Aide en Philo

La conscience ?

Extrait du document

C'est essentiellement avec Descartes (1596-1650) que «conscience» prend une signification nouvelle, et désigne désormais la saisie immédiate de la pensée par elle-même. Nécessairement, si je pense, je sais que je pense : aussi, écrit Descartes, «par le nom de pensée, j'entends tout ce qui se fait en nous de façon que nous en soyons conscients, et pour autant que nous en avons conscience» (Principes de la philosophie, I, 9 - 1645).

 

 

 

« Un concept né sur le sol de la philosophie moderne Le terme latin conscientia exprimait originairement le fait d'avoir la connaissance de quelque chose.

Quant au mot français «conscience», jusqu'au XVIIe siècle, il fut surtout employé dans un contexte moral.

Il désignait le retour réflexif d'un sujet sur ses propres actions afin de les évaluer et de les juger.

Autrement dit, «conscience» signifiait à peu près sens moral - comme dans la célèbre formule de Rabelais : «science sans conscience n'est que ruine de l'âme». C'est essentiellement avec Descartes (1596-1650) que «conscience» prend une signification nouvelle, et désigne désormais la saisie immédiate de la pensée par elle-même.

Nécessairement, si je pense, je sais que je pense : aussi, écrit Descartes, «par le nom de pensée, j'entends tout ce qui se fait en nous de façon que nous en soyons conscients, et pour autant que nous en avons conscience» (Principes de la philosophie, I, 9 - 1645). Descartes : «je pense, donc je suis» Qui sait si mes sens ne m'induisent pas en erreur en toute occasion ? Comment suis-je assuré de ne pas rêver alors même que j'estime être éveillé ? Et pourquoi un Dieu ne me tromperait-il pas, lorsque je crois percevoir avec évidence que 2 et 3 font 5 ? A ces trois raisons de douter, Descartes ajoute un «pantin méthodologique», qu'il appelle le Malin génie : il suppose qu'il est constamment trompé par cette sorte de Satan épistémologique. «Qu'il me trompe tant qu'il voudra, écrit Descartes, il ne saurait jamais faire que je ne sois rien, tant que je penserai être quelque chose» (Méditations métaphysiques, 1641).

La conscience d'exister, la certitude de ce que j'existe au moins comme conscience, constitue ainsi la première vérité de la philosophie cartésienne.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles