Aide en Philo

Fiche de cours en philo : LE SENS .

Extrait du document

• Bien que ce concept ne suscite directement que très peu de sujets de baccalauréat, ne le considérez pas comme secondaire. Bien au contraire, la notion de sens éclaire une multiplicité de thèmes.  • Prenez bien garde aux pièges et ambiguïtés de ce terme (exemple : le sens de l'histoire et le sens d'un concept). Hegel a souligné la pluralité des significations du mot «sens» (§ 1).  • Distinguez bien la compréhension phénoménologique du sens illustrée par les travaux de Sartre ou Merleau-Ponty (§ 2) et l'herméneutique de Ricoeur (§ 4). Il s'agit de deux méthodes différentes pour dégager le sens du réel.  • Si nous abordons le problème métaphysique du sens, il s'avère que le sens intelligible éclairant notre existence dans le monde ne va nullement de soi (§ 5) : on parle alors, avec Nietzsche, de nihilisme. Ce philosophe a décrit l'étape nihiliste qui est la nôtre (Conclusion).            

« • Bien que ce concept ne suscite directement que très peu de sujets de baccalauréat, ne le considérez pas comme secondaire.

Bien au contraire, la notion de sens éclaire une multiplicité de thèmes. • Prenez bien garde aux pièges et ambiguïtés de ce terme (exemple : le sens de l'histoire et le sens d'un concept). Hegel a souligné la pluralité des significations du mot «sens» (§ 1). • Distinguez bien la compréhension phénoménologique du sens illustrée par les travaux de Sartre ou Merleau-Ponty (§ 2) et l'herméneutique de Ricoeur (§ 4).

Il s'agit de deux méthodes différentes pour dégager le sens du réel. • Si nous abordons le problème métaphysique du sens, il s'avère que le sens intelligible éclairant notre existence dans le monde ne va nullement de soi (§ 5) : on parle alors, avec Nietzsche, de nihilisme.

Ce philosophe a décrit l'étape nihiliste qui est la nôtre (Conclusion). I — Le concept de sens Voici un terme d'une richesse étonnante et dont les acceptions se révèlent d'une grande diversité : le sens désigne, tout d'abord, une fonction sensorielle, la faculté d'éprouver une classe de sensations.

Ainsi parle-t-on des organes des sens, du sens tactile ou auditif, par exemple. Mais le sens signifie aussi, en second lieu, ce que communiquent à l'esprit un mot ou un signe.

Ici, le sens désigne la signification d'un phénomène. Enfin, le sens peut être défini, en une troisième acception, comme l'orientation d'un mouvement, comme l'ordre dans lequel un mobile parcourt une série de points.

Ainsi parle-t-on du sens des aiguilles d'une montre. Cette pluralité de signification a été bien soulignée par Hegel dans les Leçons d'Esthétique : «Sens est en effet un mot curieux qui est...

employé selon deux significations opposées.

D'une part, il désigne en effet les organes qui président à l'appréhension immédiate; d'autre part nous appelons sens la signification d'une chose, son idée, ce qu'elle a d'universel.

C'est ainsi que le sens se rapporte d'une part au côté immédiatement extérieur de l'existence et d'autre part à son essence intérieure.

» (Hegel, Leçons d'Esthétique) II — Sens et projet La philosophie ne retient guère le premier sens du terme (la fonction sensorielle) et porte essentiellement sa réflexion sur les deux autres acceptions du mot, c'est-à-dire la signification et l'orientation. Ici — comme l'ont bien montré les existentialistes' — c'est le projet humain, c'est-à-dire l'acte par lequel un sujet sort de soi et s'extériorise, qui éclaire la notion de sens.

En effet, l'homme est un «pro jet», il se transcende vers le monde et y introduit ainsi une signification interne et une orientation.

En eux-mêmes, les phénomènes sont neutres et vides de sens.

Parler du sens d'un cours d'eau ou du sens d'une phrase, c'est toujours parler de la conscience, du pro jet humain se dépassant, hors de lui-même, vers ce qui n'est pas lui.

Sous les principales acceptions du mot sens, nous retrouvons la notion fondamentale d'un être orienté vers ce qu'il n'est pas. « Le sens d'un cours d'eau, ce mot ne veut rien dire si je ne suppose pas un sujet qui regarde d'un certain lieu vers un autre.

Dans le monde en soi, toutes les directions comme tous les mouvements sont relatifs, ce qui revient à dire qu'il n'y en a pas...

De même encore, le sens d'une phrase, c'est son propos ou son intention, ce qui suppose encore un point de départ et un point d'arrivée, une visée, un point de vue.» (M.

Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception) III — Comprendre et expliquer La saisie du sens par le projet humain porte le nom de compréhension.

Qu'est-ce que comprendre? C'est appréhender une signification immanente à la réalité humaine, c'est ressaisir, de l'intérieur, le sens de l'expérience vécue propre à un sujet.

Si je désire, par exemple, expliquer la nuit du 4-Août 1789 (où les trois Ordres assemblés abolissent les privilèges), je dois appréhender intérieurement le vécu psychologique des agents historiques.

Sans cet outil qu'est la compréhension, nul moyen d'expliciter le phénomène historique. La compréhension du sens semble donc indispensable aux sciences qui étudient les phénomènes humains — les sciences humaines — telles la psychologie ou l'histoire.

Au contraire, l'explication est requise pour les sciences de la nature, telle la physique.

Expliquer, c'est trouver, de l'extérieur, un rapport entre deux choses.

Comprendre, c'est, par intuition, coïncider avec des états vécus.

On n'élucide pas la conduite des hommes à la manière dont on explique le comportement des fourmis ou les mouvements des électrons. Bien avant les existentialistes, le penseur allemand Wilhelm Dilthey (1833-1911) avait distingué radicalement la compréhension du sens et l'explication : on explique la nature et on comprend l'homme. «Nous appelons compréhension le processus par lequel nous connaissons un «intérieur» à l'aide de signes perçus de l'extérieur par nos sens...

le processus par lequel nous connaissons quelque chose de psychique à l'aide de signes sensibles qui en sont la manifestation.» (W.

Dilthey, Le monde de l'esprit) IV — La méthode herméneutique Jusqu'ici, c'est sur le «sens vécu» des phénomènes que nous nous sommes interrogés.

Mais on peut s'attacher aussi au sens latent ou caché des choses et le distinguer du sens apparent.

Ainsi, l'herméneutique, science de l'interprétation- déchiffre-t-elle ce sens caché ou travesti.

C'est une méthode permettant d'interpréter, d'obtenir un. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles