Aide en Philo

Décide-t-on de devenir quelqu'un ?

Extrait du document

« Problématique: Vouloir devenir quelqu'un, c'est déjà être un individu volontaire, ce qui n'est pas rien.

Mais, la volonté ne suffit pas, car l'essentiel est de devenir soi-même, sans mimétisme ou opposition aliénant.

La volonté doit être éclairée par une raison lucide. DEFINITIONS DES TERMES - Décider (ce terme vient du latin decidere, qui vient lui-même de de qui indique l'éloignement, la séparation, la privation, et de cœdere, détacher en coupant, trancher) : • porter un jugement, adopter un conclusion définitive ; • arrêter, déterminer ce qu'on doit faire ; • prendre la décision, la détermination, le parti, la résolution de... - Devenir : passer d'un état à un autre ; commencer à être ce qu'on n'était pas. - Quelqu'un : attention ! Ce terme doit être analysé grammaticalement.

S'il est suivi d'un partitif (ex.

: quelqu'un de ces malheureux), il a une signification profondément différente de celle qui s'impose lorsqu'il est utilisé de manière absolue.

Dans ce second cas, il désigne un être humain, une personne, soit absolument indéterminée (sens à exclure) soit, au contraire, faussement indéterminée (signification à retenir ici).

Enfin, le dernier sens (un être de valeur remarquable) n'est nullement à délaisser (encore qu'il ne faille pas centrer uniquement autour de lui les analyses). En résumé, retenons pour ce terme les significations suivantes : un être humain, une personne, un être de valeur. Maintenant, explicitez, après cette première approche, le sens du sujet.

Prend-on la résolution et le parti de commencer à être un être humain, une personne, un sujet moral (que l'on n'était pas auparavant) ? Notez, par ailleurs, Y indétermination de la question : « décide-t-on » (« on » : les hommes en général, tous les hommes). • Le problème découle de la question.

La décision (« décide-t-on ») correspondant à une phase de l'acte volontaire par lequel on choisit entre plusieurs solutions possibles, le problème est celui-ci : est-ce par un choix libre que l'être humain se construit et s'engendre ? • Quelles connaissances sont, maintenant, à votre disposition pour traiter le sujet? Il semble que vous puissiez utiliser des éléments de réflexion certainement exposés durant l'année scolaire : peut-être a-t-on développé et expliqué le mythe d'Er (Platon, Livre X, La République) et la doctrine du « caractère intelligible » (Kant, Critique de la raison pure et Critique de la raison pratique).

Bien entendu, il ne s'agit nullement de les réciter en tant que tels mais d'en faire une adaptation souple, permettant de construire et d'organiser votre réflexion. • Ayant opéré une conceptualisation première et réfléchi sur un certain nombre de connaissances à votre disposition, vous construisez maintenant votre plan.

Ici, il semble que le plan dialectique par thèse, antithèse et synthèse - la thèse et l'antithèse devant progresser jusqu'à une synthèse nouvelle où elles se résorberont - soit tout à fait souhaitable. Voici le plan que nous suggérons. A.

Thèse. On décide de devenir un sujet et une personne.

On répondra de manière affirmative à la question posée, en s'appuyant éventuellement sur les analyses de Platon (mythe d'Er). B.

Antithèse. La construction du sujet semble néanmoins nous échapper sous certains aspects.

Un donné, indépendant de notre libre choix, paraît, en effet, constitutif de nous-mêmes. C.

Synthèse. Les données « empiriques », reflet d'un choix profond. En conclusion, nous répondrons que l'être humain s'engendre par un choix libre et se forge (réponse au problème posé). BIBLIOGRAPHIE Platon, La République, Belles Lettres, Budé, ou éditions de poche.

Tout particulièrement le Livre X. E.

Kant, Critique de la raison pure, collection Quadrige, PUF.

Particulièrement la « Dialectique transcendantale », livre II, chapitre II, neuvième section. Critique de la raison pratique, PUF.

Précisément, la première partie, livre deuxième, chapitre II. J.-P.

Sartre, L'Être et le Néant, NRF, Gallimard.

Analyses consacrées à la psychanalyse existentielle, p.

650 et suivantes. DISSERTATION I.

Introduction. • L'intitulé de sujet nous est, ici, posé sous forme de question ; très précisément, il s'agit de savoir si Y on. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles