Aide en Philo

Fiche de cours en philo : LE DEVOIR .

Extrait du document

xxx .

• Si le thème du devoir ne suscite en lui-même que peu de sujets de baccalauréat, cependant le candidat ne peut faire l'économie d'une réflexion sur l'obligation kantienne, nerf de la théorie morale qui fait, elle, l'objet de nombreux sujets d'examen. Le thème central de cette fiche est le suivant : le devoir est obéissance à une loi morale universelle que nous construisons nous-mêmes. Devoir et autonomie de la volonté sont indissociables (Kant). • Distinguez bien obligation morale (libre) et nécessité (à laquelle je ne puis me soustraire) [§ 1]. • Kant a souligné, en une analyse classique et fondamentale, le caractère a priori du devoir (§ 2) et sa dimension catégorique, et non point hypothétique (§ 3). Trois formules du devoir sont énoncées par Kant, correspondant à l'universalisation de la maxime (§ 4), au respect de la personne (§ 5) et à l'autonomie de la volonté (§ 6). • Nietzsche a vivement réagi contre l'universalisation kantienne, qui répudie le concret et l'unique du champ de la morale (§ 7). • Bergson critique, lui aussi, un impératif catégorique universel qui se ramène, selon lui, à une consigne militaire (§ 8). • Mais Nietzsche et Bergson n'ont fait que caricaturer la théorie kantienne (conclusion).

« • Si le thème du devoir ne suscite en lui-même que peu de sujets de baccalauréat, cependant le candidat ne peut faire l'économie d'une réflexion sur l'obligation kantienne, nerf de la théorie morale qui fait, elle, l'objet de nombreux sujets d'examen.

Le thème central de cette fiche est le suivant : le devoir est obéissance à une loi morale universelle que nous construisons nous-mêmes.

Devoir et autonomie de la volonté sont indissociables (Kant). • Distinguez bien obligation morale (libre) et nécessité (à laquelle je ne puis me soustraire) (§ 1]. • Kant a souligné, en une analyse classique et fondamentale, le caractère a priori du devoir (§ 2) et sa dimension catégorique, et non point hypothétique (§ 3).

Trois formules du devoir sont énoncées par Kant, correspondant à l'universalisation de la maxime (§ 4), au respect de la personne (§ 5) et à l'autonomie de la volonté (§ 6). • Nietzsche a vivement réagi contre l'universalisation kantienne, qui répudie le concret et l'unique du champ de la morale (§ 7). • Bergson critique, lui aussi, un impératif catégorique universel qui se ramène, selon lui, à une consigne militaire (§ 8). • Mais Nietzsche et Bergson n'ont fait que caricaturer la théorie kantienne (conclusion). I - Obligation et nécessité Le «tu dois» représente une des expériences fondamentales de la conscience morale.

Nous nous sentons - parfois tenus de faire notre devoir.

Qu'y a-t-il donc dans ce mot de devoir? Nous le définirons provisoirement comme l'obligation morale considérée en elle-même.

Cette obligation est distincte de la stricte nécessité, car ce qui est obligatoire peut être fait ou ne pas l'être, alors que je ne puis en aucun cas me soustraire à ce qui est nécessaire. L'obligation morale et le devoir sont libres ; au contraire, devant un théorème de mathématique, ma volonté s'incline nécessairement. Quelle est l'origine de l'obligation et du devoir? Avec Kant, le philosophe par excellence de l'impératif et du devoir, nous allons tenter de répondre à cette question. «DEVOIR ! Nom sublime et grand, toi qui ne renfermes rien en toi d'agréable, rien qui implique insinuation, mais qui réclames la soumission...

quelle origine est digne de toi, et où trouve-t-on la racine de ta noble tige?» (Kant, Critique de la raison pratique) II - Le concept de devoir est a priori Dans les Fondements de la métaphysique des moeurs (1785), Kant établit que le devoir, loin de nous être apporté par l'expérience, est un idéal de la raison pure et une valeur a priori.

En effet, l'expérience en tant que telle ne nous fournit jamais de normes universelles et nécessaires.

Or, le devoir commande absolument.

Cette exigence ne découle pas de l'empirie.

Si nous voulions fonder la moralité sur les faits, elle serait rapidement ruinée.

Le devoir, loin d'être une réalité, représente une norme de la raison, valable pour tous les êtres raisonnables. Peut-être même, remarque Kant, n'y eut-il jamais dans le monde un seul exemple d'acte moral réalisé par pur devoir. Le spectacle de l'expérience humaine nous fait découvrir universellement le rôle et la place de l'amour-propre, derrière nos actes les plus désintéressés et les plus vertueux en apparence. « Il suffit d'être un observateur de sang-froid, qui ne prend pas immédiatement pour le bien même le vif désir de voir le bien réalisé, pour qu'à certains moments on doute que quelque véritable vertu se rencontre réellement dans le monde.

Et alors il n'y a rien pour nous préserver de la chute complète de nos idées du devoir, pour conserver dans l'âme un respect bien fondé de la loi qui le prescrit, si ce n'est la claire conviction que, lors même qu'il n'y aurait jamais eu d'actions qui fussent dérivées de ces sources pures, il ne s'agit néanmoins ici en aucune façon de savoir si ceci ou cela a lieu, mais que la raison commande par elle-même, et indépendamment de tous les faits donnés, ce qui doit avoir lieu.

» (Kant, Fondements de la métaphysique des moeurs) III - L'impératif catégorique et l'impératif hypothétique Le pur devoir a priori commande catégoriquement.

Il faut, en effet, distinguer l'impératif catégorique - qui seul est proprement moral - de l'impératif hypothétique, qui nous représente une action comme nécessaire pour parvenir à une certaine fin.

Tels sont les impératifs de l'habileté ou de la prudence.

Alors que l'impératif hypothétique nous dit «faites ceci, si vous voulez obtenir cela» (si vis pacem, para bellum, par exemple), l'impératif moral n'exprime nullement la nécessité pratique d'une action comme moyen d'obtenir autre chose, mais il commande inconditionnellement : «Faites ceci».

Il rattache sans conditions la volonté à la loi.

La règle du devoir est catégorique : fais le devoir sans conditions.

Il n'y a que l'impératif catégorique qui soit la loi de la moralité.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles