Aide en Philo

La philosophie peut être tragique... elle n'est jamais sérieuse disait Merleau-Ponty. Qu'en pensez-vous ?

Extrait du document

« v GËNËRALI11Ë5 « La philosophie peut être tragique... elle n'est jamais sérieuse », dit M. Maurke Merleau-Ponty dans son Eloge de 'la Philosophie INTRODUCTION Il est d'une extrême banalité d'·insister sur le caractère d'intériorité, de subjectivité, de profondeur de la philosophie ou de mettre l'accent sur son aspect intuitif, réflexif, méditatif. De même, chacun sait que la « philosophia perennis » doit se concevoir in abstracto, sub specie oeterni. Il peut paraître à peine plus original de dire que la philosophie est tragique. Cela fait partie du lot des termes que l'on retourne aisément car si la pensée est pathétique, on peut dire de même qu'elle est satirique, ironique, voire jusqu'à un certain point comique. Mais la proposition de M. MerleaucPonty ne laisse pas d'être paradoxale lorsque dans une même formule, il soutient que la philosophie est à la fois tragique et non sérieuse. Ces deux affirmations sont-elles conciliables ? N'y a-t-il pas là une contradiction? Tel sera l'objet de notre débat. 1. LA PHILOSOPHIE COMME -rRAGIQUE 1. l'attitude philosophique est naturellement vouée à une sorte de tension qui cherche à pousser l'homme, comme ·le dit Nietzsche, à vivre dangereusement. A cet égard, le meilleur témoin serait le sage stoïcien répondant à Néron : « T'avais-je jamais dit que je fusse immortel ? ». »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles