Aide en Philo

Les règles de l'art sont-elles des règles du jeu ?

Extrait du document

Il s’agit de se demander si les pratiques, les procédés opératoires, les théories de la création agissent sur la pratique artistique de la même manière que la règle du jeu (en tant qu’énoncé fondateur du jeu qui délimite un protocole immuable d’actions) engendre du jeu. Il nous faut évaluer les rapports entre d’un coté les règles de l’art qui donnent lieu à une pratique en posant les critères de l’œuvre réussie et de l’autre coté les règles du jeu qui organisent le déroulement de l’action en posant des possibles, des obligations, des buts.

L’artiste qui ne suit pas les règles de l’art joue t-il un autre jeu que celui de la création ?

La question concerne le champ de la liberté de la création. En effet si les règles de l’art sont des règles du jeu alors l’artiste doit s’y conformer et chercher à en explorer les possibles.

Tout d’abord, les règles de l’art, comme celles du jeu, sont conventionnelles, elles sont le résultat d’un accord explicite ou non sur un mode opératoire.

Mais les règles de l’art et du jeu s’opposent par leur rapport au droit, à la légitimité.

Cependant ces règles permettent d’accéder à un autre aspect de la soumission, elles permettent à l’agent d’accéder à, d’une part la liberté et d’autre part le plaisir.

 

« Tout comme le joueur, l'artiste accepte des règles auxquelles il se conforme pour créer.

Cependant l'artiste peut choisir de ne pas suivre les règles de l'art ce qui ne l'empêche pas de créer.

Le joueur, lui, s'il ne suit pas les règles du jeu ne fait plus parti du groupe de joueurs, il s'exclut du jeu. Ainsi, les règles de l'art sont elles des règles du jeu ? Il s'agit de se demander si les pratiques, les procédés opératoires, les théories de la création agissent sur la pratique artistique de la même manière que la règle du jeu (en tant qu'énoncé fondateur du jeu qui délimite un protocole immuable d'actions) engendre du jeu.

Il nous faut évaluer les rapports entre d'un coté les règles de l'art qui donnent lieu à une pratique en posant les critères de l'œuvre réussie et de l'autre coté les règles du jeu qui organisent le déroulement de l'action en posant des possibles, des obligations, des buts. L'artiste qui ne suit pas les règles de l'art joue t-il un autre jeu que celui de la création ? La question concerne le champ de la liberté de la création.

En effet si les règles de l'art sont des règles du jeu alors l'artiste doit s'y conformer et chercher à en explorer les possibles. Tout d'abord, les règles de l'art, comme celles du jeu, sont conventionnelles, elles sont le résultat d'un accord explicite ou non sur un mode opératoire. Mais les règles de l'art et du jeu s'opposent par leur rapport au droit, à la légitimité. Cependant ces règles permettent d'accéder à un autre aspect de la soumission, elles permettent à l'agent d'accéder à, d'une part la liberté et d'autre part le plaisir. Les règles de l'art et du jeu sont conventionnelles.

La règle du jeu est arbitraire.

Elle naît de l'imagination d'un homme qui crème des lois d'action.

Par exemple au Monopoly la loi d'action est la suivante : le joueur avance son pion du nombre de cases indiqué par les dés qu'il a lancé.

La règle est un cadre, ici un plateau avec des cases sur lesquelles se déplacent des pions, accompagnée d'une loi d'action orientée vers un but : être le dernier joueur à faire faillite pour gagner.

Ce cadre, ces lois et ce but sont arbitraires, ils ne relèvent d'aucune loi de nature.

Les joueurs conviennent d'un procédé de jeu.

En latin conventio signifie venir avec, se rassembler.

Les joueurs se rassemblent se mettent d'accord sur ces règles.

Il en va de même pour les règles de l'art.

Ici l'accord est moins explicite mais c'est le même principe.

Le poète qui veut écrire un sonnet a convenu implicitement de respecter les règles de l'Alexandrin en faisant des verres de douze syllabes, et de construire son poème en deux quatrains, deux tercets.

Ce nombre de douze syllabes est arbitraire, il a été décidé un jour que c'était le nombre parfait à respecter pour rendre un vers musical et agréable à l'oreille.

Or cela peut être remis en question et d'autres nombres de syllabes peuvent très bien rendre la poésie agréable à l'oreille.

Verlaine dans son Art Poétique dira d'ailleurs que le vers impair est beaucoup plus beau et musical. Les règles de l'art, comme celles du jeu, sont énoncées très clairement.

L'art connaît un très grand nombre de traités, de théories établissant la meilleure façon de peindre, écrire, composer… La règle est dite clairement, elle n'est donc absolument pas naturelle, ne découle pas simplement de la création, elle est un énoncé sur lequel les artistes d'une époque ou d'un courant s'entendent.

La règle du jeu quant à elle est un petit livret qui accompagne tout jeu de société, elle est formulée par le groupe d'enfants dans la cour de l'école, elle est incarnée et rappelée par l'arbitre lors d'un match sportif.

La règle est au mode impératif, elle se conjugue avec le verbe devoir ou falloir : « Travaillez à loisir, quelque ordre vous presse, et ne vous piquez point d'une folle vitesse » (Boileau, Art Poétique) ; « les défenseurs doivent attraper le foulard de celui qui a le ballon » (règle de l'épervier). De plus la règle a une valeur normative dans les deux cas.

Norma en latin signifie équerre, angle droit.

C'est la ligne de conduite, le critère qui règle la conduite.

En art, la règle impose des valeurs, elle montre ce qui est beau.

Ainsi aux XVIe , XVIIe siècles un beau poème était un sonnet, aujourd'hui un sonnet n'est pas, par sa forme, plus beau qu'un poème en prose.

La règle en art a valeur de référence, elle fait autorité.

Les règles du jeu déterminent la ligne de conduite mais elles n'imposent pas de valeurs, leurs valeurs sont uniquement relatives au moment du jeu, les valeurs imposées par les règles artistiques sont beaucoup plus universelles, la règle des trois unités au théâtre a, par exemple, valu pour tout le XVIIe siècle en Europe. Les règles de l'art et du jeu se recoupent par leurs formes mais la règle de l'art semble viser un autre niveau que celui d'une pratique, elle détermine les goûts, les modes d'une époque.

Mais ces règles agissent-elles sur l'agent de la même manière. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles