Aide en Philo

La recherche de la vérité peut-elle être désintéressée ? (Bac philo - TL)

Extrait du document

On dit souvent des affaires humaines que chacun y trouve son compte, son intérêt. Mais pour peu que l'on s'y intéresse, le mot « intérêt » est  ambigu, dans la mesure où il peut être péjoratif comme mélioratif. L'intérêt est ce qui importe à quelqu'un, mais cette définition est si vague que l'intérêt peut être à la fois ce qui convient à une personne ou à un groupe, ce qui est avantageux, ce qui rapporte de l'argent, mais aussi ce qui suscite l'attention de quelqu'un, ce qui fait l'objet de ses préoccupations. Par là même, le mot « désintérêt » est tout aussi chargé de sens. Il peut être aussi bien l'absence d'attention pour une chose ou une personne que le synonyme de désintéressement. Ainsi, la première question qui se pose avec notre sujet est celle de savoir en quel(s) sens prendre l'expression « désintéressement de la vérité ». De plus, le sujet, dans sa formulation même, affirme un certain nombre de présupposés : nous demandant s'il peut y avoir une « recherche désintéressée de la vérité », il présuppose aussitôt qu'il y a une recherche de la vérité, et bien plus, qu'il y a une recherche intéressée de la vérité - la question est de savoir s'il y en a une désintéressée. Les questions qui découlent de ces présupposés sont ainsi les suivantes : y a t-il véritablement une recherche de la vérité ? Dans quelle mesure et pourquoi est-elle intéressée ? Et enfin, se peut-il que la recherche de la vérité soit désintéressée ?

« La recherche de la vérité peut-elle être désintéressée ? (Bac philo 2010 _ TL) Introduction : On dit souvent des affaires humaines que chacun y trouve son compte, son intérêt.

Mais pour peu que l'on s'y intéresse, le mot « intérêt » est ambigu, dans la mesure où il peut être péjoratif comme mélioratif.

L'intérêt est ce qui importe à quelqu'un, mais cette définition est si vague que l'intérêt peut être à la fois ce qui convient à une personne ou à un groupe, ce qui est avantageux, ce qui rapporte de l'argent, mais aussi ce qui suscite l'attention de quelqu'un, ce qui fait l'objet de ses préoccupations.

Par là même, le mot « désintérêt » est tout aussi chargé de sens.

Il peut être aussi bien l'absence d'attention pour une chose ou une personne que le synonyme de désintéressement. Ainsi, la première question qui se pose avec notre sujet est celle de savoir en quel(s) sens prendre l'expression « désintéressement de la vérité ».

De plus, le sujet, dans sa formulation même, affirme un certain nombre de présupposés : nous demandant s'il peut y avoir une « recherche désintéressée de la vérité », il présuppose aussitôt qu'il y a une recherche de la vérité, et bien plus, qu'il y a une recherche intéressée de la vérité – la question est de savoir s'il y en a une désintéressée.

Les questions qui découlent de ces présupposés sont ainsi les suivantes : y a t-il véritablement une recherche de la vérité ? Dans quelle mesure et pourquoi est-elle intéressée ? Et enfin, se peut-il que la recherche de la vérité soit désintéressée ? Première partie : y a t-il une recherche de la vérité ? Le sujet présuppose une recherche de la vérité…reste à déterminer s'il y en a bel et bien une ! 1.

Premier abord : on semble détester la vérité. Pascal, Pensées (Br.

100).

« Nous haïssons la vérité et ceux qui nous la disent ».

Le fragment est particulièrement explicite sur notre haine de la vérité et sur notre volonté d'étouffer cette même vérité.

L'homme « conçoit une haine mortelle contre cette vérité qui le reprend, et qui le convainc de ses défauts.

Il désirerait de l'anéantir, et, ne pouvant la détruire en elle-même, il la détruit, autant qu'il peut, dans sa connaissance et dans celle des autres; c.à.d.

qu'il met tout son soin à couvrir ses défauts et aux autres et à soimême, et qu'il ne peut souffrir qu'on les lui fasse voir, ni qu'on les voie ». Pourquoi rechercherions-nous la vérité si nous la détestons ? 2.

Pourtant, nous tenons à connaître la vérité. Aristote, livre alpha de sa Métaphysique : « tous les hommes désirent naturellement savoir ».

Malgré la haine de la vérité, attrait de l'homme pour la vérité.

Sorte de amour-haine à l'égard de la vérité.

Par conséquent, même dans notre réticence à connaître la vérité nous la recherchons. ð il y a bien une recherche de la vérité, mais quelle peut-être la mesure de l'intérêt et du désintéressement que nous portons à la vérité ? Deuxième partie : toute recherche de la vérité n'est-elle pas intéressée ?. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles