Aide en Philo

La création est-elle le propre de l'art ?

Extrait du document

« VOCABULAIRE: CRÉER / CRÉATION (n.

f.) 1.

— (Lato) Toute production, avec l'idée d'une nouveauté de son objet (création du monde, d'une route, d'une oeuvre d'art).

2.

— Dans la tradition judéo-chrétienne, acte par lequel Dieu donne naissance au monde : en ce sens, la Création est création à partir de rien (creatio ex nihilo).

3.

— Apparition de quelque chose qui ne résulte pas des données : en ce sens, on a tendance à faire de toute création une création ex nihilo, quelque chose de mystérieux ; c'est pourquoi les matérialistes préfèrent employer le terme de production qui implique un processus matériel (ainsi dit-on production littéraire pour création littéraire).

4.

— Invention.

5.

— Création continuée : pour les cartésiens, action identique à la création initiale par laquelle Dieu conserve le monde dans l'existence.

6.

— Créativité : faculté de créer, de produire des idées nouvelles ; disposition qui pousse à l'invention. ART: 1) Au sens ancien, tout savoir-faire humain, toute pratique produisant un résultat non naturel (artificiel).

2) Au sens esthétique moderne, production ou création d'oeuvres destinées à plaire (beaux-arts), c'est-à-dire à susciter par leur aspect, une appréciation esthétique positive. Oeuvre d'art : ensemble organisé de signes et de matériaux manifestant un idéal de beauté. Le concept de création peut s'entendre de deux manières différentes.

Il y a d'une part la création entendue comme production : elle est l'œuvre d'un agent doué d'une volonté, qui fait advenir quelque chose à l'être en vue d'une fin donnée, et sans l'intervention duquel cette chose serait demeurée dans le néant.

Mais la création comme production peut s'entendre également comme une opération de mise en forme : le créateur est celui qui agence une matière qu'il n'a en revanche pas créée.

Platon dans le Timée expose cette idée en évoquant une création du monde sur le modèle de l'artisanat : le créateur est celui qui modèle la chora, donné brut qu'il change en matière organisée.

Le second concept de création est celui d'événement.

La création ne désigne que le passage d'un état à un autre, du rien au quelque chose, sans que l'on puisse imputer cette translation à un quelconque agent.

Le problème que pose ce concept n'est pas celui de l'existence, mais celui du temps : à quel moment se produit ce passage du rien au quelque chose ? Le monde a-t-il été créé à un moment donné, identifiable ? Ou s'agit-il d'une opération atemporelle qu'il n'est pas besoin de dater, de justifier ? Lorsque nous parlons d'une caractéristique qui appartient « en propre » à un être ou une chose, nous désignons une caractéristique distinctive, qui fait de cette chose ce qu'elle est de sorte qu'elle la définit à la fois dans son identité et son altérité : c'est-à-dire comme ce qu'elle est en elle-même et comme ce qu'elle est d'unique par rapport aux autres. En employant le terme d'art, nous désignons en vérité deux réalités distinctes.

Jusqu'au dix-huitième siècle, le terme « art » désignait l'ensemble des techniques de production d'artefacts : tel était encore le cas dans le Discours sur les sciences et les arts (1750) de Jean-Jacques Rousseau.

Ainsi, l'activité de l'artiste et celle de l'artisan étaient recouvertes par le même terme.

Or, il semble que ces deux activités ne soient pas entièrement réductibles l'une à l'autre, qu'elles possèdent chacune une spécificité à élucider.

Par conséquent, il nous faudra au cours de ce travail préciser d'une part ce qui distingue l'art de l'horloger de celui du poète, l'activité du coutelier de celle du plasticien ; et toujours préciser à laquelle de ces deux activités singulières nous pensons lorsque nous employons le signifiant « art ». En demandant si la création est le propre de l'art, nous posons en réalité un faisceau de question.

En effet, si le concept de création s'entend à la fois comme évènement et comme production, nous devons déjà déterminer lequel de ces deux concepts caractérise l'art, d'une part, et s'il lui appartient en propre, c'est-à-dire exclusivement, de l'autre. La question au centre de notre réflexion sera donc de déterminer si le concept de création comme production ou celui de création comme évènement est le propre de l'art. I. Le concept de création comme production : capable de définir l'identité et l'altérité de l'art L'art est par définition une activité créatrice Nous commencerons par dire que la création est bel et bien une caractéristique de l'art.

En effet, nous pouvons dire à juste titre que l'art est une activité créatrice, dans la mesure où elle répond à toutes les exigences pour cela. Créer, comme le montre Platon dans le Timée, c'est informer une matière préexistante à l'activité créatrice.

Il en va rigoureusement de même en ce qui concerne l'activité artistique, où un artiste s'empare d'une matière pour l'informer. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles