Aide en Philo

La justice a-t-elle pour fonction de compenser les inégalités naturelles ?

Extrait du document

Comment se forment les inégalités, quand intervient l'institution de justice ?

1. Le lieu où se forment les inégalités entre les hommes est le groupe social institué, c'est-à-dire la société. En effet, toute société est un groupe d'hommes qui manifeste deux caractères antagonistes : la spécialisation des rôles, des formes de travail, des modes de production et de satisfaction des besoins entraîne des hiérarchies entre les fonctions et les rôles sociaux ; cette non-équivalence se reporte sur ceux qui assument ces fonctions ou ces rôles, et elle est rendue juste, acceptable par des critères d'utilité, d'habileté, de «dons» intellectuels ou manuels. Cette spécialisation entraîne la nécessité de l'échange, de la coopération pour que le groupe vive en cohésion avec pour critères : la sûreté, la sécurité intérieure et extérieure.

2. Les premières sources d'inégalité sont donc la société en tant que groupe dans lequel s'équilibrent des forces de pression et de résistance. L'équilibre est maintenu par une liaison nécessaire entre hiérarchie et échanges qui s'exprime dans la règle dont la fonction est de régulariser les rapports, créer les échanges, solutionner les tensions.

3. Une des premières fonctions de la règle est ainsi de rendre juste les rapports hiérarchiques et les rapports de coopération.

— L'idée de justice est inséparable de celle de droit (jus). Être juste c'est agir selon le droit. De là deux sens possibles du mot : la justice pourra consister à avoir une conduite conforme au droit légal ou conforme au droit moral. Il s'agit aussi de l'appareil judiciaire, de l'ensemble des tribunaux.  — La « fonction » est le rôle, la finalité.  — « Compenser » signifie corriger, réparer.  — Quand on parle d'« inégalités naturelles », le terme de nature renvoie aux phénomènes physiques, chimiques, biologiques. Les hommes sont en effet naturellement différents physiquement, intellectuellement, psychologiquement.  

« La justice a-t-elle pour fonction de compenser les inégalités naturelles ? Compréhension du sujet A.

Sens des mots de l'énoncé : — L'idée de justice est inséparable de celle de droit (jus).

Être juste c'est agir selon le droit.

De là deux sens possibles du mot : la justice pourra consister à avoir une conduite conforme au droit légal ou conforme au droit moral.

Il s'agit aussi de l'appareil judiciaire, de l'ensemble des tribunaux. — La «fonction» est le rôle, la finalité. — «Compenser» signifie corriger, réparer. — Quand on parle A'«inégalités naturelles», le terme de nature renvoie aux phénomènes physiques, chimiques, biologiques.

Les hommes sont en effet naturellement différents physiquement, intellectuellement, psychologiquement. B.

Sens de la question : Le terme de fonction invite à penser que la justice ici est d'abord la réalité sociale des codes du droit positif, de leur fonctionnement et de ce qu'ils engendrent.

Si le terme de nature renvoie à la totalité des phénomènes physiques, il y aurait contradiction à parler à la fois de justice, donc de phénomène culturel et d'inégalités naturelles, car la nature n'obéit pas à des lois institutionnelles.

Mais l'homme, être de nature, ne devient homme que dans un milieu social humain. C.

Présupposés de la question : Si les hommes sont inégaux par nature, il semblerait normal par définition que la justice corrige ces inégalités en vertu d'une idée de répartition, d'équilibre, d'harmonie entre les hommes.

La justice dans ses fonctions se propose cette fin.

Mais on peut douter qu'elle y parvienne et est-ce bien dans sa nature ? D.

Formulation du problème : Il s'agit ici de savoir si l'institution de justice est un ensemble d'institutions qui par équilibrations réciproques «compense», c'est-à-dire corrige, répare des inégalités d'origine essentiellement culturelles. Recherche des idées A.

Rappel : - Les «devoirs de justice» sont fondés sur le respect du droit d'autrui.

Selon les jurisconsultes anciens, la justice consiste dans la volonté que l'on a de donner à chacun ce qui lui est dû.

Par là même, l'idée de justice implique celle d'une répartition équitable selon les mérites : c'est l'idée de justice distributive. - Dans l'Antiquité, cette justice est conçue comme anti-égalitaire : elle repose sur l'ordre, la hiérarchie : selon Platon, la fonction de la justice est de réaliser l'harmonie dans l'homme et dans la société en maintenant chaque partie de l'âme (esprit, passions généreuses, appétits) et chaque classe sociale (philosophes, guerriers, artisans) dans sa fonction propre, c'est-à-dire en assurant la prédominance du supérieur sur l'inférieur.

Selon Aristote, la distribution des richesses, pour être juste, doit être faite selon la dignité du citoyen, son rang.

Il y a ainsi une égalité des rapports entre la dignité de chacun et les avantages qui lui sont accordés. - Les Modernes ne demandent plus l'égalité des rapports mais entre des êtres.

Tous les individus sont égaux en droit, la dignité de la personne humaine n'est pas susceptible de degrés.

Dès lors, la justice serait égalitaire, les inégalités existant parmi les hommes apparaissant comme injustes.

En ce sens, le sentiment de la justice amène à opposer à l'ordre de fait un ordre de droit conçu comme plus légitime que lui. B.

Bibliographie : - PLATON, La République (livre IV). - ROUSSEAU, Discours sur l'origine de l'inégalité. - MARX, Le Manifeste du parti communiste. - La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Organisation du développement A.

Introduction : Pourquoi cette question ? L'homme est un être de nature étant un individu biologique, mais il ne peut devenir lui-même un être humain.

Il ne devient homme que dans la mesure où son développement se fait dans un milieu social humain.

Ainsi l'évolution, la formation, les aptitudes de l'individu humain ne s'effectuent que si le milieu le permet.

Or si tout enfant ne naît pas avec les mêmes aptitudes qu'un autre, il est évident qu'il évolue dans des milieux favorisés ou défavorisés. Formulation du problème : II s'agit alors de savoir si l'institution de justice corrige, ajuste, répare des inégalités d'origine essentiellement culturelle. Orientation de la recherche : Il faudrait d'abord analyser où se forment les inégalités, comment elles s'entretiennent ou se perpétuent ; puis étudier la manière dont jouent les institutions pour corriger ces inégalités ; et enfin déterminer les statuts possibles. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles