisation de soi. Le philosophe Claude Lévi-Strauss insiste d'ailleurs tout particulièrement sur ce point : la société est bénéfique à tous car elle réunit, grâce à la langue, un ensemble d'individus, qui peuvent donc interagir et se comprendre.

La « communication linguistique », comme la nomme Lévi-Strauss, est donc un élément essentiel de la réalisation de soi.

Pour prendre le contre-pied, on peut citer des éléments en référence à Karl Marx : selon lui, l'ouvrier dans les sociétés industrielles, obligé de travailler pour survivre car dominé par les propriétaires terriens, devient étranger à lui-même en exerçant un métier dont il est totalement étranger : ce qu'il produit lui est totalement étranger, il forge donc un monde opposé à lui-même.

En ce sens le travail peut paraître opposé à la réalisation de soi. Nous avons donc dégagé dans cette partie que certes, le travail est important pour la réalisation de soi,. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles