Aide en Philo

La double mémoire de l'Occident - Armand Abécassis

Extrait du document

La double mémoire de l'Occident - Armand Abécassis La civilisation européenne est incompréhensible si on oublie qu'a coté de l'héritage gréco-romain,qui lui a légué la raison philosophique et juridique celui de Jérusalem a fauconné sa spiritualité son âme. Nous traversons tout le cursus des études,depuis l'enfance jusqu'aux diplôme universitaires sans avoir entendu parler de l'histoire biblique sinon comme celle qui concerne les religieux.sur la façade de notre dame à Paris 28 rois veillent de jour et de nuit sur les parisiens:combien parmi eux savent que ce sont des rois de Judée ancêtres de jésus et non ancêtre de louis XVI ? Et comment comprendre Montaigne,Racine, Hugo, Claudel ou Valéry sans culture biblique ? Les racines de l'occident sont biblique,c'est a dire d'abord juives.c'est la thorah qui a travers le christianisme lui a fourni ses principales valeurs mais c'est l'église qui a commencé par estomper la référence directe aux textes juifs et interdisant de les lires et en leur accordant une valeur négative quand les protestants s'y rapportèrent. La 3eme république étendra l'interdit au "nouveau testament" en bannissant la bible de la scolarité.La culture française se trouva ainsi déracinée. Or,quelle que soit notre conviction religieuse ou laïque,il nous faut reconnaitre la double mémoire de notre civilisation occidentale: celle "painne" reçues de la Grèce et de Rome et celle monothéiste hérité de la Thorah et des Évangiles. D'Athènes nous avons recueilli le logos opposé au mythos.l'universel que les Babyloniens lisaient dans le ciel a travers leur astronomie et leur astrologie revétit une nature chez les grecs qui le caractérisèrent par la raison et ses principes.Ils forgèrent le concept d'être. D'après eux,la pensée humaine est capable de le connaitre.Quand elle coïncide avec lui et qu'elle fonde ainsi son savoir,on dit qu'elle atteint la vérité,c'est a dire son adéquation a ce qui est.Ce savoir vrai est doublement nécessaire puisqu'il permet d'agir sur le monde et de le connaitre.Il permet surtout de déduire ce qui doit être,la morale étant considérée comme l'épanouissement de ce qui est.Il s'agit donc,dans ce type de culture,de connaitre pour faire et pour bien faire.Tout y dépend de la vérité c'est a dire du concept et de la vérification.Mais son autre racine,celle qui lui vient de Jérusalem lui rappelle qu'il ne suffit pas de connaitre pour bien faire.La faute ne peut être réduite a l'erreur,ni le mal seulement découler de l'ignorance. Le message de la Jérusalem biblique d'abord,puis évangélique,est celui du sens et de l'exigence morale.Il proclame que l'histoire humaine ne peut reposer sur la maitrise du monde qui n'est pas une fin en soi,mais sur la prévalence de la conduite morale et sa transcendance par rapport a la science,au politique,à l'institution.En prescrivant par la bouche des prophètes de nourrir ceux qui ont faim et de défendre ceux qui sont persécutés,la Bible exige l'obéissance,sans condition,avant tout savoir,aux obligations qui émanent de chaque singularité,ici et maintenant. telle est la double mémoire de l'Occident:la recherche de l'universalité par l'abstraction et par les idées,et le souci de la personnalité concrète et de la justice qui doit lui être rendue par la reconnaissance de sa valeur au sein de l'entreprise commune.En d'autres termes,l'occident se détermine en résorbant les tensions,ou en les équilibrant tout au moins,entre l'intériorité et l'extériorité,entre le savoir intellectuel et l'esprit,entre le sujet et l'objet,entre le fait et le droit,entre ce qui est et ce qui doit être. Nous ne devons pas accepter que la culture se fonde et se construise sur la vérité exclusive c'est a dire sur le fonctionnement catégoriel et conceptuel de la raison à l'exclusion du sens et de son fonctionnement symbolique.- Thème (ce dont il est question) : Il s'agit ici d'un extrait d'un texte de Armand Abécassis dans lequel l'auteur expose quelles sont les racines de l'Occident.   - Problème (ce qui fait question) : Abécassis entreprend une sorte de travail de mémoire en vue de rendre justice à la culture juive qui a eu une grande influence sur la civilisation occidentale, même si cette influence a été gommée. Tente de faire le lien entre le judaïsme et le christianisme. - Thèse (proposition philosophique défendue par l'auteur) : Pour Abécassis, il s'agit de voir dans quelle mesure la Bible et la Thora ont influencé la culture occidentale et lui ont forgé son identité. La Grèce n'est pas la seule source de la civilisation de l'Occident.  - Structure (manière dont est composée le texte) à Si le commentaire est composé, il faut dégager 3 thèmes, 3 manière d'aborder le problème par l'auteur, et dans le corps du commentaire, commenter et développer ces thèmes en s'appuyant sur le texte, sans le suivre linéairement. Si le commentaire est linéaire, il est possible de découper le texte en 2 ou 3 parties, de dégager leur thème, et de les commenter ligne à ligne.   Nous allons ici, pour des besoins de compréhension, utiliser la méthode du commentaire linéaire : Au départ « La civilisation européenne est incompréhensibilité ... La culture française se trouva ainsi déracinée ». Abécassis étudie la place qu'occupent la culture religieuse et la foi dans l'éducation scolaire des enfants, notamment à travers l'exemple de la France. « Or, quelle que soit notre conviction religieuse... découler de l'ignorance » : Abécassis explique que la civilisation occidentale est issue d'une double tradition : grecque et juive. Il explore tout d'abord la piste grecque. « Le message de la Jérusalem biblique... fonctionnement symbolique » : Montre l'importance de la culture juive pour le fondement de l'identité occidentale, et comment cet Occident se caractérise par sa capacité à assimiler des cultures différentes, et résorbe les tensions entre elles.

« Introduction : - Thème (ce dont il est question) : Il s'agit ici d'un extrait d'un texte de Armand Abécassis dans lequel l'auteur expose quelles sont les racines de l'Occident. - Problème (ce qui fait question) : Abécassis entreprend une sorte de travail de mémoire en vue de rendre justice à la culture juive qui a eu une grande influence sur la civilisation occidentale, même si cette influence a été gommée. Tente de faire le lien entre le judaïsme et le christianisme. - Thèse (proposition philosophique défendue par l'auteur) : Pour Abécassis, il s'agit de voir dans quelle mesure la Bible et la Thora ont influencé la culture occidentale et lui ont forgé son identité.

La Grèce n'est pas la seule source de la civilisation de l'Occident. - Structure (manière dont est composée le texte) à Si le commentaire est composé, il faut dégager 3 thèmes, 3 manière d'aborder le problème par l'auteur, et dans le corps du commentaire, commenter et développer ces thèmes en s'appuyant sur le texte, sans le suivre linéairement.

Si le commentaire est linéaire, il est possible de découper le texte en 2 ou 3 parties, de dégager leur thème, et de les commenter ligne à ligne. Nous allons ici, pour des besoins de compréhension, utiliser la méthode du commentaire linéaire : Au départ « La civilisation européenne est incompréhensibilité … La culture française se trouva ainsi déracinée ». Abécassis étudie la place qu'occupent la culture religieuse et la foi dans l'éducation scolaire des enfants, notamment à travers l'exemple de la France. « Or, quelle que soit notre conviction religieuse… découler de l'ignorance » : Abécassis explique que la civilisation occidentale est issue d'une double tradition : grecque et juive.

Il explore tout d'abord la piste grecque. « Le message de la Jérusalem biblique… fonctionnement symbolique » : Montre l'importance de la culture juive pour le fondement de l'identité occidentale, et comment cet Occident se caractérise par sa capacité à assimiler des cultures différentes, et résorbe les tensions entre elles. Développement : Pour chaque partie, il faut : 1) dire ce que l'on va faire, présenter le thème du passage que l'on va expliquer.

2) faire ce que l'on a dit, expliquer le passage proprement dit, 3) conclure la partie en disant ce que l'on a fait et ce qu'il reste à faire.

Préciser ce que l'on a dégagé de l'explication. I/ La place de la culture religieuse : La civilisation européenne est incompréhensibilité si on oublie qu'a coté de l'héritage Gréco-romain romain, qui lui a légué la raison philosophique et juridique celui de Jérusalem a façonné sa spiritualité son âme. Nous traversons tout le cursus des études, depuis l'enfance jusqu'aux diplôme universitaires sans avoir entendu parler de l'histoire biblique sinon comme celle qui concerne les l'areligieux la façade de notre dame a paris 28 rois veillent de jour et de nuit sur les parisiens: combien parmi eux savent que ce sont des rois de Judée ancêtres de jésus et non ancêtre de louis XVI ? Et comment comprendre Montaigne, Racine, Hugo, Claudel ou Valéry sans culture biblique? Les racines de l'occident sont biblique, c'est a dire d'abord juives.

c'est la thora qui a travers le christianisme lui a fourni ses principales valeurs mais c'est l'église qui a commencé par estomper la référence directe aux textes juifs et interdisant de les lires et en leur accordant une valeur négative quand les protestants s'y rapportèrent.

La 3eme république étendra l'interdit au "nouveau testament" en bannissant la bible de la scolarité.

La culture française se trouva ainsi déracinée. ● D'emblée, l'auteur expose le but de son travail : il s'agit d'éclairer les racines de la civilisation occidentale, et de rendre justice à la culture juive.

En effet, selon l'auteur, la civilisation européenne est issue de deux héritages fort différents, mais qui se complètent : l'héritage gréco-romain, et l'héritage de Jérusalem. La culture grecque a en effet influencé et légué la raison philosophique.

Dès le Moyen Age, et encore par la suite, les théologiens menaient de longues disputatio en se basant sur des anciens.

On peut ainsi citer la querelle des universaux - qui cherche à savoir si les concepts universels (homme, animal…) ont une réalité qui leur correspond – qui a pour origine un travail de Porphyre, un philosophe néo platonicien du IIIe siècle.

Aristote est aussi un auteur très discuté, non seulement au Moyen âge, mais encore pendant la renaissance, et au XVIIe, notamment sur le problème de la manière dont il fallait représenter le théâtre. à En ce qui concerne la philosophie et la raison, l'Occident tient donc bien son héritage des Grecs. En ce qui concerne l'héritage juridique, c'est Rome qui le lui a légué.

En effet, lorsque les Romains ont envahi la Grèce, ils lui ont imposé leur régime politique et leurs lois, ainsi que des coutumes civiles.

Par exemple, César repense le calendrier, et impose le nom des mois de l'année.

La manière de gouverner change aussi considérablement, les lois sont plus codifiées. à En ce qui concerne la Justice, c'est Rome qui a influencé l'Occident. ● Mais la philosophie et la justice ne sont pas les seules caractéristiques d'une culture, la religion est elle aussi très importante.

Pourtant, si on regarde la religion grecque ou romaine, on s'aperçoit qu'il n'y a aucun point commun entre elles et la religion chrétienne.

En effet, ces anciennes civilisations se caractérisent par une multiplicité de dieu.

Ceci sans compter que les rites sont différents.

Pour les Grecs, tout comme pour les Romains, il n'y a pas de vraie foi dans le sens où il n'y a pas une croyance aveugle et désintéressée dans les dieux.

Ces derniers vivent dans un monde parallèle à celui des hommes, et ont le même type de vie que les humains.

Ils ne sont. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles