Aide en Philo

L'art peut il se passer de règles ? (Bac philo - TS)

Extrait du document

[Introduction] Une RÈGLE est une proposition indiquant la manière de se conduite (prescription morale) ou la démarche à suivre pour obtenir un certain résultat (règles de l'art). L'art, au sens esthétique moderne, désigne une production ou création d'oeuvres destinées à plaire (beaux-arts), c'est-à-dire à susciter par leur aspect, une appréciation esthétique positive. Nous pourrions alors reformuler ainsi la question du sujet : Comment devient-on un artiste ? Cela nécessite-t-il un apprentissage ? Au début de toute activité humaine existe un savoir-faire : la technique du bois, les procédés chimiques, la technique du violon, celle de la calligraphie, etc. L'activité artistique se résume-t-elle aussi à l'apprentissage et à l'application de règles ? Suffit-il d'apprendre les règles d'un art pour être un véritable artiste ou cela nécessite-t-il un don inné comme le prétend  Kant à propos de l'artiste ? Et si l'on ne devient pas artiste, si l'on naît artiste, comment rendre compte de cette liberté créatrice du génie de l'artiste ? Suffit-il d'être doué pour être artiste ?

 

 

 

 

 

 

 

« L'art peut il se passer de règles ? (Bac philo 2010 _ TL) [Introduction] Une RÈGLE est une proposition indiquant la manière de se conduite (prescription morale) ou la démarche à suivre pour obtenir un certain résultat (règles de l'art).

L'art, au sens esthétique moderne, désigne une production ou création d'oeuvres destinées à plaire (beaux-arts), c'est-à-dire à susciter par leur aspect, une appréciation esthétique positive.

Nous pourrions alors reformuler ainsi la question du sujet : Comment devient-on un artiste ? Cela nécessite-t-il un apprentissage ? Au début de toute activité humaine existe un savoir-faire : la technique du bois, les procédés chimiques, la technique du violon, celle de la calligraphie, etc.

L'activité artistique se résume-telle aussi à l'apprentissage et à l'application de règles ? Suffit-il d'apprendre les règles d'un art pour être un véritable artiste ou cela nécessite-t-il un don inné comme le prétend Kant à propos de l'artiste ? Et si l'on ne devient pas artiste, si l'on naît artiste, comment rendre compte de cette liberté créatrice du génie de l'artiste ? Suffit-il d'être doué pour être artiste ? [I.

Praxis et poiesis] De l'Antiquité à la Renaissance, artiste et artisan furent confondus.

Ils possédaient une praxis, un savoir-faire, la maîtrise de certaines techniques de fabrication et de production d'objets utiles et beaux.

L'artiste, tout comme l'artisan, est alors un homme de métier, un homme qui travaille avec, dans, sur la matière.

Il doit donc se plier à certaines règles techniques.

. C'est pourquoi l'art est considéré par Platon comme une imitation de la nature, une « copie de copie » puisque la nature – le sensible – est déjà une imitation du monde des Idées – l'intelligible.

Cette « copie de copie » est donc dépréciée dans la conception platonicienne de la vérité, car l'artiste ne fait que flatter l'opinion, la subjectivité, au mépris de l'objectivité, de la rationalité.

L'art le plus néfaste pour Platon est la poésie : il chassera les poètes de la cité (cf La République) car ils racontent des fables qui détournent de la recherche de la vérité. Thèse - Dévalorisation de l'art au nom de la vérité.

Cette dévalorisation a pour fondement la dévalorisation du monde sensible an nom de cette même vérité.

Et valorisation ontologique du Beau, Idée ou Essence. La critique platonicienne vise surtout les arts suivants : la poésie, la sculpture, la peinture. Dans la « République » (II), Platon n'est pas loin d'exiler de la Cité idéale les poètes s'ils ne se soumettent pas à la vérité.

Il conteste donc l'autonomie de l'art et la liberté de l'artiste.

Dans le « Phèdre » (248 d-c) Platon établit une hiérarchie des existences humaines en fonction de leur degré de perfection c'est à dire de connaissance.

Il distingue neuf degrés qui vont de la vie philosophique (premier degré) à la vie tyrannique (dernier degré).

L'artiste imitateur occupe la 6e place, l'artisan et le laboureur la 7c, le sophiste la 8e. Pourquoi ? Pourquoi un tel voisinage du sophiste et de l'artiste ? Une telle condamnation de l'art ? 1) Parce que l'artiste comme le sophiste possède un savoir-faire qui est un savoir-tromper. a) Poètes et peintres n'enfantent que des fictions.

Les poètes, Homère, Hésiode, ne sont que « faiseurs de contes », en outre contes dangereux car ils véhiculent une fausse image des Dieux et des Héros.

Par exemple, les Dieux sont jaloux, se font la guerre et les pires vilenies.

Or, « la bonté n'appartient-elle pas à ce qui est divinité? » (Rep.379).

D'autre part, représenter les Dieux à l'image de l'homme, ne pas en faire des modèles de vertu, n'est-ce pas encourager le mal? Les peintres et sculpteurs, quant à eux, illustrent les fictions inventées par les premier.

et créditent le mensonge. b) Pour plaire ces fictions doivent avoir l'apparence du vrai.

Le savoir-faire de l'artiste est donc bien semblable à celui du sophiste puisqu'il permet de produire l'illusion du vrai, de présenter comme vrai ce qui ne l'est pas et n'en a que l'apparence en utilisant les séductions du sensible (flatterie, plaisirs des sens ...

).

Par exemple le bon peintre est celui qui est capable de représenter dans un espace à deux dimensions un objet qui, lui, occupe un espace à trois dimensions.

Plus l'image produite par le peintre semble vraie, plus elle est en fait infidèle à son modèle tel qu'il est.

L'exactitude de l'art repose sur la déformation du réel sensible (cf.

les règles de 1a perspective). 2) Parce que l'art n'est qu'imitation. L'imitation de quoi ? Des apparences sensibles, de la réalité telle qu'elle se manifeste à nous par l'intermédiaire de nos sens.

C'est dans la juste mesure où le poète ne s'élève pas au dessus des apparences sensibles qu'il représente les Dieux à l'image des hommes.

L'art conforte les hommes dans leur erreur première : ce qui est, est ce qui apparaît.

L'art n'est qu'illustration de l'opinion, représentation de la représentation subjective. 3) Parce que l'art n'est qu'imitation d'une imitation, un simulacre. Dans La « République » (X 597b-598c - cf.

texte), Platon montre que le peintre est « l'auteur d'une production éloignée de la nature de trois degrés ».

En effet, il y a trois degrés de réalité. · La première, celle qui est vraiment et pleinement, est la réalité intelligible ou Idée.

Pour Platon les. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles