Aide en Philo

NIETZSCHE: Au nombre des choses qui peuvent porter un penseur au désespoir

Extrait du document

Au nombre des choses qui peuvent porter un penseur au désespoir se trouve d'avoir reconnu que l'illogique est nécessaire à l'homme, et qu'il en naît beaucoup de bien. L'illogique tient si solidement au fond des passions, du langage, de l'art, de la religion, et généralement de tout ce qui confère quelque valeur à la vie, que l'on ne saurait l'en arracher sans par là même gâcher ces belles choses irréparablement. Ce sont les hommes par trop naïfs qui peuvent seuls croire à la possibilité de transformer la nature humaine en nature purement logique ; mais s'il devait y avoir des degrés pour approcher ce but, que ne faudrait-il pas laisser perdre chemin faisant ! Même l'être le plus raisonnable a de temps en temps besoin de retrouver la nature, c'est-à-dire le fond illogique de sa relation avec toutes choses.NIETZSCHE

- Thème (ce dont il est question) : La présence de l’illogique au sein même de la vie, et le désir de l’homme de l’en exclure pour le remplacer par la logique. 

- Problème (ce qui fait question) : Nietzsche pose la question de savoir si on peut ramener la vie à la logique sans la réduire et l’appauvrir.

- Thèse (proposition philosophique défendue par l’auteur) : Pour Nietzsche, chercher à rendre tout logique est une caractéristique de l’homme qui veut tout maîtriser. Or, ce n’est pas possible sans appauvrissement, sauf à tomber dans l’illusion.   

- Structure (manière dont est composée le texte) à Si le commentaire est composé, il faut dégager 3 thèmes, 3 manière d’aborder le problème par l’auteur, et dans le corps du commentaire, commenter et développer ces thèmes en s’appuyant sur le texte, sans le suivre linéairement. Si le commentaire est linéaire, il est possible de découper le texte en 2 ou 3 parties, de dégager leur thème, et de les commenter ligne à ligne. Le texte ici est court, nous allons le commenter de manière linéaire.  

à Au départ « Au nombre des choses …belles choses irréparablement » : constat selon lequel l’illogique se trouve au fond de toute chose, et que c’est ce qui en fait la richesse et la beauté.

à « Ce sont les hommes … avec toutes choses » : du danger de vouloir réduire la nature à la logique, puisque cela est son essence.

 

« Commentaire d'un extrait de Nietzsche : Au nombre des choses qui peuvent porter un penseur au désespoir se trouve d'avoir reconnu que l'illogique est nécessaire à l'homme, et qu'il en naît beaucoup de bien.

L'illogique tient si solidement au fond des passions, du langage, de l'art, de la religion, et généralement de tout ce qui confère quelque valeur à la vie, que l'on ne saurait l'en arracher sans par là même gâcher ces belles choses irréparablement.

// Ce sont les hommes par trop naïfs qui peuvent seuls croire à la possibilité de transformer la nature humaine en nature purement logique ; mais s'il devait y avoir des degrés pour approcher ce but, que ne faudrait-il pas laisser perdre chemin faisant ! Même l'être le plus raisonnable a de temps en temps besoin de retrouver la nature, c'est-à-dire le fond illogique de sa relation avec toutes choses.

NIETZSCHE Introduction : - Thème (ce dont il est question) : La présence de l'illogique au sein même de la vie, et le désir de l'homme de l'en exclure pour le remplacer par la logique. - Problème (ce qui fait question) : Nietzsche pose la question de savoir si on peut ramener la vie à la logique sans la réduire et l'appauvrir. - Thèse (proposition philosophique défendue par l'auteur) : Pour Nietzsche, chercher à rendre tout logique est une caractéristique de l'homme qui veut tout maîtriser.

Or, ce n'est pas possible sans appauvrissement, sauf à tomber dans l'illusion. - Structure (manière dont est composée le texte) à Si le commentaire est composé, il faut dégager 3 thèmes, 3 manière d'aborder le problème par l'auteur, et dans le corps du commentaire, commenter et développer ces thèmes en s'appuyant sur le texte, sans le suivre linéairement.

Si le commentaire est linéaire, il est possible de découper le texte en 2 ou 3 parties, de dégager leur thème, et de les commenter ligne à ligne.

Le texte ici est court, nous allons le commenter de manière linéaire. à Au départ « Au nombre des choses …belles choses irréparablement » : constat selon lequel l'illogique se trouve au fond de toute chose, et que c'est ce qui en fait la richesse et la beauté. à « Ce sont les hommes … avec toutes choses » : du danger de vouloir réduire la nature à la logique, puisque cela est son essence. Clefs pour le développement : Pour chaque partie, il faut : 1) dire ce que l'on va faire, présenter le thème du passage que l'on va expliquer.

2) faire ce que l'on a dit, expliquer le passage proprement dit, 3) conclure la partie en disant ce que l'on a fait et ce qu'il reste à faire.

Préciser ce que l'on a dégagé de l'explication. è Ici, nous allons simplement souligner les idées principales, et éclairer les termes dont il est question. I/ L'illogique se trouve dans toute chose : Au nombre des choses qui peuvent porter un penseur au désespoir se trouve d'avoir reconnu que l'illogique est nécessaire à l'homme, et qu'il en naît beaucoup de bien.

L'illogique tient si solidement au fond des passions, du langage, de l'art, de la religion, et généralement de tout ce qui confère quelque valeur à la vie, que l'on ne saurait l'en arracher sans par là même gâcher ces belles choses irréparablement.

// La première phrase repose sur une opposition, entre les termes de ‘'désespoir'’ et de ‘'bien'’ : le penseur reconnaît avec désespoir l'existence d'un bien, ce qui peut sembler assez paradoxal.

à Expliquer pourquoi : pour mener son travail à bien, le penseur a besoin d'un matériau qui puisse se plier aux exigences de sa pensée et de ses classements.

Or, ce n'est pas le cas lorsqu'il étudie la vie et ce qui en fait partie.

Le travail du penseur cherche à ramener ce qui est un inconnu au connu.

Autrement dit, pour Nietzsche, l'homme a besoin de comparer ce qui lui est inconnu à quelque chose qui lui est connu pour mieux l'appréhender, le penser, le comprendre et le connaître.

Mais la vie comporte de l'illogique qui s'oppose par essence à la logique de la pensée et du classement qui en découle. Cette impossibilité de manier le « matériau » qu'est la vie à cause de son caractère illogique pousse le penseur au désespoir. Mais le penseur doit reconnaître que l'illogique est nécessaire à l'homme. à C'est ce terme d'homme qui est important.

En effet, la logique est tout à fait de mise dans des disciplines telles que la logique ou les mathématiques.

Mais dès qu'elle s'approche de l'homme ou de tout ce qui touche à la vie en général, elle n'a plus sa place.

Autrement dit, il n'est pas possible de faire des lois et des règles qui soient toujours respectées dans d'autres sciences comme la biologie, ou dans certaines disciplines, comme l'art, le langage… cf.

les exceptions ; l'illogique naît de ces exceptions. è Il faut ici définir le terme important de ce début de texte, illogique.

L'illogique, est ce qui ne suit pas la règle instauré, ce qui ne suit pas la logique, et qui s'en écarte plus ou moins, infailliblement.

Selon Nietzsche, de cet. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles