Aide en Philo

Fiche de cours en philo : L'HISTOIRE .

Extrait du document

• L'histoire est une des questions du programme de philosophie qui appelle le plus de sujets de baccalauréat. • Le mot «histoire» désigne soit une étude s'efforçant de connaître le passé de l'homme (§ 2, 3, 4), soit l'ensemble des états par lesquels passe une réalité. Prise en ce second sens, l'histoire soulève des problèmes philosophiques exposés à partir du paragraphe 5 : l'histoire peut-elle échapper au morcellement? va-t-elle vers une fin ultime? etc. • Parler du sens' de l'histoire, c'est parler de l'ordre rationnel de l'histoire, de son but et de son terme (§ 5). • On appelle philosophie de l'histoire une synthèse ultime permet-tant d'intégrer et de comprendre les moments historiques particuliers (§ 5). Il existe plusieurs grands modèles de philosophie de l'histoire, parmi lesquels vous devez retenir la construction de Hegel (§ 6, 7, 8) et celle de Marx (§ 9, 10, 11). • Pour Hegel, c'est l'Idée, c'est-à-dire un principe spirituel supérieur immanent au monde, qui est le créateur de l'histoire conçue comme un tout. Au contraire, pour Marx, ce sont les productions matérielles de la vie qui déterminent le processus historique. • Les grandes philosophies de l'histoire sont, de nos jours, soumises à une critique très sévère, de la part tant des historiens eux-mêmes que des philosophes (§ 12).

« • L'histoire est une des questions du programme de philosophie qui appelle le plus de sujets de baccalauréat. • Le mot «histoire» désigne soit une étude s'efforçant de connaître le passé de l'homme (§ 2, 3, 4), soit l'ensemble des états par lesquels passe une réalité.

Prise en ce second sens, l'histoire soulève des problèmes philosophiques exposés à partir du paragraphe 5 : l'histoire peut-elle échapper au morcellement? va-t-elle vers une fin ultime? etc. • Parler du sens' de l'histoire, c'est parler de l'ordre rationnel de l'histoire, de son but et de son terme (§ 5). • On appelle philosophie de l'histoire une synthèse ultime permet-tant d'intégrer et de comprendre les moments historiques particuliers (§ 5).

Il existe plusieurs grands modèles de philosophie de l'histoire, parmi lesquels vous devez retenir la construction de Hegel (§ 6, 7, 8) et celle de Marx (§ 9, 10, 11). • Pour Hegel, c'est l'Idée, c'est-à-dire un principe spirituel supérieur immanent au monde, qui est le créateur de l'histoire conçue comme un tout.

Au contraire, pour Marx, ce sont les productions matérielles de la vie qui déterminent le processus historique. • Les grandes philosophies de l'histoire sont, de nos jours, soumises à une critique très sévère, de la part tant des historiens eux-mêmes que des philosophes (§ 12). I — Histoire : ambiguïté du terme Le terme d'histoire est ambigu et désigne deux ordres de réalité fort différents : d'une part, les événements, les actes, les faits du passé, c'est-à-dire la réalité historique objective, d'autre part, la recherche historique et la science du devenir des hommes et des sociétés, qui représentent la face subjective de l'histoire.

La situation de l'homme par rapport à l'histoire est à l'origine de cette ambiguïté.

En effet, dans une science expérimentale (physique, chimie, etc.), l'homme crée une connaissance et une théorie qui, en principe, se détachent de lui pour devenir universelles et indépendantes.

La connaissance historique, au contraire, ne peut se séparer des hommes qui sont dans l'histoire, qui la font, ou qui s'efforcent de lui donner une intelligibilité. II — Le fait historique et sa construction Le discours historique est une reconstruction intellectuelle du passé, une re-création.

Ici, l'examen du fait historique est tout à fait significatif : il représente le produit d'un processus d'abstraction.

Une masse immense de matériaux est à la disposition de l'historien sous forme d'archives et de témoignages ; il faut choisir, sélectionner et construire des faits historiques privilégiés qui rassemblent et expliquent ces éléments épars.

Ainsi l'historien produit-il le fait historique véritable. III — Établir des faits : une connaissance valide et vraie Le caractère personnel et relativement arbitraire des choix et donc de la «production» des faits historiques n'enlève toutefois pas à l'histoire sa nature scientifique.

Certes, le savoir' historique ne vise pas à une objectivité comparable à celle des sciences de la nature, et l'historien ne s'efface jamais totalement derrière les documents.

L'établissement des faits historiques s'appuie cependant sur des règles de recherche très strictes (critique des documents, multiplicité concordante des témoignages, etc.) qui en font une connaissance valide et vraie. IV — L'histoire est cependant inséparable de l'historien Adossé solidement à ces faits, l'historien va dès lors tenter une synthèse, en établissant des relations de causalité et des liens entre les événements pour donner à la série des faits historiques une intelligibilité.

Le choix de l'objet historique (par exemple la Révolution française), l'orientation des recherches dépendent, en profondeur, des vues personnelles de l'historien qui ne saurait rester froid devant l'histoire.

Il est, au surplus, impossible de fournir des liaisons parfaitement objectives et démontrées entre les faits, tant ceux-ci sont complexes, enchevêtrés et parfois incertains.

On voit ainsi les marxistes faire une lecture de l'histoire à la lumière des théories matérialistes de Marx dont ils ont adopté les valeurs fondamentales. V — Le sens de l'histoire Cependant, le pur récit historique qui privilégie un événement nous laisse dans l'éparpillement analytique.

Les constructions historiques sont multiples et variées.

Une synthèse véritable et ultime semble alors requise, pour intégrer les divers moments historiques.

L'homme prend ainsi conscience, qu'il a une Histoire, répondant ainsi au besoin d'intelligibilité de l'esprit humain par la création des philosophies de l'histoire. Quel est le noyau des grandes philosophies de l'histoire? C'est le concept de sens de l'histoire : l'histoire des hommes prise comme totalité connaîtrait un ordre profond, un but et une fin.

Elle irait vers un achèvement final. VI — Dépasser «la cohue bigarrée de l'histoire» Hegel, au xixe siècle, a magnifiquement illustré ce courant.

Sa philosophie de l'histoire semble apporter un principe d'intelligibilité à la poussière des événements historiques dont la multitude s'offre à nous.

Car l'histoire est une. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles