Aide en Philo

Parallèle entre la raison et l'instinct

Extrait du document

INSTINCT (lat. instinctus, excitation, impulsion)

Réponse innée et infaillible à un stimulus extérieur, et qui assure une adaptation spontanée au milieu. Cette obéissance étant automatique et non volontaire, l'idée même d'une transgression de l'instinct est contradictoire. On ne transgresse qu'un interdit, c.-à-d. ce dont l'obéissance est contingente, et non pas Absolument nécessaire. L'instinct se distingue en définitive de l'intelligence qui invente pour s'adapter et du réflexe, qui, bien qu'inné, ne permet pas forcément une adaptation qui aboutisse à la satisfaction d'une fonction biologique (la succion, par ex., est un réflexe chez le nourrisson, mais pas un instinct comme chez le veau qui va, dès sa naissance, vers le pis de sa mère). On peut soutenir que l'homme n'a pas d'instinct, car, contrairement à l'animal, il peut toujours choisir de se suicider, de ne pas manger alors qu'il a faim, ou encore plus simplement de retarder la satisfaction de ses désirs.

RAISON (lat. ratio, calcul; faculté de calculer, de raisonner) Ce terme connaît deux grandes acceptions : soit il désigne la faculté de penser, la « raison humaine », soit il désigne un principe d'explication, la « raison des choses ». En tant que faculté de penser, la raison peut se définir encore en plusieurs sens, soit : 1. la faculté de raisonner discursive, de combiner concepts et propositions par opposition à la faculté de connaître intuitive (la ratio par opposition à l'intellectus chez saint Thomas, ou la raison par opposition au coeur chez Pascal); 2. la faculté de bien juger (comme chez Descartes) ou l'entendement qui « s'appelle raison en tant qu'il dirige au vrai et au bien », selon Bossuet. En ce sens s'oppose classiquement à la folie et à la passion qui consiste à raisonner mal, contrairement aux lois logiques ; 3. la connaissance naturelle par opposition à la connaissance révélée, la lumière» naturelle par opposition aux lumières de la foi» ; 4. un système de principes a priori dont la vérité ne dépend pas de l'Expérience . En ce sens, les vérités de la raison se distinguent du témoignage des sens autant que des révélations de la foi, si bien que Pascal voyait là trois ordres distincts de connaissance; 5. dès lors, toute une tradition définira usuellement la raison comme l'esprit humain en tant qu'il porte en lui les notions innées lui permettant de comprendre le monde, définition critiquée par les empiristes, et transformée par Kant; 6. la raison est pour Kant la faculté supérieure qui ramène à l'unité les règles de l'entendement» comme celui-ci fait la synthèse des éléments sensibles. Connaissance a priori et connaissance par la raison sont une même chose, et se distinguent ici de la connaissance par l'entendement (contrairement au sens 2 qu'on trouve par ex. chez Descartes). Le nom de Raison est réservé à un degré supérieur de synthèse des connaissances : si l'Entendement est la faculté des règles, la Raison est la faculté des principes. Elle est théorique lorsqu'elle fonde la science (et concerne uniquement la connaissance); pratique lorsqu'elle est considérée comme contenant le principe a priori de l'action morale. En tant que principe d'explication, soit : 1. au sens théorique, ce qui rend compte d'un effet. Signifie alors plutôt raison d'être d'une chose à distinguer de sa cause simplement antécédente. Ainsi, se confond souvent avec la cause finale; 2. au sens normatif, le motif légitime d'un acte, sa justification (comme dans l'expression « non sans raison »). D'où : argument destiné à prouver qu'on a raison (« donner ses raisons »).

Liens utiles